DVD — 04 août 2019
Test Blu-ray : Green Book – Sur les routes du Sud

: Sur les routes du Sud

 
États-Unis : 2018
Titre original : Green Book
Réalisation :
Scénario : , , Peter Farrelly
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h09
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 23 janvier 2019
Date de sortie DVD/BR : 23 mai 2019

 

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité. Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, les deux hommes vont être confrontés au pire de l’âme humaine, dont ils se guérissent grâce à leur générosité et leur humour. Ensemble, ils vont devoir dépasser leurs préjugés, oublier ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune…

 


 

Le film

[3,5/5]

Adapté de l’histoire vraie de Frank Vallelonga et du pianiste Don Shirley, dont l’amitié inattendue est née lors d’une tournée en 1962, Green Book : Sur les routes du Sud a remporté une véritable pluie de récompenses début 2019 : trois Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur scénario, trois Golden Globes, un BAFA, un pris à Toronto… Il faut dire aussi que le film de Peter Farrelly – que l’on était loin d’attendre aux commandes d’un film de ce genre – était, de par sa thématique et par les bons sentiments de tolérance et d’ouverture aux autres qu’il développe, le parfait aimant à récompenses. A succès également, puisqu’en plus du prestige des prix, le film a attiré plus de deux millions de spectateurs dans les salles françaises, et récolté 320 millions de dollars de recettes à travers le monde.

Conçu comme une version « inversée » de Miss Daisy et son chauffeur, le film de Peter Farrelly nous narre donc le rapprochement inattendu entre un pianiste prodige noir et son chauffeur, videur d’origine italienne : Green Book : Sur les routes du Sud est donc naturellement une dénonciation tout en douceur de la ségrégation et des tensions raciales qui régnaient dans le Sud des États-Unis dans les années 60. On est loin de l’engagement politique d’un Spike Lee, mais le sujet est traité par le biais de l’humour – ponctuellement très efficace d’ailleurs – et de l’émotion, de façon à faire évoluer les mentalités par la description d’une amitié sincère qui dura plus de cinquante ans, puisque Frank Vallelonga et Don Shirley sont restés amis jusqu’à leurs morts respectives, tous deux étant décédés en 2013.

Il n’est point question ici d’évoquer les problèmes de racisme avec la hargne des Black Panthers ou de mettre en avant l’idéologie d’un Malcolm X : dans Green Book : Sur les routes du Sud, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, comme le disait Jean Yanne non sans une certaine ironie, et même les italiens racistes dans la première partie du film finiront par accepter le pianiste noir comme un véritable membre de leur famille. Le film dans son déroulement oppose bien sûr la simplicité pragmatique du videur à la culture et à l’érudition du musicien, mais les notions d’amitié, de « bon sens » et la philosophie générale déployée par le personnage de Viggo Mortensen auront finalement raison de tous les préjugés de celui incarné par Mahershala Ali, qui finira par manger du poulet frit avec les doigts comme tous les autres « gens comme lui ».

Que l’on puisse trouver le film trop gentillet ou bourré de bons sentiments pour être vraiment convaincant n’aura finalement que peu d’importance : à la façon d’autres films « à Oscars » ayant raflé les plus prestigieuses récompenses à travers le monde, Green Book : Sur les routes du Sud s’avère si imparable en termes de rythme, d’intensité et d’interprétation que l’on ne pourra que mettre de côté toutes nos réserves pour se laisser envahir par la joie que suscitera à coup sûr en nous ce sympathique « feel good movie » !

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est naturellement Metropolitan Vidéo qui nous offre aujourd’hui la possibilité de (re)découvrir Green Book : Sur les routes du Sud sur support Blu-ray. Comme à son habitude, l’éditeur nous a d’ailleurs réservé une galette Blu-ray en tous points excellente : la définition est exemplaire, sans le moindre problème de compression ou autre pétouille technique. Le piqué est précis, les couleurs explosives et les noirs admirablement denses et profond. Côté son, la VO est proposée en Dolby Atmos, la VF en DTS-HD Master Audio 7.1 ; les deux mixages nous proposent dans l’ensemble des effets relativement discrets, privilégiant de façon très nette l’ambiance aux effets spectaculaires, qui seraient de toutes façons en contradiction avec l’esprit du film. Cependant, la scène arrière et les effets multicanaux explosent littéralement sur les scènes musicales, notamment sur celle du tout dernier concert de la tournée.

Du côté de la section suppléments, l’éditeur nous propose, outre les traditionnelles bandes-annonces, une sélection de trois featurettes consacrées au tournage du film. On y reviendra sur l’histoire vraie de l’amitié de ces deux personnalités que tout semblait opposer, sur les acteurs bien sûr, mais la plus intéressante d’entre elles est celle consacrée au « Green Book », guide de voyage bien réel intitulé The negro motorist green book, qui fut publié chaque année entre 1936 et 1966 par un postier afro-américain de New York, Victor H. Green. Ce livre recensait les commerces, les stations-service et autres établissements qui ne discriminaient pas les Afro-Américains à cause des lois ségrégationnistes en vigueur jusqu’en 1964. Couvrant la majeure partie de l’Amérique du Nord ainsi que les Caraïbes et les Bermudes, il permettait aux voyageurs noirs de planifier leur trajet pour éviter tout conflit…

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles