Test Blu-ray : Dope

1
252

 
États-Unis : 2015
Titre original : –
Réalisateur : Rick Famuyiwa
Scénario : Rick Famuyiwa
Acteurs : , ,
Éditeur :
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie cinéma : 4 novembre 2015
Date de sortie DVD/BR : 23 mars 2016

 

 

Malcolm, jeune geek fan de hip-hop des années 90 vit à Inglewood, un quartier chaud de Los Angeles. Avec ses deux amis Diggy et Jibs, ils jonglent entre musique, lycée et entretiens pour entrer à l’université. Une invitation à une soirée underground va entrainer Malcolm dans une aventure qui pourrait bien le faire passer du statut de « geek » à celui de mec cool, un « »…

 

 

Le film

[4/5]

Il est souvent question de musique des années 1990 dans ce film plébiscité au fil d’un parcours de festival sans faute, de Sundance à Deauville, en passant par Cannes. Or, pour l’ignare que nous sommes à regret en termes de musique, l’influence principale de provient du cinéma de cette même époque, quoique pas nécessairement animé par les mêmes motivations artistiques et commerciales que le hip-hop. L’ombre de Spike Lee plane en effet avec insistance sur ce film percutant, ainsi que celui d’une autre œuvre marquante dans le domaine de la représentation de la communauté afro-américaine au cinéma, Boyz n the hood de John Singleton. Le quatrième film de Rick Famuyiwa est hanté par la même fièvre que ces brûlots contre la ségrégation raciale qui persiste aux Etats-Unis, malgré toutes les bonnes intentions réunies et quelques cas alibi de réussite au-delà du fossé social. Il l’exprime cependant d’une façon plus détournée, voire enjouée, ne se laissant aller qu’in extremis à une revendication en guise de mise en perspective des aventures improbables d’un geek atypique.

Nerveux et agressif, est aussi une formidable opération de séduction en faveur de l’abandon de préjugés surannés. Porté à bras le corps par l’interprétation prometteuse du jeune , cette histoire vigoureuse établit un lien entre le cinéma engagé des années ’90 et une conception des médias moins sectaire et moins enragée dont Rick Famuyiwa est un ambassadeur intriguant.

Extrait de la critique de Tobias Dunschen. Cliquez ici pour la découvrir en totalité.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Le Blu-ray édité par fait une nouvelle fois honneur à son support Haute Définition. Le transfert 1080p de est en effet bluffant de précision, avec un piqué et un niveau de détail assez époustouflant ; les couleurs sont éclatantes (ces vêtement flashy made in 90s !) et naturelles, préservant pleinement l’esprit de nostalgie joyeuse du film. Qu’il s’agisse des plans d’ensemble ou de détail, tout est parfait. Contrastes et niveaux de noirs sont également impressionnants de profondeur, et le transfert semble exempt de toute trace de bruit, fourmillements, banding ou tout autre écueil numérique. Un sans faute donc. Côté bande sonore, VF et VO sont toute deux proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 de haute volée, naturellement riches en basses old school du hip-hop US des années 90. Les deux mixages rivalisent d’effets d’ambiance, en particulier durant les impressionnantes scènes de fête. Les dialogues sont par ailleurs toujours clairs ; on privilégiera la version originale, plus convaincante pour de simples raisons artistiques.

Du côté des suppléments, l’éditeur nous propose deux courtes featurettes revenant sur le style du film et sur sa musique, avec la contribution de Pharrell Williams du côté de la B.O.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici