Test Blu-ray : Aniara – L’odyssée stellaire

0
175

Aniara – L’odyssée stellaire

 

Suède, Danemark : 2018
Titre original : Aniara
Réalisation : , Hugo Lilja
Scénario : Pella Kagerman, Hugo Lilja
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h41
Genre : Science-Fiction
Date de sortie DVD/BR : 19 mars 2020

 

Dans un futur proche, la Terre est devenue inhabitable. L’humanité n’a alors qu’un seul objectif : partir vivre sur Mars. C’est la mission d’Aniara, un immense navire spatial qui doit transporter en 3 semaines la population humaine jusqu’à cette nouvelle planète. Mais au milieu du trajet, une collision avec une comète force le vaisseau à dévier complètement de sa trajectoire. Les conséquences sont claires : si l’équipage ne trouve pas de solution, le vaisseau sera condamné à errer dans l’espace, et ce qui devait n’être qu’un court trajet se transformerait en un voyage d’une vie entière…

 


 

 

Le film

[3,5/5]

« Premier long-métrage des réalisateurs suédois Pella Kagerman et Hugo Lilja, Aniara – L’odyssée stellaire scrute depuis l’espace une société aussi consommatrice que destructrice : la nôtre. Après plusieurs courts métrages en commun, le duo change de format avec une œuvre forte et plurielle dans ses thèmes avec comme horizon la responsabilité de l’Humanité face à l’enjeu de la préservation de son environnement ainsi que de sa propre survie. (…)

Utilisant, comme bien d’autres avant lui, la science-fiction pour parler de notre société, Aniara – L’odyssée stellaire est une œuvre assurément engagée. Récit suspendu entre l’espoir et le pessimisme, le film suit le parcours de colons à la dérive dans l’espace, cherchant tant bien que mal à s’échapper à leur condition. La consommation, que ce soit par l’achat ou le divertissement, n’est alors vu que comme un palliatif à un mal-être profond qui ronge l’Humanité.

Face au vide, ils étouffent. Une machine nommée MIMA, à ce titre, en est l’incarnation parfaite : elle permet de s’évader du présent en revivant des moments heureux, une entité qui sert au final d’exutoire à une population très demandeuse. Alors que des signes de faiblesses de MIMA apparaissent, l’Homme n’est pas capable d’entendre son cri, causant la perte de la machine et le début d’une longue recherche d’un substitut à sa présence. Les questions du sexe, des apparences et de la religion sont notamment abordées. Esthétiquement épuré, Aniara – L’odyssée stellaire multiplie les références (on pense évidemment à 2001 : Odyssée de l’espace). Partageant son aspect visuel entre de beaux plans spatiaux et de plus classiques environnements terriens (les centres commerciaux), le film propose une immersion relativement convaincante dans son univers.

Film engagé, Aniara – L’odyssée stellaire fait d’un vaisseau-planète le laboratoire de nos peurs et faiblesses. Une manière de voir le consumérisme et son éthique, de simuler au sein d’un espace restreint notre responsabilité vis-à-vis de l’environnement qui nous entoure. Casting réussi (notamment l’actrice Emilie Jonsson), mise en scène épurée, l’œuvre ne manque pas de qualités. Si on regrette son côté déjà-vu, son écriture et sa réalisation valent assurément le voyage. »

Critique de notre chroniqueuse Samantha Eucher. Retrouvez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien.

 

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Condor Entertainment et la science-fiction, c’est une grande histoire d’amour. La présence dans leur catalogue de films et séries tels que , , , , Synchronicity, ou encore les époustouflants Promotheus – Commando stellaire et est en effet un signe de leur amour immodéré du genre. On ne sera donc pas étonnés que ça soit aujourd’hui Condor qui offre aux cinéphiles français la possibilité de découvrir Aniara – L’odyssée stellaire sur support Blu-ray. Et à cette occasion, l’éditeur nous offre une galette techniquement solide et efficace. Définition sans faille, couleurs magnifiques… Un sans faute, si l’on excepte un effet de « banding » horizontal lorsque le film est visionné sur une dalle ou téléviseur de 120 à 150 centimètres de diagonale et un encodage en 1080i. Du côté des pistes son, c’est du très beau travail également, puisque VF et VO sont toutes deux encodées en DTS-HD Master Audio 5.1 : dynamiques, immersives, dispensant leur quota d’effets atmosphériques extrêmement efficaces. Si on éprouve de notre côté une préférence assez marquée pour la V.O, on notera néanmoins que la version française est de bonne qualité, et nous épargne la présence de Michael Rudy Cermeno.

Côté suppléments, on trouvera tout d’abord une série d’entretiens de deux à trois minutes avec l’équipe du film, et en particulier avec Maja-Stina Åsberg (décors), Calle Wachtmeister (son) et Andreas Wicklund (effets visuels) – pour la petite histoire, Wicklund est également le réalisateur de tous les clips mettant en scène le personnage de Crazy Frog. Last but not least, on trouvera également au cœur des suppléments le formidable court-métrage (, 2010, 30 minutes), réalisé par Hugo sur un scénario déjà co-signé avec Pella Kagerman. Proposé en 1080i et LPCM Audio 2.0, ce court qui mettait déjà en tête d’affiche Emelie Garbers (Emilie Jonsson) est une petite bombe de film de zombies post-apocalyptique, en Scope et techniquement vraiment – mais alors vraiment – bluffant. On aurait même tendance à affirmer que rien que pour ce court-métrage, l’achat du Blu-ray de Aniara – L’odyssée stellaire est indispensable. Les captures d’écran en bas de l’article sont issues de Återfödelsen.

Attention : suite aux mesures de confinement liées à la crise du COVID-19, Condor Entertainment a dû s’adapter et reporter la sortie DVD & Blu-ray de Aniara – L’odyssée stellaire, qui demeure néanmoins disponible en VOD & achat digital depuis le 12 mars.

 


 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici