Accueil Tags Condor Entertainment

Tag: Condor Entertainment

Critique VOD : The nightingale

0
Ce qu'a cherché Jennifer Kent en réalisant "The nightingale" est très clair : montrer un exemple précis des violences que peuvent subir des femmes, où que ce soit dans le monde, et l'effet que peuvent avoir ces violences sur leur comportement ; mettre en pleine lumière les traitements inhumains imposés aux aborigènes lors de la colonisation en Australie et, plus particulièrement, durant la Guerre Noire en Tasmanie

Test Blu-ray : Iceman

0
On ne va pas se raconter d'histoires : la particularité la plus notable d'Iceman est liée au fait que les personnages du film s'expriment dans une langue inconnue – une version primitive du rhétique, une langue morte éteinte au cours du IIIe siècle.

Test Blu-ray : Sputnik – Espèce inconnue

0
Le DTV russe, c’est une loterie, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Hé bien figurez-vous qu’avec Sputnik – Espèce inconnue, on a tiré le bon numéro. Peut-être même bien le meilleur depuis 15 ans…

Test DVD : L’exorcisme de Tamara

0
Si L’exorcisme de Tamara semble s’inscrire dans la lignée des films d’horreur sans non plus révolutionner le genre, on note quelques petites subtilités qui feront mouche auprès des amateurs bienveillants.

L’appel des 50 : les éditeurs unis pour sauver la vidéo...

0
Le communiqué est tombé ce 3 juin, traduisant l'inquiétude d'un secteur économique tout entier : 50 éditeurs vidéo français indépendants (éditeurs de DVD, Blu-ray et UHD) viennent de s'unir afin de demander aux pouvoirs publics qu’une aide spécifique leur soit accordée. Sur critique-film.fr, la défense de la vidéo sur support physique est notre cheval de bataille. Vous trouverez donc ci-joint l'intégralité du communiqué, sobrement appelé « l'appel des 50 ».

30 films inédits en salles à redécouvrir pendant le #confinement

0
Alors que l'on en a encore au minimum pour trois semaines de confinement, la devise est plus que jamais claire : #RestezChezVous – détendez-vous, faites l'amour, lisez, regardez des films. Pour ce qui nous concerne, regardez des films et lisez-nous, surtout. Depuis plus d'un mois maintenant, les cinémas sont fermés en France, alors c'est cinéma à la maison pour tout le monde.

Test Blu-ray : Aniara – L’odyssée stellaire

0
Condor Entertainment et la science-fiction, c'est une grande histoire d'amour. La présence dans leur catalogue de films et séries tels que Cold skin, Enemy, Iron sky, Metal Hurlant chronicles, Synchronicity, Timelapse ou encore les époustouflants Promotheus - Commando stellaire et Prospect est en effet un signe de leur amour immodéré du genre. On ne sera donc pas étonnés que ça soit aujourd'hui Condor qui offre aux cinéphiles français la possibilité de découvrir Aniara - L'odyssée stellaire sur support Blu-ray. Et à cette occasion, l'éditeur nous offre une galette techniquement solide et efficace.

Test Blu-ray : Prospect

0
Depuis Tarkovski, il existe une véritable tradition du film de science-fiction à petit budget, utilisant le futur comme un prétexte à délivrer un message plus grand, plus philosophique que le simple space opera popularisé par la saga Star wars. Brillant récit de coming of age situé « dans une galaxie lointaine, très lointaine », Prospect s’inscrit globalement dans cette mouvance de SF initiée par Solaris.

Test Blu-ray : Cold skin

0
Gros succès littéraire du début des années 2000, La peau froide (La pell freda) est un roman assez indispensable signé par l’auteur – et anthropologue de formation – Albert Sánchez Piñol. Traduit dans une vingtaine de langues, il s’agit d’un excellent roman fantastique, empruntant autant à Jules Verne et Robert Stevenson qu’à Howard Phillips Lovecraft ou Dan Simmons. Développant un sens de l’horreur et de la tension vraiment remarquable, Piñol signait un roman au cœur duquel les peurs les plus primaires et les plus insidieuses servaient un suspense jouant autant sur la psychologie que sur la violence et les excès sanglants. Huis-clos oppressant prenant place au cœur d’un phare des plus inquiétants, traitant de la peur de l’étranger et s’autorisant même quelques passages émouvants, La peau froide semblait être le matériau de base idéal pour une adaptation cinématographique… qui a finalement mis une quinzaine d’années à débarquer, après plusieurs tentatives infructueuses de développement.

Test Blu-ray : The daughter

0
A sa sortie en France en 2008, la comédie horrifique Teeth avait généré pas mal de « buzz » sur Internet et sur les réseaux sociaux : le film mettait en effet en scène une jeune femme dont le vagin était garni de dents, et comportait pas mal de scènes d’un mauvais goût qui avait, à l’époque, réjoui ou choqué pas mal de monde (notamment celle du chien qui mangeait un zizi fraichement coupé), même s’il s’agit du genre de films « dont tout le monde parle mais que personne n’a vu ». Teeth s’amusait des codes du « teen movie » tout en brocardant le puritanisme américain, et avait permis à Mitchell Lichtenstein de se faire non pas un nom… Mais un prénom, puisqu’il est en fait le fils de Roy Lichtenstein, figure mythique du Pop Art dans les années 60.

Gérardmer 2019 : Aniara

0
Premier long-métrage des réalisateurs suédois Pella Kagerman et Hugo Lilja, Aniara scrute depuis l’espace une société aussi consommatrice que destructrice : la nôtre. Après plusieurs courts métrages en commun, le duo change de format avec une œuvre forte et plurielle dans ses thèmes avec comme horizon la responsabilité de l’Humanité face à l’enjeu de la préservation de son environnement ainsi que de sa propre survie. Un voyage sans retour

Test DVD : The duel

0
Depuis un peu plus de vingt ans et la révélation de son charisme animal dans Tueurs nés (Oliver Stone, 1994), Woody Harrelson s’est spécialisé dans les rôles troubles, propres à mettre en avant ses allures de fauve imprévisible et dangereux. De Bienvenue à Zombieland (Ruben Fleischer, 2009) à Rampart (Oren Moverman, 2011) en passant par sa prestation très remarquée dans la série True detective (2014), on ne compte en effet plus ses compositions de psychopathes et autres inadaptés sociaux, ne parvenant à s’exprimer que dans la violence. Souvent à la limite du cabotinage, mais toujours réellement impressionnant et charismatique, l’acteur porte parfois littéralement les films dans lesquels il joue sur ses épaules, la fièvre de son interprétation emportant tout sur son passage.