DVD — 23 janvier 2018
Test Blu-ray : American assassin

 
États-Unis : 2017
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : ,
Acteurs : Dylan O’Brien, ,
Éditeur :
Durée : 1h52
Genre : Thriller, Action
Date de sortie cinéma : 20 septembre 2017
Date de sortie DVD/BR : 23 janvier 2018

 

 

Nouvelle recrue d’une équipe d’élite officiant pour le contre-espionnage américain, Mitch Rapp va suivre un rude entraînement mené par Stan Hurley, formateur légendaire de la CIA. Face à une vague d’attaques terroristes sans précédent à travers le monde, les deux hommes vont devoir s’attaquer à Ghost, un individu aussi dangereux qu’insaisissable, ayant pour intention de déclencher une guerre nucléaire…

 

 

Le film

[3,5/5]

Pensé comme le premier épisode d’une nouvelle franchise orientée action / espionnage, American Assassin est le fruit de tout un tas d’influences conscientes ou pas : si les franchises Jason Bourne et Jack Reacher arrivent en tête de liste, pour le mélange d’action sèche et brutale mêlée à des  déplacements géographiques constants, on pense évidemment également à John Wick ou encore à La chute de la Maison Blanche / Londres, pour le héros badass littéralement increvable.

Idéologiquement très douteux (on suppose que bien des spectateurs allergiques à ce genre de spectacle y iront de leur diatribe anti-impérialisme américain avant même peut-être que n’arrive le générique de fin), ouvertement manichéen, American Assassin met en scène un personnage de psychopathe récupéré par le gouvernement US afin de devenir un de ces tueurs de l’ombre à la solde des hommes en noir, un de ces super-soldats conditionnés afin de suivre les ordres d’on ne sait quelle société secrète à la solde du gouvernement, et dont la particularité est d’être à la fois juré, juge et bourreau. Rien de très nouveau là-dedans me direz-vous, et vous aurez raison.

Mais avec son bon rythme et son large enchaînement de scènes d’action plutôt efficaces, le film de Michael Cuesta s’avère au final un divertissement tout à fait plaisant. S’il lui manque le petit grain de folie ou « LA » scène qui transformerait l’essai en le démarquant du « tout venant » de la production action / espionnage, American Assassin s’impose tout de même comme une bonne série B un peu plus friquée que la moyenne. Du côté du casting, on notera la présence de trois acteurs plutôt charismatiques : Dylan O’Brien, sosie jeune de Mark Wahlberg, Michael Keaton, toujours impeccable dans la peau d’un attachant salopard, et bien sûr Scott Adkins, qui apparaît trop peu dans le film mais qu’on retrouve toujours avec un immense plaisir.

Le film est en fait adapté d’une série de romans de consacrés au personnage de Mitch Rapp et malheureusement quasi-inconnus en France. Onzième volume de la série, American Assassin est en fait un « préquel » revenant sur les origines du personnage, nettement plus âgé dans les autres romans. De fait, les producteurs ont donc opté pour une approche « chronologique », qui leur laisse plusieurs possibilités de suites si le film est considéré comme assez rentable – ce qui n’est pas certain, le film n’ayant sans doute pas assez bien fonctionné au box-office américain pour se lancer dans l’aventure de la « franchise ». Dommage, car on aurait bien imaginé une intrigue mêlant deux époques (Rapp à 27 ans / Rapp à 47 ans), et réunissant Dylan O’Brien et Mark Wahlberg…

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est Metropolitan Vidéo qui nous propose aujourd’hui de découvrir American Assassin sur support Blu-ray, et comme d’habitude avec l’éditeur, le travail sur l’image et le son ne souffre d’aucun défaut notable : le film est bien proposé au format scope 2.35, la définition est parfaite, le piqué précis et les noirs affichent une belle densité : de la belle ouvrage. Côté son, le film de Michael Cuesta est proposé en VF et VO en DTS-HD Master Audio 5.1, et l’ensemble est vraiment excellent : les enceintes sont constamment sollicitées de façon très dynamique, et pas uniquement durant les explosives scènes d’action : la scène arrière retranscrit en effet à la perfection la musique de Steven Price, très présente durant la quasi-totalité du film.

Dans la section suppléments, on trouvera, outre les traditionnelles bandes-annonces de chez Metropolitan, une petite poignée de featurettes revenant, pêle-mêle, sur le travail d’adaptation du roman, les personnages de Mitch Rapp et de Stan Hurley, les lieux de tournage ainsi que la préparation des scènes d’action. On terminera enfin avec un entretien avec et Taylor Kitsch en mode détendu, puisqu’il s’agit d’une session de questions / réponses organisée à l’issue de la projection du film par un cinéma Alamo Drafthouse.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *