Test Blu-ray 4K Ultra HD : Looper

0
455

Looper

États-Unis : 2012
Titre original : –
Réalisation : Rian Johnson
Scénario : Rian Johnson
Acteurs : Joseph Gordon-Levitt, Bruce Willis, Emily Blunt
Éditeur : M6 Vidéo
Durée : 1h59
Genre : Science-fiction, Thriller
Date de sortie cinéma : 31 octobre 2012
Date de sortie BR4K : 17 novembre 2022

Dans un futur proche, la mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau, les « loopers » les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Le film

[4/5]

« Un film de science-fiction à « petit budget », réalisé par un homme relativement aussi peu connu que bankable, traitant du sujet casse-gueule qu’est le voyage dans le temps. Voilà le pitch de Looper, film aussi particulier que son histoire, qui n’aura pas fini de vous surprendre.

Un film à ne pas Looper…

Il y a en regardant Looper cette agréable impression de n’avoir pas vu un film de science-fiction aussi audacieux et unique depuis bien longtemps. Pourtant, le film bénéficie d’un budget de 30 millions de dollars ce qui est certes beaucoup pour nous, mais qui ne représente presque rien pour Hollywood, surtout comparé à de nombreux blockbusters qui monnaient avant tout leur casting au détriment de la qualité du film.

Malgré les restrictions budgétaires, les amateurs de science-fiction seront ici comblés. Rian Johnson met en scène un futur crédible, sombre, froid, déshumanisé et pauvre. On y retrouve du Blade Runner, de L’armée des 12 singes, voire même du Dark Angel. Les références sont là, le plagiat non, même lorsqu’on compare son personnage féminin joué par Emily Blunt à une certaine Sarah Connor…

Le scénario est également ultra original, pas seulement basé sur le voyage dans le temps mais aussi et surtout sur les souvenirs. Le réalisateur a été assez malin (les mauvaises langues diront lâche) pour savoir qu’expliquer un voyage dans le temps c’est se heurter à de nombreuses erreurs scénaristiques probables. Résultat, c’est plutôt le thème du souvenir qui sera au centre de l’histoire, ce qui n’empêchera l’esprit du spectateur d’être perdu avec ces histoires de boucles temporelles.

Mais ce qui fait aussi plaisir dans Looper, ce que l’on tient enfin LE rôle qui prouvera à tous que Joseph Gordon Levitt est un excellent acteur, au cas où certains en douteraient encore. Habitués des seconds rôles, il se voit offrir ici l’occasion d’étaler sa palette de jeux au grand jour, et il ne se fait pas prier. Certes aidé par le maquillage qu’il faut saluer, JGL ressemble étrangement à Bruce Willis. Il est Bruce Willis, dans son attitude et son phrasé. (…)

Quant à Bruce Willis, Rian Johnson lui rend joliment hommage, en jouant sur son personnage connu et aimé de tous tout et en lui apportant une nuance de caractère qui change de l’éternel Bruce sauveur du monde. A la limite du bon et du mauvais, le Bruce Willis de 50 ans est fascinant et troublant. Egoïste ? Amoureux ? Justicier ? Bad guy ? A chacun de se faire un avis sur le personnage.

Car dans Looper, le point de vue change constamment. Passant de JGL à Bruce Willis il y a de quoi dérouter et perdre le fil. En réalité, le réalisateur ouvre des portes afin que le spectateur puisse choisir son sens de l’histoire parmi les possibilités qui s’offrent à lui. Johnson propose alors une œuvre unique, celle qui lui tient à cœur, avec le rythme qu’il a voulu, même si celui ci risque de déranger plus d’un. (…)

En bref, Looper est un vrai film de science-fiction unique et audacieux, porté par des acteurs excellents. Même si le choix de narration peut plomber le rythme à certains moments, certaines scènes déjà cultes rattrapent le tout et font de Looper l’un des meilleurs films de l’année 2012. »

Extrait de la critique de notre rédactrice Anaïs Berno. Pour la découvrir en intégralité, cliquez ici !

Le Blu-ray 4K Ultra HD

[4/5]

D’abord annoncé au sein d’une grosse vague estivale de Blu-ray 4K Ultra HD édités par M6 Vidéo, Looper a finalement pris un peu de retard : un paradoxe difficilement explicable pour un film traitant du voyage dans le temps ! Quoi qu’il en soit, la présentation Ultra HD 2160p du film de Rian Johnson est assez remarquable dans son genre : le piqué est précis, les couleurs explosives, et le grain cinéma a été respecté, et présente d’une belle finesse. L’image est stable et parfaitement claire, et l’apport de la technologie HDR sur les couleurs est tout simplement bluffant. L’étalonnage a été soigné, de même que la balance des blancs, la profondeur et les niveaux de noir. Les couleurs sont d’une précision et d’une stabilité impressionnantes, même sur les séquences en basse lumière. Côté son, Looper s’offre un mixage Dolby Atmos en VO, qui permettra au spectateur de se sentir immédiatement totalement immergé dans les différents lieux et atmosphères du film. Et quand l’action reprend ses droits, elle le fera avec une intensité stupéfiante, qu’il s’agisse des détonations des « tromblons », des explosions ou des courses poursuites, le champ sonore est large et impressionnant. La VF mixée en DTS-HD Master Audio 5.1 est naturellement un cran en dessous, mais s’avère toujours claire et nous propose tout de même quelques passages tonitruants, renforcés par un caisson de basses très actif. La musique est bien détachée des dialogues, qui s’avèrent placés judicieusement afin que l’on ne perde pas une miette de ce grand spectacle acoustique.

Pas de suppléments sur le Blu-ray 4K Ultra HD à proprement parler, mais vous pourrez retrouver toute l’interactivité du Blu-ray de 2012 en l’insérant dans votre lecteur, puisqu’il est également disponible au sein du Combo Blu-ray 4K Ultra HD + Blu-ray de Looper édité par M6 Vidéo. Cela sera surtout l’occasion de se replonger dans un passionnant commentaire audio de Rian Johnson, Joseph Gordon-Levitt et Emily Blunt, riche en anecdotes et en secrets de tournage. On trouvera également un entretien avec Rian Johnson (16 minutes), qui abordera la genèse du projet ainsi que ses influences, une séance de Questions/Réponses avec le public dans une salle de cinéma parienne (19 minutes), un amusant court-métrage de Rian Johnson intitulé Evil Demon Golf Ball from Hell (1997, 8 minutes), une featurette qui fera office de making of (7 minutes) et une consacrée aux effets spéciaux du film (3 minutes), une longue série de scènes coupées et/ou alternatives (39 minutes), un sujet consacré aux voyages dans le temps (8 minutes) et une sympathique bande-annonce alternative composée à partir de croquis et de dessins préparatoires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici