Accueil Tags Wild Side Video

Tag: Wild Side Video

Test Blu-ray : Elmer Gantry, le charlatan

0
Si le phénomène est quasi-inconnu de notre côté de l’Atlantique, les prédicateurs et autres évangélistes itinérants sillonnent les routes des Etats-Unis depuis de très nombreuses années, répandant la bonne parole du Christ à travers de grands « shows » populaires, spectaculaires et musicaux. Les sermons qui y sont souvent dispensés – le plus souvent devant des milliers de personnes – sont tellement éloignés de l’image que l’on peut se faire de ce pieux exercice qu’on pourrait affirmer qu’ils sont au traditionnel sermon d’église ce que le catch est à la boxe…

Exclusivité VOD : Les Lunnis et leurs aventures magiques

0
Il est souvent agréable de se familiariser avec un peu de la culture populaire issue de chez nos voisins Européens, et dont nous ignorons parfois tout. Ce mois-ci, Wild Side est par exemple allé nous dégoter un fier représentant du cinéma familial espagnol avec Les Lunnis et leurs aventures magiques, ou La gran aventura de los Lunnis y el libro magico, sorti en janvier 2019 dans les salles obscures espagnoles. Mais qui sont donc les Lunnis (Los Lunnis en VO) ? Il s’agit de sympathiques marionnettes issues d’une émission TV pour enfants diffusée en Espagne entre 2003 et 2011, très populaires au pays de la paëlla mais aussi au Mexique, au Brésil, au Portugal ou encore en Italie, où ils sont également diffusés à la télévision, et probablement un peu au-delà grâce à leurs chansons, que l’on peut voir dans le monde entier sur YouTube (dix CD sortis entre 2003 et 2013 et plus d’un million d’albums vendus). Les Lunnis, ce sont aussi et déjà six longs-métrages sortis directement en DVD entre 2004 et 2007, auxquels il convient maintenant d’ajouter un vrai « film de cinéma », Les Lunnis et leurs aventures magiques. On notera que le film met également en scène un autre personnage connu du public espagnol en la personne d’El Ratón Pérez (La petite souris en France), qui avait déjà été le héros de deux films en 2006 et 2008 (disponibles en DVD chez Metropolitan Vidéo).

Exclusivité VOD : Le témoin invisible

0
Thriller de machination au scénario machiavélique, s’amusant clairement à manipuler le spectateur en multipliant les hypothèses criminelles comme autant de sous-intrigues, Le témoin invisible est un film qui mettra vos nerfs à rude épreuve. A la croisée des chemins entre Garde à vue et le cinéma de David Mamet, le réalisateur Stefano Mordini semble avoir tiré les leçons de 25 ans de thrillers « à twists » depuis Usual suspects, et opte avec son œuvre pour un récit à tiroirs, à la narration posée, posant les bases d’un « mystère » (tenant tout à la fois du whodunit et du howdunit puisqu’on ignore l’identité du coupable et que le crime qui nous est présenté s’est déroulé dans une pièce complètement fermée) puis prenant le temps de nous amener, par étapes et sur son propre rythme, à la découverte de la vérité.

Test Blu-ray : The devil’s hour

0
Alors qu’il a été projeté il y a à peine quelques semaines lors de l’édition 2019 du Festival européen du film fantastique de Strasbourg, The devil’s hour débarque déjà en France en vidéo, sous les couleurs de Wild Side. Voilà donc une bonne occasion pour se pencher sur ce film d’horreur inconnu et littéralement sorti de nulle-part, écrit et mis en scène par Damien LeVeck. Comme cela est souvent arrivé par le passé dans les sombres et sanglantes archives du genre horrifique, le film est à l’origine un court-métrage, que le réalisateur en herbe (qui a auparavant officié durant de nombreuses années dans le monde du cinéma en tant que monteur et producteur) a été invité à développer, à « gonfler » sous la forme d’un long. Pour LeVeck, c’est l’occasion rêvée de pousser un peu plus loin sa réflexion satirique sur le « social media » en général, c'est-à-dire non seulement les réseaux sociaux mais aussi et surtout les vlogs, le webmarketing, les services de partage de vidéos en streaming live…

Test Blu-ray : Dragon Ball Super – Broly

0
Vingtième film d'animation à évoluer dans l'univers du manga Dragon Ball, créé en 1984 par Akira Toriyama, Dragon Ball Super : Broly s’est imposé, d’une façon finalement assez étonnante, comme un véritable événement cinématographique à travers le monde entier. Avec plus de 820.000 entrées en seulement trois jours d’exploitation au Japon (et un milliard de yen de recettes), le film a littéralement cassé la baraque, et s’est peu à peu forgé une excellente réputation dans le reste du monde, affichant notamment actuellement une note moyenne de 8/10 sur le site de référence IMDb, calculée sur les votes de plus de 17.000 cinéphiles. Il faut dire aussi qu’en l’espace de 35 ans, les multiples mangas et séries Dragon Ball nés de l’imagination d’Akira Toriyama ont eu le temps de faire leur trou, au point de devenir une référence culturelle aussi majeure qu’incontournable.

Critique : L’ange ivre (1948) / Chien enragé (1949)

0
Souvent cité pour ses films de sabres japonais, Kurosawa aura pourtant marqué le début de sa collaboration légendaire avec Mifune au détour du film noir. Libéré des contraintes étatiques et de la censure gouvernementale, le polar servira d’écrin à la frontalité de son discours servi par le jeu naturel d’un Mifune transcendant d’authenticité. Il considère à juste titre L’ange ivre comme son véritable premier film personnel, et ce même si La légende du grand judo est considéré comme son premier coup de maître. On rappellera que le contexte politique de l’époque ne permettait quasiment aucune latitude discursive pour les réalisateurs qui se devaient de proposer des films avant tout nationalistes.. Cette aisance générique se confirmera par la réalisation quasi-successive de Chien enragé

Test Blu-ray : Les enquêtes du Département V – Dossier 64

0
Presque trois ans après la découverte des Enquêtes du Département V – Délivrance, troisième volet de la saga policière inspirée des romans de Jussi Adler-Olsen, les fans des enquêtes de Carl Mørck et Assad se réjouiront à coup sûr de la sortie en Blu-ray et DVD de Dossier 64, même si ce nouveau film pourra également leur donner un petit pincement au cœur. Car la décision de Nikolaj Lie Kaas et Fares Fares semble irrévocable : ils n’interpréteront plus ces deux personnages dans un avenir proche, et si la franchise devait perdurer, cela serait avec une nouvelle équipe et de nouveaux acteurs.

Test Blu-ray : Trois femmes

0
Dans son autobiographie « Altman on Altman », série d'entretiens passionnants avec David Thompson, il décrit l’héroïne de Trois femmes, Pinky, comme pouvant être une extra-terrestre arrivant sur notre planète et qui pour se fondre dans la foule déciderait de voler une personnalité au hasard. Manque de bol, elle choisit ce modèle qui se révèle très vite bien peu intégrée à ses contemporains. Tentative de vol d'identité par une criminelle en fuite ou enfant perdue dans un monde trop grand pour elle ? Pinky ne se révèle pas beaucoup et ce ne sont pas ses parents très âgés qui apporteront une réponse à ce mystère. Sissy Spacek joue avec son emploi de ses premières années de comédienne, celui de la femme-enfant, entre le repoussoir et une attirance trouble, Carrie au bal du diable en étant le jalon. Elle est impressionnante de fragilité d'abord, de dureté implacable ensuite.

Test Blu-ray : High life

0
Claire Denis et le cinéma de genre, c’est une longue histoire, entamée il y a bien des années – en 2001 pour être précis – avec le film de vampires Trouble every day. Cette première expérience dans les eaux très codifiées du cinéma horrifique n'avait d'ailleurs pas forcément fait l'unanimité au sein de la communauté des amateurs de fantastique : on se souvient par exemple des propos de Lloyd Kaufman, président de Troma, qui avait quitté la projection cannoise du film au bout de 30 minutes en déclarant « It was unbelievably boring, you can’t imagine how boring this movie was. This movie sucks… ».

Test Blu-ray : The unthinkable

0
Réalisé par un collectif de cinéastes suédois appelé Crazy Pictures, The unthinkable a fait sensation lors de sa présentation durant l’édition 2018 du Festival International du Film Fantastique de Paris (PIFFF). Film de « fin du monde », ouvertement conçu comme un véritable blockbuster doté d’une poignée de scènes techniquement époustouflantes, le film mis en boite par Crazy Pictures n’a pourtant couté que l’équivalent de deux millions de dollars, avec une partie des fonds recueillis sur Kickstarter. Un véritable tour de force dans le sens où le film nous propose plusieurs impressionnants accidents de voitures, des scènes d’action réellement tendues et plusieurs crashes d’hélicoptères ne paraissant jamais – mais alors vraiment jamais – cheapos ou au rabais. Les effets spéciaux numériques sont sobres et étonnants de réalisme : il y a de quoi être convaincu que s’il avait été tourné aux Etats-Unis, on estimerait facilement son budget entre 30 et 40 millions !

Test Blu-ray : Les forbans de la nuit

0
Troisième film de la « trilogie urbaine » de Jules Dassin (après La cité sans voiles en 1948 et Les bas-fonds de Frisco en 1949), Les forbans de la nuit s’impose comme un flamboyant archétype des qualités esthétiques et thématiques du « Film Noir » dans son ensemble. Tout d’abord le film nous propose un récit d’arnaque et de gangsters bien ficelé, tournant autour d'un escroc ambitieux mais poissard, dont les plans tournent de plus en plus mal et l’envoient au cœur d’une vertigineuse spirale d’échec. Les personnages sont d’ailleurs aussi sombres que le décor dans lequel ils évoluent : vénaux, veules, revanchards, aucun d’entre eux ne s’attirera réellement la sympathie du spectateur, d’autant que le film de Jules Dassin, sans concession, n’hésite pas à proposer une représentation très sombre de Londres et de ses bas-fonds, où les gangsters font leur propre loi en toute impunité, sans jamais être inquiétés par la police. Bien sûr, il y a aussi ce personnage de « Femme Fatale » (Gene Tierney), qui provoquera en partie la chute du personnage principal, incarné par un Richard Widmark fiévreux et halluciné.

Test Blu-ray : Mermaid – Le lac des âmes perdues

0
Coïncidence amusante : Mermaid – Le lac des âmes perdues sort chez Wild Side le 6 février, c'est-à-dire pile à la même date que La petite sirène chez Koba Films. Les amateurs de sirènes vont donc devoir casser deux fois leur tirelire ce mois-ci, à moins que… A moins qu’on leur révèle ici que malgré son titre, le film russe édité par Wild Side ne parle en réalité pas du tout d’une sirène, mais plutôt d’un fantôme, d’un « esprit du lac » tout ce qu’il y a de plus classique, que les protagonistes du film vont devoir « libérer » afin de briser la malédiction. Sauf qu’une fois n’est pas coutume, derrière ses atours pour le moins classiques, Mermaid – Le lac des âmes perdues cache en réalité un excellent petit film fantastique, torché avec habileté certaine, un savoir-faire assez étonnant et un évident respect du genre et de ses codes. Bien sûr, l’influence des grands films du genre (et en particulier de The ring) plane largement au-dessus de l’intrigue du film, mais cette première expérience russe dans le domaine du fantastique grand public se solde finalement par une réussite, à vrai dire assez inattendue.