Accueil Tags Jackie Berroyer

Tag: Jackie Berroyer

Test Blu-ray : Le Sens de la famille

0
Avec l’aide de son complice Allan Mauduit, avec qui il avait déjà travaillé sur Vilaine, Arès ainsi que sur la série Kaboul Kitchen, Jean-Patrick Benes opte avec Le Sens de la famille pour une tonalité ouvertement comique.

Test Blu-ray : Adieu les cons

0
Malmené par la pandémie de Covid-19, Adieu les cons n’aura pu rencontrer son public en salles que de façon morcelée, mais au final, ce seront quand même près de deux millions de français qui se seront plongés dans le film d'Albert Dupontel.

Test Blu-ray : Rien ne va plus

0
Avec Rien ne va plus, Claude Chabrol choisissait d’offrir au spectateur un vrai roman de gare, une histoire d’arnaqueurs dans la plus pure tradition du policier de type « série noire ».

Test Blu-ray : Neuilly sa mère, sa mère

0
Avec 2,5 millions d’entrées en France, Neuilly sa mère fut « LE » gros succès surprise de l’année 2009, et projetait directement son réalisateur Gabriel Julien-Laferrière dans la cour des grands, des réalisateurs « bankables » dont on attendrait le prochain gros succès avec impatience. Seulement voilà, ses deux comédies suivantes ne rempliraient pas les attentes de ses producteurs : sa première tentative, SMS (2014), n’attirerait que 293.000 curieux dans les salles obscures. Avec 747.000 entrées, les scores au box-office réalisés par C’est quoi cette famille ?! (2016) s’avéreraient un peu meilleurs, mais dans l’ensemble, le cinéaste avait besoin d’un succès pour « se refaire ». C’est donc presque naturellement qu’il se retournera à nouveau vers Marc De Chauveron (A bras ouverts) et Djamel Bensalah (Beur sur la ville) afin qu’ils signent, presque dix ans après, la suite des aventures de Sami Ben Boudaoud à Neuilly.

Test DVD : Garde alternée

0
Avec son intrigue évoquant le « partage » d’un homme par deux femmes, Garde alternée évoquera forcément aux cinéphiles les thématiques chères au cinéma de Bertrand Blier. Durant sa première heure, le film d’Alexandra Leclère évitera d’ailleurs avec soin le registre de la comédie franchouillarde traditionnelle, préférant s’attarder sur une tonalité générale tragicomique très proche de l’esprit des films de l’auteur des Valseuses… Pour ceux qui auraient encore des doutes quant à l’hommage au cinéaste, on note que l’on retrouvera également cet équilibre précaire entre l’absurde et le drame dans le très curieux épilogue du film, qui prend place autour d’une piscine dans le Lubéron – difficile de ne pas y voir à nouveau une référence explicite au cinéma de Bertrand Blier, et notamment à son dernier film en date, Le bruit des glaçons.

Critique : Intégrale Jean-François Stévenin

0
Un mot suffit à qualifier le cinéma de Jean-François Stévenin : liberté. Pour certain.e.s, cela peut s'avérer déroutant. Pour les autres, il sera surtout question de fraîcheur.

Test DVD : Je me tue à le dire

0
S'il entre sans conteste dans ce genre très particulier qu'est l'humour cinématographique en provenance de Belgique, "Je me tue à le dire" le fait par la porte d'un mélange de grande noirceur et de surréalisme.

Critique : Henri

0
Henri, la cinquantaine, d’origine italienne, tient avec sa femme Rita un petit restaurant près de Charleroi, "La Cantina". Une fois les clients partis, Henri retrouve ses copains, Bibi et René, des piliers de comptoirs ; ensemble ils tuent le temps devant quelques bières en partageant leur passion commune, les pigeons voyageurs. Rita meurt subitement, laissant Henri désemparé. Leur fille Laetitia propose alors à Henri de se faire aider au restaurant par un "papillon blanc", comme on appelle les résidents d’un foyer d’handicapés mentaux proche de "La Cantina". Rosette est de ceux-là. Elle est joyeuse, bienveillante et ne voit pas le mal. Son handicap est léger, elle est simplement un peu "décalée". Elle rêve d’amour, de sexualité et de normalité. Avec l’arrivée de Rosette, une nouvelle vie s’organise.