Accueil Tags Ingrid Bergman

Tag: Ingrid Bergman

Test Blu-ray : Les cadavres ne portent pas de costard

0
Même si leurs noms sont un peu retombés dans l’oubli depuis le tournant de l’an 2000, la collaboration entre Steve Martin (acteur) et Carl Reiner (réalisateur) a véritablement donné naissance à trois chefs d’œuvres de la comédie américaine entre 1979 et 1983 : Un vrai schnock, Les cadavres ne portent pas de costard et L'homme aux deux cerveaux. Trois films absolument indispensables, touchés par la grâce du génie comique, que l’on serait bien en peine de départager tant ils nous proposent de purs moments de rire et d’idées absolument folles. Trois films également trop méconnus de nos jours, et qu’il faudrait de toute urgence remettre sur le devant de la scène, afin que les cinéphiles parmi les plus jeunes d’entre nous puissent, comme leurs aînés, vouer à Steve Martin le culte qu’il mérite.

Cannes 70 : les légendes qui ont foulé le tapis rouge...

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Livre : Au travail avec Jean Eustache

0
Jean Eustache occupe une place à part au sein du cinéma français. Auréolé d’un statut légendaire depuis la projection de son film monstre, La Maman et la Putain, au festival de Cannes 1973, l’œuvre d’Eustache est restée confidentielle pour d’obscures raisons de droit limitant ainsi la diffusion de ses films parmi la communauté de spectateurs.

Festival de Cannes 2016 : tu l’aimes mon affiche officielle ?

3
Le Mépris est l'une des œuvres majeures de Jean-Luc Godard, l'un des plus grands bonheurs des cinéphiles, «une tragique histoire d'amour dans un cadre...

Décès de l’acteur Robert Loggia

0
L'acteur américain Robert Loggia est décédé à l'âge de 85 ans ce vendredi 4 décembre à Los Angeles. Né à New-York en 1930, il...

Norman Lloyd, un centenaire chez Judd Apatow

0
101 ans depuis le dimanche 8 novembre mais pourtant Norman Lloyd ne semble pas vouloir prendre sa retraite, comme l'atteste sa participation à Crazy...

Critique : La Pluie de printemps

2
Six ans après qu’ils se sont tournés autour comme des fauves dans La Rancune de Bernhard Wicki, Ingrid Bergman et Anthony Quinn se retrouvent pour des ébats sensiblement plus pudiques et sentimentaux. Tout n’est que souffrance intériorisée et expression timide de la frustration causée par le mariage dans ce conte digne d’un roman de gare.

Critique : Fleur de cactus

2
De nos jours, il existe un moyen très facile de constater à quel point cette comédie de mœurs aurait pu tourner au désastre : regarder ou plutôt subir Le Mytho Just go with it de Dennis Dugan, le remake avec Adam Sandler et Jennifer Aniston sorti il y a quatre ans.

Critique : Arc de Triomphe

2
Cette adaptation du roman de Erich Maria Remarque, qui a déjà dû sembler assez démodée lors de sa sortie après-guerre, a regagné une pertinence insoupçonnée en notre époque de flux migratoires inégalés. Malgré son décor artificiel, vrai uniquement en termes de reconstructions hollywoodiennes friandes de clichés sur Paris, elle sait par moments retranscrire ce que cela veut dire d’être un immigré clandestin dans un pays, préoccupé par des soucis plus pressants et égoïstes que l’accueil digne des hommes, des femmes et des enfants qui y cherchent refuge.

Critique : La Rancune

0
Notre époque est animée par un état d’esprit si mercantile et matérialiste que l’histoire d’une femme qui demande la tête d’un ancien amant en échange d’une somme d’argent rondelette ne relèverait plus aujourd’hui que d’une déformation à peine perceptible de la réalité. Dans les années 1960, on avait encore plus de scrupules et la vie humaine valait encore relativement plus chère.

Cycle Ingrid Bergman à la Cinémathèque Française

0
Tout comme Orson Welles, l'actrice Ingrid Bergman aurait eu cent ans cette année, ce qui au passage, permet de rappeler que tous deux étaient...

La Cinémathèque Française cet été

0
Honneur aux centenaires dans le programme estival de la Cinémathèque Française que nous avons reçu ce jour. Ils sont en effet au nombre de trois à jouir d’une rétrospective plus ou moins fournie pendant les deux derniers mois de programmation de l’auguste institution à Bercy avant la fermeture annuelle en août : Frank Sinatra, Orson Welles et Ingrid Bergman.