Accueil Tags Frédéric Pierrot

Tag: Frédéric Pierrot

Critique : Marguerite et Julien

3
Marguerite et Julien France, 2015 Titre original : - Réalisateur : Valérie Donzelli Scénario : Jérémie Elkaïm, Valérie Donzelli, d'après le scénario inédit de Jean Gruault Acteurs : Anaïs...

Test DVD : Marguerite et Julien

1
Après avoir réussi à remuer les tripes de tout le monde avec la première moitié de La guerre est déclarée en 2011, qui avait rencontré un étonnant succès public (6,4 millions d'entrées), Valérie Donzelli était retournée aux ombres du cinéma français indépendant avec Main dans la main (2012, 300.000 entrées) puis Que d'amour !, téléfilm produit par et pour Arte.

Décès du réalisateur René Féret

14
René Féret est mort à l'âge de quatre ans en 1939. René Féret, né le 27 mai 1945,  est mort quelques semaines avant son...

Critique : Anton Tchekhov 1890

0
Avec Anton Tchekhov 1890, René Féret s'attelle au portrait de l'un des écrivains russes les plus célèbres, auteur des pièces de théâtre La Mouette, La Cerisaie et Oncle Vania, ainsi que de nombreuses nouvelles. Alors que le sujet aurait pu conduire à un biopic historique à la gloire du grand écrivain, il semble plutôt que tout, dans le film, soit ramené aux dimensions de l'humilité de l'homme qui, avant d'être écrivain, demeura avant tout et toute sa vie un médecin, un fils, un frère. Nicolas Giraud, que l'on a vu récemment dans Loin des hommes, incarne l'écrivain-médecin aux côtés de Lolita Chammah et Robinson Stévenin.

Critique : Jeune & Jolie

0
Le portrait d’une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons.

La cerise sur le gâteau

0
Nièce par alliance de l’immense Alberto Moravia (son père, journaliste réputé, est le frère d’Elsa Morante, l’épouse de ce dernier, elle-même écrivain de grand talent – de « La Storia » par exemple, ou « Aracoeli » – disparue en 1985), maîtresse de cérémonie du 57ème Cannes (2004, sous la présidence de Tarantino), cette belle Italienne, danseuse à l’origine, dont la vie est en France depuis longtemps, a une riche filmographie sur plus de 30 ans en tant qu’interprète, internationale autant qu’éclectique (on peut citer ainsi les Italiens Bertolucci, Giuseppe et Bernardo, ou Moretti, le Suisse Alain Tanner, le Portugais Monteiro, et de nombreux Français, comme Granier-Deferre, Resnais ou Danièle Thompson). Prix « David di Donatello » (les « David » sont les équivalents italiens de nos « César ») de la Meilleure Actrice en 2002, pour le rôle de la mère dans le multi-récompensé « La Chambre du fils » de Nanni Moretti, elle a aussi de bons téléfilms à son actif, comme « L’Affaire Dreyfus » d’Yves Boisset, et elle est aussi régulièrement montée sur les planches (elle a même commencé sa carrière au théâtre, avec « Richard III », en Italie). Ayant au départ simplement écrit le scénario de « La Cerise sur le gâteau » avec Daniele Costantini, mais ne trouvant personne voulant en assurer la réalisation, Laura Morante se laisse convaincre par le producteur Bruno Pésery de tourner elle-même, à Paris et non à Rome comme prévu (tout en assurant le premier rôle, celui d’Amanda). On attendait donc avec curiosité ce premier film, qui plus est « sous double casquette » (réalisation et interprétation).