Test Blu-ray : Forfaiture

0
513


France : 1937
Titre original : –
Réalisation : Marcel L’herbier
Scénario : , , d’après le roman « The Cheat » de
Acteurs : , , , Sessue Hayakawa
Éditeur :
Durée : 1h40
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 24 novembre 1937
Date de sortie en BR et en DVD : 19 janvier 2021

Denise Moret se rend en Mongolie pour rejoindre Pierre, son mari, ingénieur sur un chantier. Après avoir perdu une grosse somme au jeu, Denise emprunte de l’argent au prince Lee-Lang. Celui-ci lui fait des avances qu’elle repousse. Le prince décide de se venger.

[3/5]

Malgré le danger que cela représente, Denise Moret a tenu à venir retrouver Pierre, son mari, un ingénieur de la Société France-Mongole de construction, qui travaille depuis 8 mois à la construction d’une route en Mongolie. Si elle voit le jour, cette route ne fera pas du tout les affaires de Tang-si, le propriétaire des caravanes de dromadaires qui, jusqu’alors, assuraient les transports de marchandises, avec, pour conséquence, des actions d’intimidation voire de sabotage. C’est d’ailleurs à la suite d’une de ces actions que Denise va être contrainte d’effectuer les derniers kilomètres vers le chantier où se trouve son mari dans la voiture du Prince Lee-Lang, un seigneur local diplômé d’Oxford qui tient à marquer de son sceau tout ce qui, pense-t-il, lui appartient : hommes, femmes, objets. Alors que Pierre Moret aimerait être soutenu dans son entreprise par le Prince Lee-Lang, Denise, de son côté, perd de grosses sommes au jeu. Un ingénieur ayant beaucoup de mal à prouver sa capacité technique du fait d’un contexte local particulier, son épouse qui se met en position de faiblesse en perdant au jeu, un séducteur qui voit dans cette position de faiblesse le moyen de « posséder » une femme qu’il convoite : c’est évident, Forfaiture dispose d’ingrédients dramatiques très forts !

Le cinéma français s’est souvent tourné vers une forme d’exotisme, avec, en particulier, un certain nombre de films censés se dérouler en Asie. C’est le cas de Forfaiture, dont la première partie est censée avoir la Mongolie comme cadre ( censée, car cette première partie a été tournée en Camargue !). A l’époque où a été tourné Forfaiture, on pouvait déjà également trouver cet exotisme dans la bande dessinée, le cinéma et la bande dessinée se rejoignant dans le nom du tripot dans lequel Denise perd au jeu, « Le lotus bleu », sans doute un clin d’œil à la fumerie d’opium du même nom qui apparait dans « Les Aventures de Tintin, reporter, en Extrême-Orient », bande dessinée publiée en noir et blanc peu de temps auparavant dans les pages du supplément jeunesse du journal « Le Vingtième Siècle » (C’est seulement en 1946 que cette BD prendra le nom de « Le lotus bleu », dans une version couleur). Comme c’était presque toujours le cas à cette époque, les personnages asiatiques de Forfaiture sont presque toujours obséquieux et fourbes et, souvent, très cruels. Toutefois, ce contexte pour le moins raciste se trouve atténué par le fait que Valfar, le personnage le plus fourbe de tous, bras droit du prince Lee-Lang, est un européen bon teint.

De façon particulièrement évidente, Forfaiture se caractérise par sa construction en deux parties très distinctes : la première, de type « aventure en Asie », se déroule en Mongolie, la seconde, de type « turpitudes dans le milieu des affaires, puis crime suivi d’un procès », se déroule dans la région parisienne. Il est manifeste que Marcel L’Herbier est beaucoup plus à l’aise dans la seconde partie que dans la première, même si certaines scènes de la première partie s’avèrent très spectaculaires ou donnent à peu de frais son caractère exotique au film, telles celles se déroulant dans le tripot.

Forfaiture, réalisé en 1937, est le remake d’un film portant le même titre et réalisé en 1915 par Cecil B. DeMille. Un film muet, par conséquent, mais dont la vision eut pour Marcel l’Herbier une importance capitale : on dit en effet que c’est en voyant ce film que le futur réalisateur qui, jusque là, se destinait plutôt à la poésie et à l’écriture de pièces de théâtre, aurait pris conscience de ce que pouvait offrir le cinéma, regardé alors avec condescendance par le milieu dont il était issu, et aurait décidé d’en faire son métier. Pour interpréter le rôle du séducteur, le prince Lee-Lang, Marcel L’herbier a choisi de mettre en scène Sessue Hayakawa, le comédien japonais qui interprétait le rôle similaire dans le film de Cecil B. DeMille. Curiosité : dans le film de Cecil B. DeMille, ce comédien était alors âgé de 25 ans et son personnage convoite une femme interprétée par une comédienne âgée de 42 ans au moment du tournage alors que dans le film de Marcel L’Herbier, son personnage convoite une femme interprétée par une comédienne âgée de 23 ans au moment du tournage alors que lui en a 47 ! Cette comédienne de 23 ans, c’est Lise Delamare, pensionnaire de la Comédie française depuis 2 ans, et elle apporte avec beaucoup de charme toutes les nuances exigées par son rôle. Le rôle de Valfar est tenu par l’immense Louis Jouvet, dont on a le droit de penser qu’il a été meilleur dans de nombreux autres films. On peut lui préférer Victor Francen, très convaincant dans le rôle de Pierre Moret. Dans le rôle de Ming, collaboratrice du prince Lee-Lang, on remarque , la future épouse de Jacques Lacan.

Le Blu-ray

[4/5]

Marcel L’Herbier est un réalisateur important dont l’œuvre ne trouve pas suffisamment sa place dans l’histoire du cinéma et, à ce titre, on ne peut que se réjouir de voir Rimini Editions proposer une première sortie en Blu-ray et en DVD de son film Forfaiture, qui plus est dans une version restaurée 2K. Si le son mono 2.0 DTS-HD montre parfois (très rarement, heureusement) quelques signes de faiblesse, il n’en est pas de même pour l’image, avec un noir et blanc qui respecte parfaitement toutes les nuances du noir au blanc en passant par celles du gris.

Un supplément est présent à la fois sur le Blu-ray et le DVD : intitulé Marcel L’herbier, Poète de l’Art Silencieux et réalisé en 2007 par , ce documentaire de 59 minutes retrace la période « cinéma muet » de Marcel L’Herbier en se consacrant plus particulièrement au film L’Argent (1928). Commencé à l’entrée de la batterie de Bois d’Arcy, où se trouvent les archives françaises du film du CNC, en compagnie du comédien , il se poursuit avec de nombreuses interventions d’historiens du cinéma et se termine avec des anecdotes à propos du film L’argent, adaptation du roman d’Emile Zola, un film de 3 heures et 15 minutes, sorti le jour de Noël en 1928 et produit par , le patron de la Société des Cinéromans, un homme dont les rapports avec Marcel L’Herbier furent particulièrement tumultueux. Un autre supplément n’est présent que sur le Blu-ray : tout simplement le Forfaiture de Cecil B. DeMille, film muet de 59 mn présenté en version SD.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici