Accueil Tags Elmore Leonard

Tag: Elmore Leonard

Test Blu-ray : Paiement cash

0
Truands crétins, durs à cuire, ambiance sordide et gros problèmes sont donc au programme de Paiement cash, qui suit la trajectoire d’un homme confronté aux conséquences de la plus grande erreur de sa vie.

Test Blu-ray : Hors d’atteinte

0
Quand Steven Soderbergh réalise Hors d'atteinte en 1998, il n'en est pas à son coup d'essai derrière la caméra : il s'agit en fait de son septième long-métrage, et son premier film, Sexe, mensonges et vidéo, avait remporté la Palme d'Or en 1989.

Test DVD : Hors d’atteinte

0
"Hors d'atteinte" est l'exemple type du film qu'il est impossible de faire rentrer dans un genre particulier. C'est à la fois un film de braquage et une comédie romantique, un film dans lequel le premier degré voisine avec le second degré, un film qui prend son temps pour avancer mais dans lequel le rythme est important.

Test Blu-ray : L’homme de l’Arizona

0
Très représentatif de la qualité en vigueur au cœur du « cycle Ranown », L’homme de l’Arizona s'avère un merveilleux petit western, aux allures de film mineur, mais en réalité bien plus intéressant qu'on ne pourrait le penser.

Test Blu-ray : Mr Majestyk

0
Dans les années 70, il faisait chaud, on suait beaucoup, mais à l'époque, ce n'était pas trop un problème pour emballer les nanas, même si on avait l'air d'un vieux schnock libidineux. Regardez les mecs dans les films de Sam Peckinpah, ils emballaient sévère, malgré leur physique ingrat. Même Warren Oates.

Test Blu-ray : 3h10 pour Yuma

0
3h10 pour Yuma est un des films les plus connus de Delmer Daves, et probablement un des westerns les plus brillants des années 50. Visuellement superbe, ce western psychologique mâtiné de film noir porte en lui les germes de ce que sera Apocalypse now vingt ans après : le film de Daves montre en effet le cheminement intérieur d'un homme qui finira par se métamorphoser au fil du film en sa « Némésis ». Car au départ, tout oppose Dan, fermier de son état, et Ben le tueur. Formellement très habile, Delmer Daves jouera des oppositions comme des ressemblances entre les deux personnages, notamment dans les cadrages ou l'agencement des plans / jeux d'ombres, jusqu'à un final bluffant qui n'a pas fini, plus de cinquante ans après, d'interpeler le spectateur.

Cannes 2014 : Cold in july

0
Viva il cinema (noir) ! Un an seulement après la présentation du film de cannibales We are what we are, Jim Mickle (Stake Land) revient à la Quinzaine des Réalisateurs avec son nouveau long-métrage adapté d'un roman de Joe Lansdale, à qui l'on devait déjà Bubba Ho-tep.