Accueil Tags Blade Runner

Tag: Blade Runner

Décès de l’acteur Rutger Hauer

0
L'acteur néerlandais Rutger Hauer est décédé le 19 juillet à Beetsterzwaag, dans le nord des Pays-Bas. Il était âgé de 75 ans. Son décès n'a été annoncé publiquement que hier, le jour de ses obsèques.

Livre : Tony et Ridley Scott, frères d’armes

0
Contrairement à de nombreuses fratries de réalisateurs (Coen, Dardenne ou même Russo), Tony et Ridley Scott, eux, ne travaillent pas ensemble. Mais, comme le démontre cet essai de Marc Moquin (cofondateur de Revus et corrigés que l'on avait d'ailleurs interviewé ici), les filmographies des deux frères se répondent entre elles, tout en étant singulières. Il ne s'agit peut être pas de deux faces d'une même pièce, mais de deux échos qui ne cessent de se répondre - et ce même après le décès prématuré de Tony Scott.

Test Blu-ray : Blade runner 2049

0
Que les fans du film matriciel de 1982 se rassurent immédiatement, l’ambiance atmosphérique, si singulière, de celui-ci, qui en faisait tout le charme, est bel et bien maintenue ici, dans une proposition de cinéma totalement à contre-courant de ce à quoi les studios américains ont habitué le public depuis pas mal d’années maintenant. Lorsque l’on peut lire que Denis Villeneuve a eu droit à son director’s cut pour la version salles, c’est totalement perceptible devant le résultat, tant le rythme planant est conservé, pour le plus grand bonheur des fans de science-fiction existentielle, loin des délires pyrotechniques habituels à Hollywood. Si cette ambiance sera donc du goût de ceux ayant érigé le film original en œuvre culte, elle sera peut-être à même de déstabiliser une partie du public, qui s’attendrait à un film au rythme un peu plus nerveux. Autant le dire tout de suite, hormis quelques fulgurantes scènes d’action à la violence sèche et percutante, 99% du film se consacre à ces longues plages atmosphériques hypnotisant le spectateur et le laissant extatique durant toute la projection.

Livre : Harrison Ford, l’acteur qui ne voulait pas être une...

0
Cette semaine vient de sortir Blade Runner 2049. Harrison Ford y reprend le rôle de Rick Deckard, un des plus emblématiques de sa carrière, après voir brillé dans Star wars VII et avant de revenir dans la peau du fameux Henry Jones Jr. (Indiana étant, rappelons-le, le nom du chien). Et si Blade Runner n'est devenu culte qu'à long terme, les sagas Star Wars et Indiana Jones ont fait de lui un des acteurs les plus connus et demandés des années 80. Drôle destin pour ce passionné de théâtre qui n'a jamais voulu devenir une star, comme nous le narre Alexis Orsini sur près de 300 pages !

Critique : Alien: Covenant

2
C’est avec une impatience non feinte, une certaine appréhension également, que l’on attendait ce nouvel opus de la saga Alien, suite de Prometheus. Pour rappel, ce dernier est une préquelle narrant les événements se déroulant avant le film original, sorti en 1979. L’on se souvient de cette image étrange du Space-Jockey, l’œil rivé à un télescope géant, l’estomac éventré, objet de spéculations les plus diverses parmi les fans et l’une des raisons pour laquelle Ridley Scott décida de revenir aux sources de l’histoire. Sorti en 2012, Prometheus divisa les fans, reprochant à Scott la création d’un gloubi-boulga métaphysique trop éloigné de l’univers anxiogène du premier volet. Prenant acte de ces critiques, Scott a la ferme intention de renouer avec l’ambiance du film original, tout en poursuivant la mutation de son univers initié par Prometheus

Critique : Premier Contact

0
Voir Denis Villeneuve, grand cinéaste contemporain pratiquant un cinéma totalement affranchi des diktats des gros studios, sachant allier somptuosité de la forme et faculté à interroger notre morale en confrontant ses personnages à des situations radicales, s’attaquer à la science fiction, avait forcément de quoi provoquer l’excitation des spectateurs en manque de spectacle intelligent. Dépeignant la fameuse arrivée sur Terre de vaisseaux extra-terrestres dont nul ne sait s’ils sont là avec des intentions pacifiques ou pour détruire l’espèce humaine, on peut dire qu’il investit un genre usé jusqu’à la corde, déjà riche d’œuvres définitives sur le sujet. On pense bien évidemment à l’ultime Rencontres du 3ème type, du moins dans un premier temps. Le Contact de Robert Zemeckis n’est également pas loin, avec cette linguiste chargée d’interpréter les paroles d’entités dont l’homme ne peut s’empêcher, fidèle à ses principes guerriers, de se méfier, et d’envisager leur anéantissement pur et simple. Mais au lieu de broder tranquillement sur des thèmes déjà maintes fois abordés par le cinéma de science fiction, Denis Villeneuve, fidèle à sa vision sans compromis du cinéma, décide d’étirer sur tout le film les ultimes minutes du chef d’œuvre de Spielberg. Ce qui peut laisser redouter un pensum verbeux et prétentieux sur le papier, se transforme, par l’intelligence hors normes du cinéaste et sa croyance infinie en le pouvoir du médium cinématographique, en œuvre d’art de grande ampleur, instantanément majeure.

Cette semaine sur la planète ciné (30 mai 2016)

1
On commence par cette première image de Alien: Covenant, suite plus ou moins directe de Prometheus, le film qui était n'était pas était n'était...

Découvrez le premier épisode de The Man in the High Castle

0
Dans son infinie générosité, Amazon nous et vous invite à découvrir, gratuitement et légalement, les deux premiers épisodes de sa mini-série événement The Man...

Critique : Blade runner (Final cut)

0
Le fait de ne pas être amplement familier avec ce classique de la science-fiction peut s’avérer avantageux pour mieux le découvrir dans toute sa splendeur lors de cette reprise en version restaurée. Car du haut de ses trente-trois ans, Blade runner n’est pas seulement un incontournable du cinéma de genre, qui n’a pas pris une ride.

A Girl walks home alone at night : entretien avec Ana...

0
Entretien avec Ana Lily Armirpour, la réalisatrice de A Girl walks home alone at night sorti en salles le 14 janvier et en DVD...

Décès du réalisateur Bud Yorkin

0
Le réalisateur et producteur américain Bud Yorkin est décédé hier à Los Angeles. Il était âgé de 89 ans. Même si son champ d’activité principal était la télévision, où il avait produit entre autres la série à succès « All in the family », Yorkin avait également réalisé une dizaine de films pour le cinéma.

Castle Saison 5 Episode 6 – The Final Frontier

0
Véritable cadeau pour les fans de science-fiction, cet épisode de Castle est une mine d'or de références culturelles et d'humour. Une combinaison détonante. Au cœur...