Sucker Punch

1
752
Sucker Punch de Zack Snyder

Streaming Sucker Punch Megaupload, Megavideo, TorrentSucker Punch

USA : 2011
Titre original : Sucker Punch
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , , Jena Malone
Production : Warner Bros. France
Durée : 1h50
Genre : Fantastique , Action , Thriller
Date de sortie : 30 mars 2011

Réalisation :   [rating:5.0]
Scénario :       [rating:3.5]
Acteurs :          [rating:3.0]
Musique :       [rating:5.0]
Globale :         [rating:4.0]
[five-star-rating]

Après 300, Watchmen et L’Armée des morts, revient avec Sucker Punch, un film qui a créé la controverse aux USA puisque la critique a pris en grippe le réalisateur, traitant son film de navet dédié à la violence gratuite (voir notre article : Sucker Punch début difficile). Sucker Punch arrive en France avec une réputation déjà faite, mais comme pour les précédents films de Snyder, la critique française verra peut-être autre chose derrière cet ovni visuel.

Synopsis : Fermez les yeux. Libérez-vous l’esprit. Rien ne vous prépare à ce qui va suivre. Bienvenue dans l’imaginaire débordant d’une jeune fille dont les rêves sont la seule échappatoire à sa vie cauchemardesque… S’affranchissant des contraintes de temps et d’espace, elle est libre d’aller là où l’entraîne son imagination, jusqu’à brouiller la frontière entre réalité et fantasme… Enfermée contre son gré, Babydoll a toujours envie de se battre pour reconquérir sa liberté. Combative, elle pousse quatre autres jeunes filles – la timorée Sweet Pea, Rocket la grande gueule, Blondie la futée, et la loyale Amber – à s’unir pour échapper à leurs redoutables ravisseurs, Blue et Madame Gorski – avant que le mystérieux High Roller ne vienne s’emparer de Babydoll. Avec Babydoll à leur tête, les filles partent en guerre contre des créatures fantastiques, des samouraïs et des serpents, grâce à un arsenal virtuel et à l’aide d’un Sage. Mais ce n’est qu’à ce prix qu’elles pourront – peut-être – recouvrer la liberté…

Sucker Punch de Zack Snyder
Un acharnement injustifié

Malgré toutes les mauvaises critiques, j’ai pris le parti de défendre Sucker Punch qui, d’après moi, mérite vraiment qu’on s’y attarde. Souvent jugé pour ses films aux scénarios assez mince, peut être comparé à un gosse à qui on donne une caméra et un budget important pour filmer son univers. Ce que tout le monde admettra, c’est que graphiquement parlant le réalisateur a déjà prouvé son talent avec 300 et Watchmen. Dans Sucker Punch, il va encore plus loin puisqu’il signe un scénario dans lequel il peut avoir accès à tous les délires sans la moindre limite narrative ou visuelle.

La réalisation est des plus esthétiques : Sucker Punch est un petit bijou graphique. Le film commence par une introduction sous forme de clip musical, sans le moindre dialogue durant 5 minutes. Chaque détail est travaillé, on évolue dans un univers non daté, plutôt moderne mais avec des costumes anciens, de vieilles bagnoles américaines, des radios des années 60… et le moindre petit briquet ou marteau est choisi avec minutie pour donner une âme particulière à chaque seconde du film. Tout ceci est mélangé à une bande son ultra moderne, ce qui fonctionne à merveille.

Visuellement : un chef d’œuvre graphiqueSucker Punch de Zack Snyder

Les différents univers dans lesquels se déploie l’action sont uniques. Les images passent d’une couleur quasiment monochrome lors des séquences angoissantes dans l’asile à une avalanche de couleurs dans le dancing où évoluent les filles ultra sexy. Enfin les combats délirants empruntent chacun les codes des jeux vidéo dont ils s’inspirent : guerre moderne, héroic fantasy, futuriste ou encore combat. Des plans-séquences impressionnants dans lesquels Snyder utilise l’espace et le temps à sa convenance, abusant des ralentis et des mouvements de caméra à 360°.

Le scénario dans tout ça est, comme dit plus haut, évidemment fait pour laisser une liberté quasi totale au maître du visuel. Et malgré tout ce qu’on peut entendre, Snyder pour son premier essai à la plume réussit un travail honorable. Bien sûr, des oublis se remarquent et certains raccourcis sont trop simplistes. Mais le récit de Sucker Punch se déploie sur 3 niveaux de conscience et il n’est pas évident de rester cohérent dans ces conditions. Et même s’il perdra nombre de spectateurs à cause de la complexité de la narration, il faut admettre qu’il y a un fond derrière l’histoire : ce délire visuel n’est autre qu’une évasion de l’esprit créée par le subconscient de notre héroïne pour échapper à un choc psychologique.

Un scénario moyen qui tient tout de même la route

Sucker Punch avec Emily BrowningNous avons donc affaire à un scénario mettant en scène une jeune femme enfermée dans un asile. Elle va se faire lobotomiser d’une manière assez archaïque. Sans aucun moyen de s’échapper, notre héroïne va se créer un monde imaginaire, entre comédie musicale et maison clause, on n’est pas loin de Moulin Rouge. A cela s’ajoutent des clichés allant du patron/mac misogyne à la meneuse de revue méprisante. Enfin, dans le troisième niveau de conscience (on va en perdre quelques-uns) l’héroïne s’évade lorsqu’elle danse, dans des univers de jeux vidéos pour récupérer des objets qui lui permettront de s’enfuir de son asile.

Les fans de jeux vidéos en auront pour leur argent et on se sent obligé de faire un parallèle avec Scott Pilgrim, visant également la génération jeux vidéos (on ne parle pas d’adaptations de jeux vidéo à l’écran façon Resident Evil ou Final Fantasy, mais bien de longs-métrages utilisant les codes du genre pour créer une œuvre originale). Ainsi passant de Call of Duty à Dead Rising sans oublier God of War et Warcraft, tout le monde sera servi, même si malheureusement les passages sont très inégaux. On regrette par exemple la scène du train bien moins réussie que les autres.

Par ailleurs, la bande son du film colle parfaitement avec ses prétentions : des morceaux énergiques et puissants de rock electro qui suivent l’action et  permettent d’admirer les images comme si on regardait une publicité pour un éditeur de jeux vidéo qui voudrait nous montrer tout ce qu’il sait faire. On retrouve de nombreux remix de Bjork, Queen ou encore de Marilyn Manson.

De jolies filles sans talent

A coté de tout ça, le casting n’est malheureusement pas à la hauteur du reste. Mais pouvait-on demander mieux à ces acteurs qui ne sont en fait que des personnages de bornes d’arcade (on n’a jamais demandé à Lara Croft de jouer du Shakespeare). Alors effectivement, mis à part leur joli minois et leurs formes affriolantes, les jeunes filles ne crèvent pas du tout l’écran. qui joue l’héroïne Babydoll (attention les noms sont ridicules) ne nous fera pas pleurer pour un sou, sa comparse qui interprète Sweet Pea non plus, mais en même temps, elles n’en ont pas vraiment l’occasion.

Sucker Punch de Zack Snyder

Sucker Punch est donc une apologie du visuel et ses détracteurs oublieront certainement qu’un autre film a connu un succès mondial en 2009, ne s’appuyant que sur le graphisme et laissant totalement de coté le scénario (qui était plus mince qu’un rouleau de papier toilettes) … il s’agit bien sûr d’Avatar de James Cameron. Sucker Punch vieillira probablement très mal à cause de son trop plein d’effets spéciaux, mais en 2011 il est une preuve de ce qu’on peut obtenir de plus beau avec 85 millions de dollars et des idées plein la tête.

Résumé :

Sucker Punch se regarde plus qu’il ne se comprend. C’est une véritable claque visuelle sous fond de scénario totalement déjanté pour geek en mal de jolies filles et de combats épiques. Une belle preuve que le cinéma n’est pas qu’un scénario ou un jeu d’acteur mais parfois aussi une belle image.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=KmtZZsWr9ik[/youtube]

1 COMMENTAIRE

  1. ceux qui ont fait ce film sont des génies absolu je m’explique !!
    comment peut ont faire un film aussi nul avec autant de moyen technique faut qu’on m’explique,ils avait la possibilité de faire 100 un ternimator 2 ou autre film du genre SF non ???
    hé bah non on se retrouve avec une histoire de dingo dans un asile qui se fait des film tout seul des samourails nes nazi morts vivants et tout le tremblement !!!
    le seul point positif les nenettes bien gaulé mais sacrément dégonflé du caberlo .bref je dis chapeau pour le massacre et le gaspillage d’autant d’argents et n’allez pas dire que j’aime pas les films déjanté j’aime les (une nuit en enfer ,sin city ) je suis pas un geek c’est peut etre pour ça alors

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici