News — 21 septembre 2019
Oscars 2020 : Les Misérables représentera la France
© SRAB Films / Rectangle Productions / Lyly Films / Le Pacte Tous droits réservés

La catégorie a beau avoir changé de nom au bout de plus de soixante ans de bons et loyaux services en tant que Meilleur Film étranger, les modalités pour élire ce qui s’appelle désormais l’Oscar du Meilleur Film international sont restées essentiellement les mêmes. Chaque pays a ainsi le droit de désigner un candidat officiel pour concourir dans cette catégorie prestigieuse des . Depuis hier après-midi, on connaît le prétendant français au trône, occupé depuis la cérémonie du mois de février dernier par le mexicain Roma de Alfonso Cuaron. Il s’agit de Les Misérables – titre oh combien français – de Ladj Ly, Prix du jury au dernier Festival de Cannes attribué par le jury sous la présidence du réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu, qui ne sortira dans les salles françaises que dans deux mois, le 20 novembre. Le comité de sélection, nommé par le ministre de la culture, a été composé cette année des producteurs Rosalie Varda et Jean Bréhat, des exportatrices Agathe Valentin et Muriel Sauzay, des réalisateurs Danièle Thompson, nommée à l’Oscar du Meilleur scénario original en 1977 pour Cousin cousine de Jean-Charles Tacchella, et Pierre Salvadori, ainsi que des trois membres de droit, le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux, le président d’Unifrance Serge Toubiana et le président des César Alain Terzian.

© Pyramide Distribution Tous droits réservés

Une présélection de trois films avait été annoncée en début de semaine, le lundi 16 septembre. Elle était composée des Misérables, de Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, à l’affiche depuis mercredi dernier, et de de Alice Winocour, dont la sortie est prévue pour le 27 novembre. Or, le règlement de l’Académie du cinéma américain stipule que, pour être éligible dans la catégorie du Meilleur Film international, un film doit bénéficier d’une sortie en salles en France entre le 1er octobre 2018 et le 30 septembre 2019. Depuis cette année, le Centre National du Cinéma et de l’Image animée s’autorise à contourner cette règle ancienne, en permettant l’éligibilité de films ayant bénéficié d’une sortie technique, de sept jours consécutifs, quelque part en France, au plus tard jusqu’au 30 septembre et avant leur date de sortie réelle. On peut donc constater avec une certaine amertume que le comité de sélection n’a jugé qu’un seul film français, sorti au fil de l’année d’éligibilité, à peu près bien placé pour représenter la France aux Oscars, parmi les centaines de films français en salles depuis un an. Sympa pour eux ! Et cela d’autant plus que le choix final s’est porté sur un film, aussi méritant soit-il, qui sortira pratiquement l’hiver prochain …

Proxima © Pathé Tous droits réservés

Est-ce que ce conte policier sombre saura briser le mauvais sort qui pèse sur la France en termes d’Oscars, puisqu’un seul film français a été nommé dans la catégorie dans les années 2010, Mustang de Deniz Gamze Ergüven en 2016, et que le dernier trophée remonte carrément à Indochine de Régis Wargnier en 1993 ? Depuis, neuf films français ont été nommés en tant que Meilleur Film étranger, chaque fois sans succès. On aura la réponse au plus tard le dimanche 9 février 2020, lors de la 92ème cérémonie des Oscars, précédée de l’annonce des nominations le lundi 13 janvier 2020. Auparavant, les habituelles présélections auront lieu, notamment à travers une liste de dix semi-finalistes, communiquée a priori en décembre. Pour rappel, le candidat français de l’année dernière, La Douleur de Emmanuel Finkiel, ne figurait même pas sur cette liste préliminaire, composée alors de seulement neuf films et choisie par divers comités de présélection. Espérons que Les Misérables, distribué aux États-Unis par Amazon Studios à partir de janvier 2020, aura plus de chance ! Il s’agirait du quatrième premier long-métrage français distingué de la sorte depuis le début du siècle, après Le Goût des autres de Agnès Jaoui, Les Choristes de Christophe Barratier et Mustang, ainsi que du troisième Prix du jury cannois sur la même période, après Faute d’amour de Andreï Zviaguintsev et Capharnaüm de Nadine Labaki.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles