National Society of Film Critics 2022 : le palmarès

0
224

Madres paralelas © 2021 El Deseo / Sony Pictures Entertainment / Pathé Films Tous droits réservés

Et de trois pour Drive My Car, puisque l’épopée intimiste de Ryusuke Hamaguchi a également gagné le prix du Meilleur Film de la National Society of Film Critics. Il en fut de même au mois de décembre pour les critiques de New York et de Los Angeles. Les lauréats de la National Society of Film Critics ont été annoncés samedi dernier, le 8 janvier. Place désormais aux syndicats professionnels de faire connaître leur choix avec l’annonce des nominations aux Screen Actors Guild Awards dès aujourd’hui. Toute cette saison de prix hollywoodiens, une fois de plus considérablement perturbée par la pandémie du coronavirus, devrait se terminer d’ici dix bonnes semaines par la 94ème cérémonie des Oscars, le dimanche 27 mars prochain.

Depuis toujours très accueillante à l’égard du cinéma étranger, la National Society of Film Critics a pourtant mis du temps avant de s’enthousiasmer pour les films asiatiques. Avant Ran de Akira Kurosawa en 1986, ce sont en effet surtout des productions suédoises et françaises qui avaient été plébiscitées par les critiques de l’association fondée vingt ans plus tôt. Depuis, il n’y en a eu que deux autres : le taiwanais Yi Yi de Edward Yang en 2001 et le sud-coréen Parasite en 2020. Autant dire que l’avenir de Drive My Car auprès des votants d’organisations plus grand public n’est pas forcément assuré …

Clair-obscur © 2021 Emily Aragones / Flat Five Productions / Significant Productions / Picture Films / Netflix France
Tous droits réservés

En mettant temporairement un terme au raz-de-marée de prix de la Meilleure réalisation votés à Jane Campion pour The Power of the Dog, Ryusuke Hamaguchi ne devient que le troisième cinéaste asiatique et le premier réalisateur japonais victorieux auprès de la National Society of Film Critics. Il succède aux Chinois Zhang Yimou pour Hero et Le Secret des poignards volants en 2005 et Chloé Zhao pour Nomadland l’année dernière. Du côté de l’interprétation, Hidetoshi Nishijima est carrément le premier acteur asiatique nommé comme Meilleur acteur par l’association, toujours pour Drive My Car.

Après son sacre par les critiques de Los Angeles fin décembre, Penélope Cruz décroche le deuxième prix majeur outre-Atlantique pour son interprétation dans Madres paralelas. Sa énième collaboration avec Pedro Almodovar lui avait déjà valu la Coupe Volpi de la Meilleure actrice au Festival de Venise l’année dernière. Pour la National Society of Film Critics, elle est la première actrice espagnole et hispanophone honorée de la sorte.

Parmi les trophées des seconds rôles, Anders Danielsen Lie est le premier acteur norvégien reconnu par l’association et seulement le troisième dans un film non-anglophone après Holger Löwenadler dans Lacombe Lucien de Louis Malle et Steven Yeun dans Burning de Lee Chang-dong. Quant à Ruth Negga, elle est la première actrice dans un second rôle récompensée par la National Society of Film Critics … dans un film en noir et blanc depuis Ellen Burstyn dans La Dernière séance de Peter Bogdanovich en 1972, sans compter Cate Blanchett dans I’m Not There de Todd Haynes, partiellement photographié de la sorte.

Julie (en 12 chapitres) © 2021 Christian Belgaux / Oslo Pictures / B-Reel Films / MK2 Productions / Film i Väst /
arte France Cinéma / Memento Distribution Tous droits réservés

Meilleur Film : Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi

Meilleur réalisateur : Ryusuke Hamaguchi pour Drive My Car et Contes du hasard et autres fantaisies, sortie française le 6 avril

Meilleure actrice : Penélope Cruz dans Madres paralelas

Meilleur acteur : Hidetoshi Nishijima dans Drive My Car

Meilleure actrice dans un second rôle : Ruth Negga dans Clair-obscur, sans date de sortie cinéma en France

Meilleur acteur dans un second rôle : Anders Danielsen Lie dans Julie (en 12 chapitres)

Meilleur scénario : Drive My Car par Ryusuke Hamaguchi et Takamasa Oe

Meilleur Documentaire : Flee de Jonas Poher Rasmussen, sans date de sortie en France

Meilleure photo : The Green Knight, sans date de sortie cinéma en France – Andrew Droz Palermo

The Green Knight © 2021 Eric Zachanowich / Bron Studios / A24 / Amazon Prime France Tous droits réservés

Prix Film Heritage : Maya Cade, fondatrice du Black Film Archive / les réalisateurs et historiens du cinéma Bertrand Tavernier (1941-2021) et Peter Bogdanovich (1939-2022)

Mention spéciale pour un film en attente d’un distributeur américain : Retour à Reims (Fragments) de Jean-Gabriel Périot, sortie française le 30 mars

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici