Sorties de la semaine — 24 octobre 2018
Les sorties du 24 octobre 2018

Ce sont les vacances de la Toussaint, un fait qui se manifeste du côté des sorties de la semaine à la fois par quelques films au thème d’Halloween et surtout par une fâcheuse surabondance de films dignes d’être mis en avant et donc vus. Rien que les documentaires cumulent une durée impressionnante de plus de seize heures, essentiellement due au véritable chef-d’œuvre du dernier Festival de Cannes : le film fleuve de plus de huit heures, découpé tout de même en trois parties pour son exploitation en France, de Wang Bing. L’autre sortie épique de la semaine, le documentaire historique de François Lagarde n’est malheureusement projeté qu’en régions, afin d’y commémorer dignement le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. L’Envers d’une histoire de Mila Turajlic mêle le passé et le présent du pays à l’Histoire particulièrement tumultueuse qu’est la Serbie, tandis qu’en France, les manifestants de la Place de la République Printemps 2016 tels qu’ils apparaissent dans le documentaire de Leïla Ben Aribi nous rappellent que la grogne sociale manque souvent de souffle dans notre cher pays. Enfin, les portraits extra-larges concoctés par Alain Cavalier jouent les prolongations, avec le deuxième volet consacré à Jacquotte de retour dans la maison de ses parents et à Daniel et ses troubles obsessionnels compulsifs.


Le rattrapage des sélections festivalières opérées plus tôt cette année à Berlin et à Cannes continue sans relâche cette semaine, avec l’histoire d’amour dans un noir et blanc sublime de Pawel Pawlikowski, en compétition sur la Croisette et prix de la mise en scène, le coup de cœur de notre confrère Jean-Jacques, et l’adaptation poétique de Camus dans de Adilkhan Yerzhanov, présenté à Un certain regard et celui de notre autre confrère Nicolas. Côté festival allemand, les films mettent parfois plus de temps avant de débarquer sur les écrans français, comme ce fut le cas de de Dechen Roder, au programme du Panorama l’année dernière, un envoûtant conte policier qui nous vient de cette nation très discrète d’un point de vue cinématographique, le Bhoutan. n’a rien à voir avec le film de Kiyoshi Kurosawa sorti au mois de septembre, à moins qu’on considère que le ton anxiogène du film de Shahram Mokri, issu du Panorama berlinois de cette année-ci, le rapproche de sa vision pessimiste de l’avenir de l’humanité.


Avant de passer aux ressorties, faisons un tour rapide parmi les films grand public, majoritairement à recommander cette semaine. A commencer par la comédie plébiscitée à Cannes de Gilles Lellouche, une histoire très joliment édifiante autour d’un groupe d’hommes désœuvrés et dépressifs qui se réunit autour du projet improbable de la natation synchronisée masculine. Sensiblement plus intense, le remake de Halloween par David Gordon Green tient apparemment toutes ses promesses, ne serait-ce que grâce au grand retour de Jamie Lee Curtis dans son rôle emblématique. Enfin, il n’y a pas que Pedro Almodovar qui sait orchestrer des thrillers poisseux en Espagne, comme le démontre Quien te cantara de Carlos Vermut, le réalisateur de La Niña de fuego, sorti en France il y a trois ans.


Enfin, pas moins de onze films rivalisent cette semaine pour les faveurs des spectateurs les plus cinéphiles, dont la dernière partie en sept titres de l’immense rétrospective entreprise par Carlotta Films en cette rentrée à l’honneur du maître suédois . L’enfant terrible du cinéma français, Gérard Depardieu est également à l’affiche de deux films : dans le très curieux Mon oncle d’Amérique de Alain Resnais et dans le rôle qui avait failli lui valoir un Oscar ou tout au moins une carrière internationale de Jean-Paul Rappeneau. Pour les fans insatiables de cinéma d’horreur, vous pourriez revoir l’original de John Carpenter avant de juger si la version 2018 de Halloween résiste à la comparaison. Et puis, une forme d’horreur infiniment plus enjouée était la recette du succès de l’univers de la famille Addams, à déguster sans modération – mais si possible en version originale – dans de Barry Sonnenfeld.


Les Âmes mortes de Wang Bing (Chine, Documentaire, 8h26, distribué sur 16 copies)

Chair de poule 2 Les Fantômes d’Halloween de Ari Sandel (États-Unis, Fantastique, 1h30) avec Wendi McLendon-Covey, Madison Iseman et Jeremy Ray Taylor

Cold war de Pawel Pawlikowski (Pologne, Drame, 1h24, distribué sur 153 copies) avec Joanna Kulig, Tomasz Kot et Agata Kulesza (critique)

Dakini de Dechen Roder (Bhoutan, Policier, 1h58, distribué sur 10 copies) avec Jamyang Jamtsho Wangchuk, Sonam Tashi Choden et Chencho Dorji

L’Envers d’une histoire de Mila Turajlic (Serbie, Documentaire, 1h44)

Le Grand bain de Gilles Lellouche (France, Comédie dramatique, 2h02) avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet et Benoît Poelvoorde

Halloween de David Gordon Green (États-Unis, Horreur, 1h49) avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer et Virginia Gardner

Invasion de Shahram Mokri (Iran, Drame, 1h41) avec Abed Abest, Elaheh Bakhshi et Babak Karimi

de Marc Forster (États-Unis, Fantastique, 1h40) avec Ewan McGregor, Hayley Atwell et Mark Gatiss

de Hadas Ben Aroya (Israël, Drame, 1h20) avec Hadas Ben Aroya, Yonatan Bar-Or et Netser Charitt

Place de la République Printemps 2016 de Leïla Ben Aribi (France, Documentaire, 1h11)

Quien te cantara de Carlos Vermut (Espagne, Drame, 2h02) avec Najwa Nimri, Eva Llorach et Carme Elias

Le Rouge et le gris de François Lagarde (France, Documentaire, 3h28, distribué sur 1 copie)

2 Jacquotte et Daniel de Alain Cavalier (France, Documentaire, 1h41)

La Tendre indifférence du monde de Adilkhan Yerzhanov (Kazakhstan, Drame, 1h40) avec Dinara Baktybaeva, Kulzhamilya Belzhanova et Kuandyk Dyussembaev (critique)

Reprises

Cyrano De Bergerac (1989) de Jean-Paul Rappeneau (France, Comédie dramatique, 2h17) avec Gérard Depardieu, Anne Brochet et Vincent Perez // à partir du vendredi 26 octobre

Halloween (1978) de John Carpenter (États-Unis, Horreur, 1h33) avec Donald Pleasence, Jamie Lee Curtis et Nancy Kyes

Ingmar Bergman Rétrospective Partie 3 (1958-80) de Ingmar Bergman (Suède) : Le Visage, L’Œil du diable, A travers le miroir, Le Silence, Une passion, Mon île Faro et De la vie des marionnettes

Mon oncle d’Amérique (1980) de Alain Resnais (France, Drame, 2h01) avec Gérard Depardieu, Nicole Garcia et Roger Pierre

Les Valeurs de la famille Addams (1993) de Barry Sonnenfeld (États-Unis, Comédie fantastique, 1h34) avec Anjelica Huston, Raul Julia et Christopher Lloyd

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *