Sorties de la semaine — 23 juillet 2018
Les sorties du 18 juillet 2018

Le programme des films à l’affiche cette semaine séduit avant tout par sa qualité, globalement pas exceptionnelle, soit, voire dépourvue de films qu’il faudra voir à tout prix, mais néanmoins très pauvre en déchets filmiques, d’habitude déchargés par les distributeurs au creux de l’été. Trois films sortent du lot, qui vous assureraient – rien que par leur complémentarité – un emploi du temps hebdomadaire de cinéma richement rempli. Il s’agit tout d’abord de de Gaya Jiji ou le calme trompeur avant la tempête en Syrie, quand la lutte crue pour la survie ne supplantait pas encore des considérations de mœurs plus mondaines. Aux côtés de ce film sélectionné à Cannes à Un certain regard en mai dernier, vous avez un autre conte joliment tortueux autour de l’adolescence, sous forme de de Desiree Akhavan, le premier film à sortir en 2018 qui traite des camps de rééducation homophobes hélas très en vogue aux États-Unis, avant la sortie prévue fin novembre en France de Boy erased de Joel Edgerton. Enfin, un thriller moins regardant sur de quelconques problèmes sociaux, quoique diablement efficace nous vient du Danemark : de Gustav Möller.


Le cinéma français ne se porte pas non plus trop mal cette semaine, puisque la grosse comédie familiale du moment de Frédéric Quiring semble avoir trouvé grâce aux yeux de notre cher confrère Jean-Jacques et qu’il ne reste donc que l’énième film sur la danse urbaine de Marc Fouchard à vous déconseiller plus ou moins vivement. Quant au cinéma d’auteur – quelle expression si atrocement galvaudée –, il a élu domicile du côté du polar avec respectivement Vincent Cassel et Romain Duris chez Erick Zonca, ainsi que Laurent Lafitte chez Patricia Mazuy. Enfin, aux deux extrémités de l’échiquier commercial, vous aurez le choix aux armes promotionnelles forcément inégales entre le nouveau film Marvel (un de plus) ou bien un documentaire pas sans intérêt sur l’artiste Andy Goldsworthy et un autre film gay, italien celui-ci, avec Le Père d’Italia de Fabio Mollo.


Que trois films de retour en salles cette semaine, mais quel bel échantillon du cinéma des années 1960 et ’70 ! Le plus rare parmi eux est sans aucun doute de Nicolo Ferrari, un conte moral sur l’éternel combat entre l’amour et le sexe dans l’Italie pudibonde et bourgeoise d’une autre époque, à moins que les mœurs n’y aient pas vraiment changé en un demi-siècle … La bienséance à l’américaine est en tout cas savoureusement malmenée dans le grand classique du cinéma burlesque de Blake Edwards, que l’on peut revoir sans peine deux ans seulement après sa dernière ressortie. Le distributeur Carlotta Films continue sur sa lancée de redécouvertes prestigieuses, par le biais de de Dennis Hopper, un film aussi bizarre et fascinant que l’a été le parcours de son réalisateur.


de Peyton Reed (États-Unis, Fantastique, 1h58) avec Paul Rudd, Evangeline Lilly et Michael Peña

Break de Marc Fouchard (France, Drame de danse, 1h36, distribué sur 230 copies) avec Sabrina Ouazani, Kevin Mischel et Hassam Ghancy

Come as you are de Desiree Akhavan (États-Unis, Drame, 1h31, distribué sur 120 copies) avec Chloë Grace Moretz, Sasha Lane et Jennifer Ehle

de Erick Zonca (France, Policier, 1h59) avec Vincent Cassel, Romain Duris et Sandrine Kiberlain

The Guilty de Gustav Möller (Danemark, Thriller, 1h25) avec Jakob Cedergren, Jessica Dinage et Omar Shargawi

Ma reum de Frédéric Quiring (France, Comédie, 1h25) avec Audrey Lamy, Florent Peyre et Charlie Langendries (critique)

Maya l’abeille 2 de Alexs Stadermann, Noel Cleary et Sergio Delfino (Allemagne, Animation, 1h26, distribué sur 485 copies)

Mon tissu préféré de Gaya Jiji (Turquie, Drame, 1h36, distribué sur 36 copies) avec Manal Issa, Ula Tabari et Souraya Baghdadi

de Patricia Mazuy (France, Thriller, 1h51) avec Laurent Lafitte, Zita Hanrot et Philippe Girard

de Thomas Riedelsheimer (Royaume-Uni, Documentaire, 1h37)

Le Père d’Italia de Fabio Mollo (Italie, Drame, 1h32, distribué sur 30 copies) avec Luca Marinelli, Isabella Ragonese et Anna Ferruzzo

Reprises

The Last Movie (1971) de Dennis Hopper (États-Unis, Drame, 1h48) avec Dennis Hopper, Julie Adams et Stella Garcia

Laura nue (1961) de Nicolo Ferrari (Italie, Drame, 1h40) avec Giorgia Moll, Nino Castelnuovo et Tomas Milian

The Party (1968) de Blake Edwards (États-Unis, Comédie burlesque, 1h39) avec Peter Sellers, Claudine Longet et J. Edward McKinley

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *