Sorties de la semaine — 17 juillet 2019
Les sorties du 17 juillet 2019
L’Œuvre sans auteur © Buena Vista International / Pergamon Film / Wiedemann Berg Film /
Diaphana Distribution Tous droits réservés

En ce début du grand vide estival, les nouveaux films à l’affiche vous emmènent en voyage. Pas du côté des centres touristiques bondés comme dans Ibiza de Arnaud Lemort, sorti il y a deux semaines, quoique toujours depuis le point de vue de l’occidental, ahuri par ce qu’il voit au bord de la route. Dans de Sebastian Schipper, la fugue d’un jeune Anglais du gite familial au Maroc sert de prétexte à la rencontre avec un immigré de son âge, à la fois le début d’une grande amitié et d’un choc des cultures traité pas sans finesse. L’héroïne du Voyage de Marta de Neus Ballus s’aventure encore plus en terrain inconnu, lors d’un séjour au Sénégal qui l’éloigne des paysages de carte postale afin de lui permettre de s’immerger dans la vraie vie des vrais habitants. Enfin, notre troisième recommandation de la semaine souffre d’une politique de distribution assez douteuse. Car c’est justement grâce à sa durée imposante de plus de trois heures que L’Œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck a su nous convaincre, lorsque nous l’avions découvert l’hiver dernier en marge du Festival de Berlin. Couper le film en deux parties distinctes, alors que le récit n’adopte sa vitesse de croisière qu’au bout de deux heures, c’est le priver d’emblée d’une exposition tant soit peu susceptible d’attirer un public intéressé par ce type d’épopée germanique.

100 kilos d’étoiles © Yann Maritaud / Koro Films / Bac Films Tous droits réservés

Les femmes ont une fois de plus le beau rôle en cette semaine tristement peu propice à une fréquentation accrue des salles obscures, à l’exception du retour tant attendu – mais pas par nous – du Roi lion de Disney. Deux chanteuses se livrent un duel à distance, la première assez trash sous les traits de Elisabeth Moss dans de Alex Ross Perry et la deuxième plus sentimentale avec Jessie Buckley dans de Tom Harper. Le match retour au féminin du sommet de l’humour canaille atteint par Michael Caine et Steve Martin en 1988 dans Le Plus escroc des deux de Frank Oz risque de vous laisser sur votre faim, contrairement à l’histoire plutôt originale d’une bande de filles au physique peu commun qui rêvent de conquérir la lune ou au moins l’espace dans 100 kilos d’étoiles de Marie-Sophie Chambon. Enfin, le seul film de la semaine à déborder sans complexes de testostérone, Persona non grata de Roschdy Zem, prouve à quel point l’acteur-réalisateur affiche le même éclectisme de qualité devant et derrière la caméra, avec désormais cinq longs-métrages à son nom.

© 1959 Kadokawa / Carlotta Films Tous droits réservés

Votre agenda de cinéma pourrait facilement être rempli par les pas moins de huit sorties de films en reprise cette semaine. Passons rapidement sur le très beau et très exposé de Terrence Malick, déjà de retour après deux brèves années d’absence, pour faire un tour du côté des raretés du cinéma de genre. Les films du réalisateur italien ne sortent pas par hasard en parallèle de ceux de ses contemporains et compatriotes Mario Bava et Dario Argento. Ce « poète du macabre » compte en effet parmi les cinéastes les plus jouissifs de son époque, à confirmer à l’occasion de la ressortie de quatre de ses films. On associe par contre rarement la jouissance viscérale à la filmographie du plus méticuleusement cérébral Fritz Lang. Son diptyque de films pénultièmes n’a pas forcément bonne réputation. Sa sortie concentrée en de belles copies restaurées nous permettra peut-être de nous faire un avis actualisé à leur sujet. Puis, Herbes flottantes de Yasujiro Ozu fait office d’avant-goût de la grande rétrospective en dix films du maître japonais, qui fera son retour la semaine prochaine, après son succès remarquable l’année dernière.


100 kilos d’étoiles de Marie-Sophie Chambon (France, Comédie dramatique, 1h28, distribué sur 71 copies) avec Laure Duchêne, Angèle Metzger et Pauline Serieys

de Bruno Mercier (France, Comédie dramatique, 1h20, distribué sur 19 copies) avec Mark Austin, Alice Carel et Sébastien Fouillade

de Chris Addison (États-Unis, Comédie de gangster, 1h34) avec Anne Hathaway, Rebel Wilson et Tim Blake Nelson

de Anja Kreis (Russie, Comédie dramatique, 1h17, distribué sur 10 copies) avec Aleksei Solontchev, Ekaterina Vinogradova et Xenia Koutepova

Her smell de Alex Ross Perry (États-Unis, Drame musical, 2h14, distribué sur 30 copies) avec Elisabeth Moss, Cara Delevingne et Dan Stevens

de Lorenza Garcia et Bruno Vienne (États-Unis, Documentaire, 1h23, distribué sur 8 copies)

L’Œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck (Allemagne, Drame historique, 1h31 & 1h39, distribué sur 101 copies) avec Tom Schilling, Sebastian Koch et Paula Beer (critique)

Persona non grata de Roschdy Zem (France, Drame, 1h32) avec Nicolas Duvauchelle, Raphaël Personnaz et Roschdy Zem

Roads de Sebastian Schipper (Allemagne, Drame, 1h40, distribué sur 39 copies) avec Fionn Whitehead, Stéphane Bak et Moritz Bleibtreu

de Jon Favreau (États-Unis, Aventure, 1h58)

Te Ata de Nathan Frankowski (États-Unis, Biographie filmique, 1h41, distribué sur 50 copies) avec Q’Orianka Quilcher, Gil Birmingham et Brigid Brannagh

Le Voyage de Marta de Neus Ballus (Espagne, Comédie dramatique, 1h25) avec Elena Andrada, Sergi Lopez et Diomaye Augustin Ngom

Wild Rose de Tom Harper (Royaume-Uni, Comédie dramatique, 1h41, distribué sur 181 copies) avec Jessie Buckley, Julie Walters et Craig Parkinson

de Iciar Bollain (Espagne, Biographie filmique, 1h50, distribué sur 79 copies) avec Carlos Acosta, Santiago Alfonso et Keyvin Martinez

Reprises

L’Aventure selon Fritz Lang : & Le Tombeau hindou (1958) de Fritz Lang (Allemagne, Aventure, 1h37 & 1h41) avec Debra Paget, Paul Hubschmid et Claus Holm

Herbes flottantes (1959) de Yasujiro Ozu (Japon, Drame, 1h59) avec Ganjiro Nakamura, Machiko Kyo et Ayako Wakao

Lucio Fulci Le Poète du macabre (1969-1977) de Lucio Fulci (Italie, Thriller) : Perversion Story, Le Vénin de la peur, La Longue nuit de l’exorcisme et L’Emmurée vivante

Les Moissons du ciel (1978) de Terrence Malick (États-Unis, Drame, 1h34) avec Richard Gere, Brooke Adams et Sam Shepard

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles