Les sorties du 16 novembre 2022

0
457

Premières urgences © 2022 Haut et court Doc / Haut et court distribution Tous droits réservés

On a du mal à saisir le thème fédérateur de ce mercredi de cinéma, niché au cœur du mois de novembre. Bien que les sorties du jour ne paient pas de mine à première vue, elles recèlent de nombreuses propositions de cinéma, libres et iconoclastes, contemplatives et explosives. Et surtout, elles sont le reflet à la fois fidèle et multiforme de notre époque, en route vers un avenir incertain. Bref, face à la morosité météorologique, enfin en accord avec la saison, on ne peut que vous encourager vivement d’aller découvrir en salles ces films à l’esprit indépendant, au lieu de vous enfermer chez vous avec le premier venu des services de vidéo en ligne comme seule compagnie !

Difficile, voire très difficile donc d’opérer une première réduction du choix abondant de films à l’affiche dès ce mercredi ! Sans prétendre à une quelconque exhaustivité ou représentativité, voici nos quatre (!) coups de cœur de la semaine : pour calmer tant soit peu notre mauvaise conscience sociale, le drame au titre révélateur Les Engagés de Emilie Frèche et le documentaire au sujet pas moins à l’ordre du jour Premières urgences de Eric Guéret devront faire l’affaire. Puis, afin d’explorer à un niveau filmique élevé le monde du théâtre et le monde tout court qui court à sa perte, on vous conseille également les nouveaux films de Valeria Bruni Tedeschi (Les Amandiers) et Bertrand Bonello (Coma).

Black is Beltza Ainhoa © 2022 Talka Records and Films / Lagarto Films / Draftoon Studio / Urban Distribution
Tous droits réservés

Peut-être le seul point commun de la plupart des autres nouveaux films serait la place privilégiée qu’ils réservent aux personnages féminins. En effet, vous aurez l’embarras du choix féministe entre la photographe sur les terrains de guère à travers la planète dans le film d’animation espagnol Black is Beltza Ainhoa de Fermin Muguruza, la mère iranienne qui cherche à mettre son bébé à l’abri des regards inquisiteurs dans Juste une nuit de Ali Asgari, la révolte des nounous africaines dans le plus léger Les Femmes du square de Julien Rambaldi et la fuite en avant face à la maladie dans Plus que jamais de Emily Atef.

Du côté masculin, les choses s’annoncent de manière moins brillante et confiante. Notre faveur va alors clairement plus au drame carcéral Ariaferma de Leonardo Di Costanzo, le réalisateur de L’Intervallo et de L’Intrusa, et, à la limite, au périple du gangster dans Du crépitement sous les néons de FGKO – sans conteste le titre le plus poétique de la semaine, voire du mois – que vers la drôle de quête spirituelle de Gad Elmaleh dans Reste un peu et les mille et une tentatives de se racheter une conduite romantique de Alex Lutz dans … Une comédie romantique de Thibault Segouin.

Main basse sur la ville © 1963 Galatéa / Cinématographie Lyre / Les Acacias Tous droits réservés

Trois belles perles du cinéma d’antan font de même leur grand retour au cinéma cette semaine. Les deux premières ressortent à l’occasion du centième anniversaire, hier, du réalisateur italien Francesco Rosi qui nous avait quittés en janvier 2015, mais dont les films continuent de résonner jusqu’à ce jour. Cela est vrai d’une manière presque tragique avec le poignant Main basse sur la ville et son intrigue autour d’un chantier urbain qui ensevelit des ouvriers. Quelle étrange coïncidence de programmation, quelques jours à peine après l’écroulement des deux bâtiments lillois ! Heureusement, les magistrats français vont assez bien, contrairement à leurs confrères italiens, assassinés l’un après l’autre dans l’intense Cadavres exquis avec Lino Ventura au sommet de sa forme, entre Adieu poulet de Pierre Granier-Deferre et Garde à vue de Claude Miller.

Puis en attendant toutes sortes d’hommages qui se préparent autour de Bertrand Tavernier, y compris une rétrospective à la Cinémathèque Française à partir de la mi-février 2023, on est ravi de pouvoir enfin revoir dans toute sa gloire l’un de ses films les plus beaux et atypiques, le voyage américain au rythme de jazz plus connu sous le nom de Autour de minuit avec l’excellent saxophoniste Dexter Gordon !


Alaska L’Aventure à skis de Gabriele Carletti (Italie, Documentaire, 0h50, distribué sur 5 copies)

Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi (France, Comédie dramatique, 2h06) avec Nadia Tereszkiewicz, Sofiane Bennacer et Louis Garrel

Ariaferma de Leonardo Di Costanzo (Italie, Drame carcéral, 1h57, distribué sur 70 copies) avec Toni Servillo, Silvio Orlando et Fabrizio Ferracane

Black is Beltza Ainhoa de Fermin Muguruza (Espagne, Animation, 1h20)

Coma de Bertrand Bonello (France, Drame, 1h20) avec Julia Faure, Louise Labeque et Laëtitia Casta

Le Défi de Noël de Florian Hessique (France, Comédie dramatique, 1h50) avec Aurore Planas, Florian Hessique et Alexandre Debanne

Du crépitement sous les néons de FGKO (France, Gangster, 1h32) avec Jérémie Laheurte, Tracy Gotoas et Bosh

Les Engagés de Emilie Frèche (France, Drame social, 1h38, distribué sur 180 copies) avec Benjamin Lavernhe, Julia Piaton et Bruno Todeschini (critique)

Les Femmes du square de Julien Rambaldi (France, Comédie sociale, 1h45, distribué sur 402 copies) avec Eye Haïdara, Ahmed Sylla et Léa Drucker

Juste une nuit de Ali Asgari (Iran, Drame, 1h26, distribué sur 52 copies) avec Sadaf Asgari, Ghazal Shojaei et Babak Karimi (critique)

La Maison de Anissa Bonnefont (France, Drame érotique, 1h30, distribué sur 92 copies) avec Ana Girardot, Aure Atika et Rossy De Palma

Noël avec les frères Koalas de Tobias Fouracre (Royaume-Uni, Animation, 0h46, distribué sur 83 copies)

Plus que jamais de Emily Atef (Norvège, Drame, 2h02, distribué sur 109 copies) avec Vicky Krieps, Gaspard Ulliel et Björn Floberg

Premières urgences de Eric Guéret (France, Documentaire, 1h40) (critique)

Reste un peu de Gad Elmaleh (France, Docu-fiction, 1h33, distribué sur 253 copies)

Une comédie romantique de Thibault Segouin (France, Comédie romantique, 1h38, distribué sur 150 copies) avec Alex Lutz, Golshifteh Farahani et Lucie Debay

Reprises

Autour de minuit (1986) de Bertrand Tavernier (France, Drame musical, 2h11, distribué sur 16 copies) avec Dexter Gordon, François Cluzet et Gabrielle Haker

Cadavres exquis (1976) de Francesco Rosi (Italie, Thriller politique, 2h07, distribué sur 8 copies) avec Lino Ventura, Alain Cuny et Fernando Rey

Main basse sur la ville (1963) de Francesco Rosi (Italie, Thriller politique, 1h41, distribué sur 8 copies) avec Rod Steiger, Salvo Randone et Guido Alberti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici