Les sorties du 13 avril 2022

0
706

Toute une nuit sans savoir © 2021 Petit Chaos / Another Birth / Norte Distribution Tous droits réservés

Alors que la sélection officielle du prochain Festival de Cannes sera annoncée dès demain, les distributeurs français font preuve d’un certain empressement afin de nous dévoiler les films qui avaient mis les festivaliers en émoi lors des éditions précédentes. Par conséquent, le programme des sorties de la semaine est plutôt de qualité, la plupart des nouvelles sorties ayant reçu le sceau d’approbation de Cannes et d’autres festivals de prestige. Vous aurez donc l’embarras du choix parmi une petite dizaine de films à l’ambition cinématographique manifeste, à moins que votre cœur de spectateur ou de spectatrice ne vous dise de vous divertir face aux suites des univers des Animaux fantastiques ou des Crevettes pailletées.

Le nôtre penche davantage du côté des trois films suivants, notre choix ayant à peine été rendu plus aisé grâce à l’avis très positif de notre critique maison Jean-Jacques sur Et il y eut un matin de Eran Kolirin. Le film a priori le plus abouti sur les trois qui débarquent aujourd’hui sur nos écrans depuis le Moyen-Orient opère une symbiose saisissante entre les dilemmes familiaux et ceux provoqués par un contexte géopolitique tendu dans le sillage d’un mariage dans un village palestinien en Israël.

Plus près de chez nous, au lycée Turgot dans le 3ème arrondissement de Paris, un groupe de jeunes tente le double exploit de la réussite scolaire et de l’excellence en termes de danse hip hop sous l’œil bienveillant de Thierry Demaizière et Alban Teurlai dans le documentaire Allons enfants. Enfin, jeunesse et documentaire toujours du côté de Toute une nuit sans savoir de Payal Kapadia et son récit mi-fictif sur une révolte étudiante en Inde.

Apples © 2020 Boo Productions / Lava Films / Perfo Productions / Bodega Films Tous droits réservés

La famille occupe une place prépondérante dans la plupart des autres films qui valent parfaitement le détour par votre salle obscure préférée cette semaine. Il en va ainsi pour le nouveau Gaspar Noe, Vortex, une sorte de relecture de l’intrigue d’Amour de Michael Haneke, dans lequel Françoise Lebrun, Dario Argento et Alex Lutz se substituent à Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva et Isabelle Huppert. De même pour le conte de la mafia poignant que Jonas Carpignano, le réalisateur de A ciambra, a imaginé à partir d’une famille d’acteurs non-professionnels. Le retour au bercail ne se fait pas non plus tout en douceur dans Face à la mer de Ely Dagher dans lequel la jeune protagoniste revient au Liban après un long exil à Paris.

Enfin, si toutes ces propositions de cinéma passionnantes n’ont pas su vous convaincre, il reste l’œuvre probablement la plus étrange de cette mi-avril : Apples de Christos Nikou dans lequel les personnages, frappés d’une amnésie soudaine, devront tant bien que mal reprendre le contrôle de leur vie. Situations cocasses en perspective !

Tokyo Eyes © 1998 Lumen Films / Euro Space / Haut et Court / La Traverse Tous droits réservés

A l’image des sorties de films récents, les ressorties de la semaine brillent par leur richesse et leur variété. Peu importe que vous soyez fans de films d’horreur nippons, de drames sociaux italiens des années 1970 portés par le couple de toute beauté formé à l’écran par Stefania Sandrelli et Giuliano Gemma dans Un vrai crime d’amour de Luigi Comencini ou d’un cinéma français hors des sentiers battus à la fin du siècle dernier, les sept films de retour en salles vous raviront certainement.

Quand les producteurs ne font plus que recycler de vieilles recettes – une pratique douteuse encore à l’œuvre cette semaine à travers A l’ombre des filles de Etienne Comar ou la resucée musicale de Un triomphe de Emmanuel Courcol sorti il y a six mois à peine –, mieux vaut parfois remonter à la source. Le cycle en trois films d’épouvante japonais vous permettra ainsi de vous rendre compte à quel point les remakes américains par Gore Verbinski et Walter Salles n’ont strictement rien inventé.

Jean-Pierre Limosin, quant à lui, défend une vision si singulière du cinéma que personne ne s’aventurera de sitôt à l’imiter. Ce qui ne veut nullement dire que sa filmographie ne vaut pas la peine d’être redécouverte. Soit à travers la rétrospective partielle à l’affiche dès ce jour, soit à la Cinémathèque Française où ses autres films sont également montrés jusqu’à ce samedi.


A chiara de Jonas Carpignano (Italie, Drame, 2h01, distribué sur 54 copies) avec Swamy Rotolo, Claudio Rotolo et Grecia Rotolo

A l’ombre des filles de Etienne Comar (France, Drame, 1h46) avec Alex Lutz, Agnès Jaoui et Hafsia Herzi

Allons enfants de Thierry Demaizière et Alban Teurlai (France, Documentaire, 1h54, distribué sur 69 copies)

Les Animaux fantastiques Les Secrets de Dumbledore de David Yates (États-Unis, Fantastique, 2h22, distribué sur 928 copies) avec Mads Mikkelsen, Jude Law et Eddie Redmayne

Apples de Christos Nikou (Grèce, Drame, 1h30) avec Aris Servetalis, Sofia Georgovassili et Anna Kalaitzidou

Le Dernier piano de Jimmy Keyrouz (Liban, Drame, 1h50, distribué sur 50 copies) avec Sara Abi Kanaan, Adel Karam et Tarek Yaacoub (critique)

Et il y eut un matin de Eran Kolirin (Israël, Drame, 1h41, distribué sur 54 copies) avec Alex Bachri, Juna Suleiman et Salim Daw (critique)

Face à la mer de Ely Dagher (Liban, Drame, 1h56) avec Manal Issa, Rabih El Zaher et Yara Abou Haidar

La Fraude de Jean-Louis Cros (France, Drame, 1h23) avec Sabine D’Halluin, Didier Moreira et Agathe Paysant

Les Gagnants de Laurent Junca et Azedine Bendjilali (France, Comédie, 1h25) avec Joey Starr, Alban Ivanov et Azedine Bendjilali

Max et Emmy Mission Pâques de Ute von Münchow-Pohl (Allemagne, Animation, 1h16, distribué sur 421 copies)

La Revanche des Crevettes pailletées de Cédric Le Gallo et Maxime Govare (France, Comédie, 1h53) avec Nicolas Gob, Michael Abiteboul et David Baiot

Sous l’aile des anges de A.J. Edwards (États-Unis, Drame, 1h34) avec Diane Kruger, Jason Clarke et Brit Marling

Le Stade de Eric Hannezo et Matthieu Vollaire (France, Documentaire sportif, 1h47)

Toute une nuit sans savoir de Payal Kapadia (Inde, Documentaire, 1h39)

Vortex de Gaspar Noe (France, Drame, 2h22, distribué sur 56 copies) avec Dario Argento, Françoise Lebrun et Alex Lutz

Reprises

J-Horror Les 3 visages de la peur (1998-2002) de Hideo Nakata et Takashi Miike (Japon, Horreur) : Ring, Audition et Dark Water

L’œil Limosin (1982-1997) de Jean-Pierre Limosin et Alain Bergala (France) : Faux fuyants, Gardien de la nuit et Tokyo Eyes

Un vrai crime d’amour (1973) de Luigi Comencini (Italie, Drame, 1h36) avec Stefania Sandrelli, Giuliano Gemma et Brizio Montinaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici