Les Oscars d’honneur 2015

0
104

GovernorsAwards2015

Lors de sa réunion avant-hier, le conseil d’administration de l’Académie du cinéma américain a désigné quels professionnels émérites du cinéma mondial vont recevoir cette année les prestigieux d’honneur. Son choix a été annoncé ce jour par la présidente de l’Académie, Cheryl Boone Isaacs, réélue il y a trois semaines pour son troisième mandat d’un an. Les heureux élus, tous Américains, sont l’actrice et le réalisateur , qui recevront un Oscar d’honneur, ainsi que l’actrice , qui recevra, elle, le Jean Hersholt Humanitarian Award pour son engagement pour différentes causes humanitaires.

 

Depuis que ces prix d’honneur sont attribués lors d’une cérémonie à part au mois de novembre, ce n’est que la deuxième fois que le conseil d’administration n’a plébiscité que trois lauréats, alors qu’il y en a eu quatre les autres années. De même, c’est la première fois qu’une majorité de femmes sont honorées, alors qu’il y a eu deux années avec exclusivement des hommes oscarisés d’honneur. Les septièmes auront lieu le samedi 14 novembre prochain, dans la Ray Dolby Ballroom du centre Hollywood & Highland. Des extraits de la soirée festive seront a priori disponsibles sur la chaîne Youtube de l’Académie quelques jours plus tard. Une sélection sera également montrée lors de la 88ème cérémonie des Oscars, le dimanche 28 février 2016.

GenaRowlands

L’actrice Gena Rowlands (*1930) a marqué l’Histoire du cinéma à travers sa collaboration avec son mari, le réalisateur John Cassavetes (1929-1989). Dans les dix films qu’ils ont tournés ensemble, dont les chefs-d’œuvre Faces, Minnie & Moskowitz, , Opening night et Love Streams, elle a campé des rôles mémorables de femmes à la fois fortes et fragiles. En dehors de cette collaboration privilégiée, Rowlands avait également joué dans des films comme Seuls sont les indomptés de David Miller, Une autre femme de Woody Allen, Night on earth de Jim Jarmusch, The Neon Bible de Terence Davies et N’oublie jamais de son fils Nick Cassavetes. Gena Rowlands a été nommée à deux reprises à l’Oscar de la Meilleure actrice, pour Une femme sous influence en 1975 et pour Gloria en 1981. Elle avait gagné l’Ours d’argent au festival de Berlin en ’78 pour Opening night. Côté prix honorifiques, elle a reçu celui des Los Angeles Films Critics l’année dernière, ainsi que celui du National Board of Review en 1996. Enfin, ce sera au moins la deuxième fois que l’actrice fera partie de la cérémonie des Governors Awards, puisque elle y avait chanté les louanges de Angelina Jolie, Jean Hersholt Humanitarian Award en 2013.

 

SpikeLee

Le réalisateur, producteur et scénariste Spike Lee (*1957) est l’un des plus importants représentants du cinéma afro-américain aux Etats-Unis. Avant même de tourner son premier long-métrage en 1986, Nola Darling n’en fait qu’à sa tête, il avait remporté un Student Academy Award trois ans plus tôt pour son court-métrage de fin d’études à l’université de New York. Ses films suivants comme , Mo’better blues, Jungle fever et Malcolm X avaient tout autant marqué les esprits. A partir de la fin des années ’90, alors qu’il était également responsable de films commerciaux majeurs comme La 25ème heure et Inside Man L’homme de l’intérieur, il s’est de plus en plus intéressé au documentaire, exprimant dès lors son engagement en faveur des défavorisés et de l’Histoire afro-américaine dans des films comme 4 Little Girls et The Original Kings of Comedy. Spike Lee a été nommé à deux reprises à l’Oscar, pour le Meilleur scénario original pour Do the right thing en 1990 et pour le Meilleur Documentaire pour 4 Little Girls en ’98. Il a reçu un César d’honneur en 2003. Enfin, il était responsable de la campagne publicitaire pour la 79ème cérémonie des Oscars en 2007, pour laquelle il a réalisé six spots autour des répliques les plus célèbres de l’Histoire du cinéma.

 

DebbieReynolds

Et puis, l’actrice Debbie Reynolds (*1932) fait partie de l’aristocratie hollywoodienne depuis plus de soixante ans. Dès son premier rôle principal, dans le classique de Stanley Donen et Gene Kelly en 1952, jusqu’à sa dernière apparition notable dans Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh en 2013, elle a tenu de nombreux rôles mémorables, notamment dans Le Repas de noces de Richard Brooks, Mon séducteur de père de George Seaton, La Reine du Colorado de Charles Walters, Divorce à l’américaine de Bud Yorkin, What’s the matter with Helen ? de Curtis Harrington, Entre ciel et terre de Oliver Stone, Mother de Albert Brooks et In & out de Frank Oz. Or, c’est pour son travail humanitaire qu’elle recevra le Jean Hersholt Humanitarian Award, principalement en tant que co-fondatrice de l’association Thalians, qui milite en faveur de la recherche dans le domaine des maladies psychiques. Debbie Reynolds dispose également d’une collection impressionnante d’accessoires de l’âge d’or de Hollywood. Elle avait été nommée à l’Oscar de la Meilleure actrice en 1965 pour La Reine du Colorado. Enfin, l’année 2015 est tout à fait exceptionnelle pour Debbie Reynolds, puisque elle a reçu le prix honorifique de la Screen Actors Guild en janvier dernier, des mains de sa fille, l’actrice et scénariste Carrie Fisher.

https://youtu.be/xdjuEwRSKJA?t=1m32s

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici