Les Anniversaires de la semaine 25 / 2016

1
101

Voici la liste des personnalités du cinéma qui célébreront un important pendant cette semaine, entre le 20 et le 26 juin 2016 :

 

Le lundi 20 juin

OlympiaDukakis

(85 ans) : un seul rôle aura suffi à cette actrice américaine pour se faire un nom dans le monde du cinéma : celui de la mère dans Eclair de lune de Norman Jewison, qui lui avait valu en 1988 l’Oscar et le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un second rôle, ainsi que le prix des critiques de Los Angeles et du National Board of Review. Très présente sur scène au début de sa carrière, elle n’avait que peu joué au cinéma avant son rôle phare, entre autres dans Lilith de Robert Rossen, John et Mary de Peter Yates et Les Seigneurs de Philip Kaufman. Après Eclair de lune, elle allait accepter quelques seconds rôles prestigieux, par exemple dans Working girl de Mike Nichols, la trilogie Allo maman …, Potins de femmes de Herbert Ross, Mon père de Gary David Goldberg, Les Complices de Charles Shyer, Maudite Aphrodite de Woody Allen, Professeur Holland de Stephen Herek, Jeffrey de Christopher Ashley, Le Prince de Sicile de Jim Abrahams et Loin d’elle de Sarah Polley. Elle est la cousine du politicien Michael Dukakis, le candidat malheureux des Démocrates à l’élection présidentielle américaine en 1988.

StephenFrears

Stephen Frears (75 ans) : président du jury au 60ème Festival de Cannes en 2007, ce réalisateur anglais est capable du meilleur comme du pire. Dans sa filmographie longue de plus de trente ans, sans oublier son travail abondant pour la télévision auparavant, les films qui nous tiennent à cœur sont plutôt nombreux. A commencer par ses premiers films britanniques, de The Hit avec John Hurt et Tim Roth jusqu’à Les Liaisons dangereuses avec Glenn Close et John Malkovich, en passant par My Beautiful Laundrette avec Daniel Day-Lewis et Gordon Warnecke, Prick up your ears avec Gary Oldman et Alfred Molina et Sammy et Rosie s’envoient en l’air avec Roland Gift et Frances Barber. Ses débuts sur le terrain hollywoodien étaient, eux aussi, fulgurants, comme le démontre Les Arnaqueurs avec Anjelica Huston et John Cusack, voire Héros malgré lui avec Dustin Hoffman et Geena Davis. Puis, la machine s’est mystérieusement enrayée, ne nous laissant avec des perles filmiques que par intermittence : The Hi-Lo Country avec Woody Harrelson et Billy Crudup, Dirty pretty things avec Audrey Tautou et Chiwetel Ejiofor, The Queen avec Helen Mirren et Michael Sheen et Chéri avec Michelle Pfeiffer et Rupert Friend. Son nouveau film, Florence Foster Jenkins avec Meryl Streep et Hugh Grant, sortira en France le 13 juillet prochain. Stephen Frears a été nommé à deux reprises à l’Oscar du Meilleur réalisateur, en 1991 pour Les Arnaqueurs et seize ans plus tard pour The Queen. Il a gagné le César du Meilleur Film étranger en 1990 pour Les Liaisons dangereuses, ainsi que l’Ours d’argent du Meilleur réalisateur au Festival de Berlin en 1999 pour The Hi-Lo Country.

JoshLucas

Josh Lucas (45 ans) : une vedette éphémère pendant les années 2000, cet acteur américain ne fait déjà plus tellement parler de lui. Il a tenu ses premiers rôles au cours de la décennie précédente, entre autres dans Les Survivants de Frank Marshall. Dès l’an 2000, il se voit offrir des personnages et des films plus consistants, tels que Tu peux compter sur moi de Kenneth Lonergan, American Psycho de Mary Harron, Le Poids de l’eau de Kathryn Bigelow, Bleu profond de Scott McGehee et David Siegel, ainsi qu’Un homme d’exception de Ron Howard – Oscar du Meilleur Film en 2002. Pendant environ cinq ans, il est au sommet de sa gloire, notamment dans Fashion victime de Andy Tennant, Hulk de Ang Lee, Wonderland de James Cox, L’Autre rive de David Gordon Green, Une vie inachevée de Lasse Hallström, Furtif de Rob Cohen et Poseidon de Wolfgang Petersen. L’échec commercial de ces deux derniers l’a obligé de se laisser rétrograder aux seconds rôles ou dans des films plus confidentiels comme Les Ombres du passé de Boaz Yakin, Tell tale de Michael Cuesta, Bébé mode d’emploi de Greg Berlanti, La Défense Lincoln de Brad Furman, J. Edgar de Clint Eastwood, 12 heures de Simon West et The Mend de John Magary.


Le mardi 21 juin

CaryBrokaw

Cary Brokaw (65 ans) : un goût prononcé pour les sujets engagés ou en tout cas hors des sentiers battus transparaît au moins aux débuts de la filmographie assez disparate de ce producteur américain. On lui doit ces sommets du cinéma américain indépendant que sont Down by law de Jim Jarmusch, Drugstore cowboy de Gus Van Sant, The Player et Short cuts de Robert Altman. Il a également produit Wanda’s Café de Alan Rudolph, Slam dance de Wayne Wang, La Mort sera si douce de James Foley, Les Imposteurs de Michael Lindsay-Hogg, Le Don du roi de Michael Hoffman, Road to Graceland de David Winkler, Profession profiler de Renny Harlin, Le Marchand de Venise de Michael Radford, Closer Entre adultes consentants de Mike Nichols, La Locataire de Antti Jokinen et Lullaby de Andrew Levitas. Cary Brokaw a gagné l’Independent Spirit Award du Meilleur Film en 1994 pour Short cuts. Pour son travail à la télévision et sa collaboration avec Mike Nichols, il a gagné deux Emmies, en 2001 celui du Meilleur Téléfilm pour « Wit » et trois ans plus tard celui de la Meilleure Minisérie pour « Angels in America ».


Le mercredi 22 juin

KrisKristofferson

(80 ans) : d’abord connu comme chanteur et compositeur dans le monde de la musique country, s’est également imposé au cinéma en tant qu’acteur, surtout pendant les années 1970. Après son premier film, The Last Movie de Dennis Hopper, il a ainsi participé à des films aussi marquants de l’époque que Pat Garrett et Billy le Kid, Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia et Le Convoi de Sam Peckinpah, Les Choses de l’amour de Paul Mazursky, Alice n’est plus ici de Martin Scorsese, Une étoile est née de Frank Pierson, Les Faux durs de Michael Ritchie, La Porte du paradis de Michael Cimino et Une femme d’affaires de Alan J. Pakula. A partir des années ’80, il tourne moins, apparaissant néanmoins dans Wanda’s Café de Alan Rudolph, Lone star, Limbo et Silver City de John Sayles, Blade de Stephen Norrington, Payback de Brian Helgeland, La Fille d’un soldat ne pleure jamais de James Ivory, Danse passion de Randa Haines, La Planète des singes de Tim Burton, Blade II de Guillermo Del Toro, The Jacket de John Maybury, Blade Trinity de David S. Goyer, Fast Food Nation de Richard Linklater, Ce que pensent les hommes de Ken Kwapis et L’Incroyable histoire de Winter le dauphin de Charles Martin Smith. Il a été nommé à l’Oscar de la Meilleure partition de chansons en 1985 pour Songwriter de Alan Rudolph. Et il a gagné le Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale en 1977 pour Une étoile est née.

MichaelLerner

Michael Lerner (75 ans) : cet acteur américain a eu son quart d’heure de gloire en 1991 grâce aux frères Coen et leur Barton Fink – Palme d’or au Festival de Cannes – pour lequel il fut nommé à l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle l’année suivante. Le reste de sa filmographie n’est pas honteux pour autant, puisque elle contient entre autres Alex in Wonderland de Paul Mazursky, Votez McKay de Michael Ritchie, Les Casseurs de gangs de Peter Hyams, Monsieur Saint-Ives de J. Lee Thompson, De l’autre côté de minuit de Charles Jarrott, Revanche à Baltimore de Robert Ellis Miller, Le Facteur sonne toujours deux fois de Bob Rafelson, Angoisse de Bigas Luna, Les Coulisses de l’exploit de John Sayles, Les Nuits de Harlem de Eddie Murphy, Maniac cop 2 de William Lustig, puis Newsies The News boys de Kenny Ortega, Absolom 2022 de Martin Campbell, Aux bons soins du docteur Kellogg de Alan Parker, L’Educatrice et le tyran de Ken Kwapis, La Malédiction de la momie de Russell Mulcahy, Godzilla de Roland Emmerich,  Celebrity de Woody Allen, Mon martien favori de Donald Petrie, Mod squad de Scott Silver, Elfe de Jon Favreau, The Calcium kid de Alex De Rakoff, Life during wartime de Todd Solondz, A serious man des frères Coen, Blanche Neige de Tarsem Singh et X-men Days of Future Past de Bryan Singer.

EmmanuelleSeigner

(50 ans) : le fait d’être depuis près de vingt-sept ans l’épouse du réalisateur Roman Polanski n’est pas le seul accomplissement de cette actrice française. Même si elle a collaboré à de nombreuses reprises avec son mari, de Frantic en 1988 jusqu’à La Vénus à la fourrure, son dernier film à ce jour, sorti il y a trois ans, en passant par Lunes de fiel et La Neuvième porte. Elle lui a cependant fait des infidélités artistiques avec Jean-Luc Godard (Détective) et Pierre Granier Deferre (Cours privé) au début de sa carrière, puis avec Mario Monicelli (Il male oscuro), Claude Miller (Le Sourire), Michel Deville (La Divine poursuite), Gabriele Salvatores (Nirvana), Nicole Garcia (Place Vendôme), Yvan Attal (Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants), Emmanuelle Bercot (Backstage), Olivier Dahan (La Môme), Julian Schnabel (Le Scaphandre et le papillon), Danièle Thompson (Le Code a changé), Yasmina Reza (Chicas), Jerzy Skolimowski (Essential killing), Stéphane Brizé (Quelques heures de printemps), François Ozon (Dans la maison) et Jean-Pierre Améris (L’Homme qui rit). Son prochain film, Réparer les vivants de Katell Quillévéré, devrait sortir à l’automne. Elle a été nommée deux fois aux César, comme Meilleure actrice dans un second rôle pour Place Vendôme en 1999 et comme Meilleure actrice dans La Vénus à la fourrure en 2014. Elle est la sœur aînée de l’actrice Mathilde Seigner.


Le vendredi 24 juin

CharlesSturridge

(65 ans) : ce réalisateur anglais travaille en priorité pour la télévision, notamment sur la mini-série à succès du début des années ’80 « Retour au château ». Il a toutefois mis en scène quelques films dont les plus marquants sont Une poignée de cendre avec Kristin Scott Thomas et Rupert Graves, Where Angels fear to tread avec Helen Mirren et Helena Bonham Carter, Le Mystère des fées avec Harvey Keitel et Peter O’Toole et Lassie avec O’Toole et Samantha Morton. Ses réalisations pour la télévision lui ont valu trois nominations à l’Emmy, entre 1982 et 2002.

IainGlen

(55 ans) : et encore un acteur dont la carrière a subi un coup de pouce sensible grâce à la série à succès « Game of Thrones » dans laquelle cet Ecossais joue le rôle de Jorah Mormont. Auparavant, il a joué autant pour la télévision que pour le cinéma. Dès la fin des années ’80, on a ainsi pu le voir sur grand écran dans Gorilles dans la brume de Michael Apted, Aux sources du Nil de Bob Rafelson, Rosencrantz et Guildenstern sont morts de Tom Stoppard – Lion d’or au Festival de Venise en 1990 –, Ferdydurke de Jerzy Skolimowski, Fools of fortune de Pat O’Connor, Young Americans de Danny Cannon, Lara Croft Tomb Raider de Simon West, Darkness de Jaume Balaguero, Resident Evil Apocalypse de Alexander Witt, Man to man de Régis Wargnier, Kingdom of Heaven de Ridley Scott, Resident Evil Extinction de Russell Mulcahy, Harry Brown de Daniel Barber, La Papesse Jeanne de Sönke Wortmann, La Dame de fer de Phyllida Lloyd, Kick-ass 2 de Jeff Wadlow, ainsi que prochainement dans Opération Eye in the Sky de Gavin Hood qui sortira en VOD en septembre et Resident Evil The Final Chapter de Paul W.S. Anderson. Il a gagné l’Ours d’argent du Meilleur acteur au Festival de Berlin en 1990 pour Silent scream de David Hayman. En tant que membre de l’ensemble de « Game of Thrones », il a été nommé à quatre reprises au prix de la Screen Actors Guild. Il l’a gagné en 2013 en tant que membre de l’ensemble d’une autre série phénomène des années 2010, « Downton Abbey » à laquelle il n’a pourtant participé que pour une saison dans le rôle de Sir Richard Carlisle.

FlorenceThomassin

(50 ans) : cette actrice française occupe rarement le devant de la scène. Elle a néanmoins réussi à accumuler un corpus de films plus qu’honorable depuis la fin des années ’80, riche en personnages féminins à fleur de peau. Parmi ses films les plus importants, citons Le Crime d’Antoine de Marc Rivière, Mina Tannenbaum de Martine Dugowson, Elisa de Jean Becker, Beaumarchais l’insolent de Edouard Molinaro, Des nouvelles du bon dieu de Didier Le Pêcheur, Les Victimes de Patrick Grandperret, Doberman de Jan Kounen, Le Plaisir et ses petits tracas de Nicolas Boukhrief, Rien à faire de Marion Vernoux, Une affaire de goût de Bernard Rapp, Le Cœur des hommes, Le Cœur des hommes 2 et Le Cœur des hommes 3 de Marc Esposito, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet, Douches froides de Antony Cordier, Ne le dis à personne de Guillaume Canet, L’Anniversaire et Arrête ton cinéma de Diane Kurys, Président de Lionel Delplanque, Soit je meurs soit je vais mieux de Laurence Ferreira Barbosa, Mesrine de Jean-François Richet, Tête de turc de Pascal Elbé, La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier, Roses à crédit de Amos Gitaï, Les Nuits d’été de Mario Fanfani et La Fille du patron de Olivier Loustau. Elle a été nommée au César de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Une affaire de goût en 2001.

UrsulaMeier

(45 ans) : seulement deux longs-métrages figurent pour l’instant dans la filmographie de cette réalisatrice franco-suisse, qui avait fait partie du jury pour le prix du Meilleur Premier film au Festival de Berlin en février dernier. Le premier, Home avec Isabelle Huppert et Olivier Gourmet, lui avait valu une nomination au César du Meilleur Premier film en 2009, tandis que le deuxième, L’Enfant d’en haut avec Léa Seydoux et Kacey Mottet Klein, avait reçu un Ours d’argent spécial au Festival de Berlin en 2012. Elle a également participé au film collectif Les Ponts de Sarajevo sorti en 2014.

AlexandreDeLaPatelliere

(45 ans) : ce scénariste français n’a jusqu’à présent réalisé qu’un seul film, en tandem avec son collaborateur récurrent Matthieu Delaporte, Le Prénom avec Patrick Bruel et Valérie Benguigui. Il a par ailleurs écrit les scénarios de Les Parrains de Frédéric Forestier, Renaissance de Christian Volckman, La Jungle et Un illustre inconnu de Matthieu Delaporte, R.T.T. de Frédéric Berthe, L’Immortel de Richard Berry, The Prodigies de Antoine Charreyron et Papa ou maman de Martin Bourboulon. Il a été nommé aux César du Meilleur Film et du Meilleur scénario adapté en 2013 pour Le Prénom. Il est le fils du réalisateur Denys De La Patellière.


Le samedi 25 juin

DenysArcand

(75 ans) : ce réalisateur canadien est peut-être le représentant le plus régulier et connu à l’étranger du cinéma québécois, même si l’enfant terrible Xavier Dolan lui ravira tôt ou tard sa place. Son univers se nourrit surtout d’une critique mordante de la société américaine en général et canadienne en particulier. En témoignent des films tels que Le Crime d’Ovide Plouffe avec Jean Carmet, Le Déclin de l’empire américain – nommé à l’Oscar du Meilleur Film étranger en 1987 –, Jésus de Montréal avec Lothaire Bluteau – nommé à l’Oscar du Meilleur Film étranger en 1990 –, De l’amour et des restes humains, Stardom avec Dan Aykroyd et Charles Berling, Les Invasions barbares avec Stéphane Rousseau et Marie-Josée Croze – Oscar du Meilleur Film étranger et César du Meilleur Film, du Meilleur réalisateur et du Meilleur scénario en 2004 –, L’Âge des ténèbres avec Diane Kruger et Le Règne de la beauté avec Mélanie Thierry. Denys Arcand a été nommé à l’Oscar du Meilleur scénario original en 2004 pour Les Invasions barbares. Pour le même film, il a gagné le Prix du Meilleur scénario au Festival de Cannes. Il y avait déjà gagné le Prix du jury quatorze ans plus tôt pour Jésus de Montréal. Il est marié avec la productrice Denise Robert.

RickyGervais

(55 ans) : il se peut que la seule trace que ce comique anglais laissera dans les annales du cinéma soit sa prestation plus ou moins vulgaire et vexante de maître de cérémonie des Golden Globes, qu’il a animés quatre fois jusqu’à présent. Car ses exploits d’acteur sont pour le moins anecdotiques dans For your consideration de Christopher Guest, La Nuit au musée de Shawn Levy, La Ville fantôme de David Koepp et The Invention of Lying qu’il a co-réalisé avec Matthew Robinson. Au moins, en tant que scénariste et producteur, il a la série à succès « The Office » à son actif. Les trois saisons produites par la BBC entre 2001 et ’03 ont servi d’inspiration à une adaptation américaine du même nom avec Rainn Wilson et Steve Carell, qui a été diffusée pendant neuf saisons jusqu’en 2013. Gervais a gagné le Golden Globe du Meilleur acteur dans une série comique en 2004 pour « The Office ». Nommé en tout vingt-deux fois à l’Emmy, il l’a gagné à deux reprises, en 2006 pour la Meilleure série comique pour « The Office » et l’année suivante comme Meilleur acteur dans une série comique pour « Extras ».

TimurBekmambetov

(55 ans) : l’esthétique visuelle des films de ce réalisateur kazakh est encore plus surchargée et inspirée par l’aspect plastique des clips vidéos que celle de Michael Bay. Et pourtant, l’excès s’avère parfois gagnant, comme dans le cas de Night watch, Day watch et Wanted Choisis ton destin avec Angelina Jolie. Seul Abraham Lincoln Chasseur de vampires avec Benjamin Walker et Dominic Cooper nous a laissés pour l’instant sur notre faim. De même, nos attentes sont plutôt mesurées à l’égard du deuxième remake de Ben-Hur avec Jack Huston et Toby Kebbell, qui sortira en France début septembre. Bekmambetov a également produit des films comme Numéro 9 de Shane Acker, Apollo 18 de Gonzalo Lopez-Gallego, The Darkest hour de Chris Gorak, Unfriended de Levan Gabriadze et Hardcore Henry de Ilya Naishuller.


Le dimanche 26 juin

LynneLittman

(75 ans) : Le Dernier testament est l’un des films les plus durs et les plus beaux sur l’apocalypse nucléaire. Une mère, interprétée magistralement par Jane Alexander, y voit lentement et péniblement son entourage et sa famille décimés par les suites d’une guerre atomique. Cette réalisatrice américaine n’a guère fait d’autres films de fiction et ses documentaires sont restés également cantonnés dans les salles et sur les chaînes américaines. Mais rien que pour la pureté déchirante du Dernier testament nous lui serons à jamais reconnaissants ! Elle a gagné l’Oscar du Meilleur court-métrage documentaire en 1977 pour Number our days et elle a été mariée avec le réalisateur Taylor Hackford.

DanyBoon

Dany Boon (50 ans) : ce comique, acteur et réalisateur français est la coqueluche du public national. L’énorme succès de Bienvenue chez les ch’tis en 2008 et ses plus de vingt millions de spectateurs ne sont que la pointe de l’iceberg, puisque la plupart des autres films de Dany Boon marchent également très bien d’un point de vue commercial, comme le démontrent Joyeux Noël de Christian Carion, Mon meilleur ami de Patrice Leconte, De l’autre côté du lit de Pascale Pouzadoux, Le Code a changé de Danièle Thompson, Micmacs à Tire-Larigot de Jean-Pierre Jeunet, Un plan parfait de Pascal Chaumeil, Eyjafjallajökull de Alexandre Coffre, ainsi que les autres films réalisés par lui-même : La Maison du bonheur, Rien à déclarer et Supercondriaque. Il a également joué dans Oui de Alexandre Jardin, Le Déménagement de Olivier Doran, Bimboland de Ariel Zeitoun, Pédale dure de Gabriel Aghion, ainsi que plus récemment dans Lolo de Julie Delpy et Ils sont partout de Yvan Attal. A la rentrée, il sera à l’affiche dans Radin de Fred Cavayé. Il a été nommé trois fois aux César, comme Meilleur acteur dans un second rôle en 2006 pour Joyeux Noël et l’année suivante pour La Doublure de Francis Veber, ainsi qu’en 2009 pour le Meilleur scénario original pour Bienvenue chez les ch’tis. Il a été marié avec l’actrice Judith Godrèche.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici