http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
News — 22 mai 2016
Les anniversaires de la semaine 21 / 2016

Voici la longue liste des personnalités du cinéma qui célébreront un anniversaire important pendant la semaine à venir, entre le 23 et le 29 mai 2016 :

 

Le lundi 23 mai

BarbaraBarrie

(85 ans) : l’immense majorité de la centaine de rôles que cette actrice américaine a interprétés a vu le jour sur le petit écran. Elle a néanmoins su s’imposer au cinéma grâce aux deux films qui lui ont respectivement valu le prix de la Meilleure actrice au Festival de Cannes en 1964, le drame social Le Procès de Julie Richards de Larry Peerce, et une nomination à l’Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle en 1980 pour La Bande des quatre de Peter Yates. Barbara Barrie a également participé à Géant de George Stevens, La Cage aux femmes de Hall Bartlett, La Bidasse de Howard Zieff et le film d’animation Hercule de Ron Clements et John Musker.

RyanCoogler

(30 ans) : l’un des effets secondaires de la controverse #OscarsSoWhite au début de l’année a été de mettre en avant la pénurie, dans le cinéma américain en général et dans l’industrie hollywoodienne en particulier, de jeunes cinéastes issus des minorités raciales des Etats-Unis. Ce réalisateur américain fait exception à la règle, puisque ses deux premiers longs-métrages l’ont propulsé dans la stratosphère des meilleurs espoirs outre-Atlantique. Le fort poignant Fruitvale Station avec Michael B. Jordan lui a ainsi valu le prix du Meilleur Premier film de la part des Independent Spirit Awards, ainsi que des critiques de New York en 2013. Coogler a refait équipe avec Jordan deux ans plus tard pour le plus commercial Creed L’Héritage de Rocky Balboa pour lequel Sylvester Stallone a gagné le Golden Globe du Meilleur acteur dans un second rôle en début d’année. Son prochain film vise une popularité encore plus grande, puisque il s’agit du film de super-héros Black Panther, qui devrait sortir d’ici deux ans avec – vous l’aurez deviné – Michael B. Jordan.


Le mardi 24 mai

DesmondDavis

(90 ans) : le nom de ce réalisateur anglais a été sorti de l’oubli il y a six ans, lors du remake par Louis Leterrier de son film le plus célèbre, Le Choc des titans avec Laurence Olivier et Harry Hamlin de 1981, resté dans les mémoires grâce aux trucages de Ray Harryhausen. Surtout actif à la télévision, Davis avait travaillé pour le cinéma au début de sa carrière de réalisateur, à travers des films comme La Fille aux yeux verts avec Rita Tushingham, 2 Anglaises en délire avec Tushingham et Lynn Redgrave et Témoin indésirable avec Donald Sutherland. Auparavant, il a été opérateur de caméra sur une trentaine de films dont Un goût de miel, La Solitude du coureur de fond et Tom Jones De l’alcôve à la potence de Tony Richardson, ainsi que de Freud Passions secrètes de John Huston.

MichaelLonsdale

Michael Lonsdale (85 ans) : depuis soixante ans, cet acteur français est simplement partout ! A la plus grande joie des spectateurs, qui le croisent chez Michel Deville (Adorable menteuse), Jean-Pierre Mocky (Snobs !, La Bourse et la vie, Les Compagnons de la marguerite, La Grande lessive, L’Etalon, Chut et Un linceul n’a pas de poches), Orson Welles (Le Procès), Fred Zinnemann (Et vint le jour de la vengeance et Chacal), Yves Robert (Les Copains), François Truffaut (La Mariée était en noir et Baisers volés), Edouard Molinaro (Hibernatus et Le Téléphone rose), Marguerite Duras (Détruire dit-elle, Jaune le soleil, India song et Son nom de Venise dans Calcutta désert), Louis Malle (Le Souffle au cœur), Marcel Carné (Les Assassins de l’ordre), Jacques Rivette (Out 1), Georges Lautner (Il était une fois un flic), Alain Robbe-Grillet (Glissements progressifs du plaisir), Alain Resnais (Stavisky), Luis Buñuel (Le Fantôme de la liberté), Joseph Losey (Galileo, Une Anglaise romantique qui ressortira le 1er juin et Mr. Klein), Costa-Gavras (Section spéciale), Yves Boisset (Folle à tuer), Jean Eustache (Une sale histoire), J. Lee Thompson (Passeur d’hommes), Lewis Gilbert (en adversaire de James Bond dans Moonraker), Dino Risi (Le Bon roi Dagobert), John Frankenheimer (Le Pacte Holcroft et Ronin), Raoul Ruiz (L’Eveillé du Pont de l’Alma), Jean-Jacques Annaud (Le Nom de la rose), James Ivory (Les Vestiges du jour et Jefferson à Paris), Claude Sautet (Nelly & Monsieur Arnaud), ainsi que plus récemment Bruno Podalydès (Le Mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir), Arnaud Des Pallières (Adieu), Mocky encore et toujours (Le Furet et Le Renard jaune), François Ozon (5×2), Steven Spielberg (Munich), Milos Forman (Les Fantômes de Goya), Nicolas Klotz (La Question humaine), Catherine Breillat (Une vieille maîtresse), Alejandro Amenabar (Agora), Xavier Beauvois (Des hommes et des dieux), Ermanno Olmi (Le Village de carton), Manoel De Oliveira (Gebo et l’ombre) et Bouli Lanners (Les Premiers les derniers). Pour une carrière aussi longue et illustre, Michael Lonsdale a dû attendre longtemps la consécration, qui est enfin venue en 2011 par le biais du César du Meilleur Acteur dans un second rôle pour Des hommes et des dieux, après deux nominations dans la même catégorie pour Nelly & Monsieur Arnaud et La Question humaine.

BobDylan

Bob Dylan (75 ans) : alors que ce chanteur et compositeur américain est un géant de la scène musicale depuis les années ’60, ses contributions filmiques constituent au mieux un reflet anecdotique de son influence légendaire. Il a ainsi sporadiquement été acteur, chez Sam Peckinpah dans Pat Garrett et Billy le Kid, compositeur, pour ce même film ainsi que pour des chansons isolées dans Wonder boys de Curtis Hanson par exemple, le sujet de documentaires tels que Don’t look back de D.A. Pennebaker et No Direction Home Bob Dylan de Martin Scorsese, voire d’une biographie filmique imaginée par Todd Haynes à travers I’m not there. Bob Dylan a gagné l’Oscar et le Golden Globe de la Meilleure chanson en 2001 pour « Things have changed » de Wonder boys.

JeanPierreBacri

(65 ans) : cet acteur et scénariste français vaut infiniment mieux que les personnages grincheux qu’il a un peu trop tendance à interpréter ces derniers temps. En tant qu’acteur, il peut se targuer de rôles progressivement plus importants dans des films mémorables tels que Le Grand pardon de Alexandre Arcady, La 7ème cible de Claude Pinoteau, Subway de Luc Besson, On ne meurt que deux fois de Jacques Deray, L’Eté en pente douce de Gérard Krawczyk, Les Saisons du plaisir de Jean-Pierre Mocky, Mes meilleurs copains de Jean-Marie Poiré, La Cité de la peur de Alain Berbérian, Didier de Alain Chabat, Place Vendôme et Selon Charlie de Nicole Garcia, Kennedy et moi de Sam Karmann, Une femme de ménage de Claude Berri, Les Sentiments de Noémie Lvovsky, Adieu Gary de Nassim Amaouche, Avant l’aube de Raphaël Jacoulot, Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer et La Vie très privée de Monsieur Sim de Michel Leclerc. Son nouveau film, Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer, sortira le 22 juin prochain. Or, c’est en tant que scénariste et compagnon artistique de Agnès Jaoui que Jean-Pierre Bacri nous a le plus impressionnés jusqu’à présent grâce à Cuisine et dépendances de Philippe Muyl, Smoking / No smoking et On connaît la chanson de Alain Resnais, Un air de famille de Cédric Klapisch, ainsi que Le Goût des autres, Comme une image, Parlez-moi de la pluie et Au bout du conte de Agnès Jaoui. Nommé douze fois aux César, la dernière fois cette année pour La Vie très privée de Monsieur Sim, il l’a gagné cinq fois : en tant que Meilleur acteur dans un second rôle pour On connaît la chanson en 1998 et pour les scénarios de Smoking / No smoking, Un air de famille, On connaît la chanson et Le Goût des autres. Il a gagné le prix du Meilleur scénario au Festival de Cannes en 2004 pour Comme une image.

EricCantona

Eric Cantona (50 ans) : initialement un sportif de haut niveau, en tant qu’attaquant vedette du club Manchester United, ce Français a réussi plutôt honorablement la transition vers le métier d’acteur à la fin de sa carrière de footballeur. Depuis vingt ans, il a ainsi joué dans des rôles plus ou moins improbables dans Le Bonheur est dans le pré de Etienne Chatiliez, Elizabeth de Shekhar Kapur, Les Enfants du marais de Jean Becker, L’Outremangeur de Thierry Binisti, La Vie est à nous de Gérard Krawczyk, Le Deuxième souffle de Alain Corneau, l’ironique Looking for Eric de Ken Loach, Switch de Frédéric Schoendoerffer, Les Mouvements du bassin de HPG, Les Rencontres d’après minuit de Yann Gonzalez, The Salvation de Kristian Levring, Les Rois du monde de Laurent Laffargue et Marie et les naufragés de Sébastien Betbeder, sorti le mois dernier. Depuis juin 2007, il est marié avec l’actrice Rachida Brakni.

ThomasLangmann

(45 ans) : le 26 février 2012, ce producteur français a réalisé un rêve que même son père Claude Berri n’osait pas cultiver : tenir l’Oscar du Meilleur Film pour une production française, The Artist de Michel Hazanavicius. Le chemin jusque là a été longue, puisque Thomas Langmann avait d’abord choisi la même voie que son frère aîné feu Julien Rassam, à savoir celle du comédien. Il avait plutôt eu de succès en tant qu’acteur, comme en témoignent ses trois nominations aux César, deux en tant que Meilleur espoir masculin dans Les Années sandwiches de Pierre Boutron et Paris s’éveille de Olivier Assayas, et une comme Meilleur acteur dans un second rôle en 1994 dans Le Nombril du monde de Ariel Zeitoun. A ce stade de sa carrière, il avait également collaboré avec Claude Berri (Je vous aime), Arthur Joffé (Alberto Express), Chantal Akerman (Nuit et jour) Jacques Doillon (Amoureuse) et Karim Dridi (Hors jeu). Mais c’est finalement son père qu’il a suivi derrière la caméra, d’abord en tant que producteur associé sur Astérix & Obélix contre César de Claude Zidi et Astérix & Obélix Mission Cléopâtre de Alain Chabat, puis comme producteur à part entière sur des films aussi divers que Blueberry L’Expérience secrète de Jan Kounen, Double zéro de Gérard Pirès, Nos jours heureux de Eric Toledano et Olivier Nakache, Steak de Quentin Dupieux, Astérix aux jeux olympiques qu’il a co-réalisé avec Frédéric Forestier, le diptyque Mesrine et Un moment d’égarement de Jean-François Richet, La Nouvelle guerre des boutons de Christophe Barratier, Le Magasin des suicides de Patrice Leconte, Stars 80 de Frédéric Forestier, Maniac de Franck Khalfoun, Les Francis de Fabrice Begotti, The Search de Michel Hazanavicius, Nos femmes et Tout tout de suite, actuellement à l’affiche, de Richard Berry, ainsi que Ils sont partout de Yvan Attal qui sortira une semaine après son anniversaire.

JulienSeri

Julien Seri (45 ans) : le premier emploi de ce réalisateur et scénariste français a donné le ton pour le reste provisoire de sa carrière. Il ne s’agissait certes que de l’orchestration des scènes de combat dans Yamakasi Les Samouraïs des temps modernes de Ariel Zeitoun en 2001, mais les trois longs-métrages mis en scène par la suite sous sa propre responsabilité appartenaient tous à des genres musclés : Les Fils du vent avec Williams Belle, Scorpion avec Clovis Cornillac et Night fare avec Jonathan Howard sorti au mois de janvier. Apparemment, Seri peine à mettre sur pieds, en termes financiers, ses projets, ce qui a également dû l’inciter à produire bon nombre de courts-métrages depuis une dizaine d’années.


Le mercredi 25 mai

BobGale

Bob Gale (65 ans) : le nom de ce producteur et scénariste américain est étroitement lié à l’univers de Retour vers le futur. Réalisés par son camarade d’université Robert Zemeckis, les trois films de la série ont été produits et écrits par Gale entre 1985 et ’90. Avant cette contribution majeure au cinéma fantastique, il a aussi écrit les scénarios de Crazy day et La Grosse magouille de Robert Zemeckis, de 1941 de Steven Spielberg, ainsi que plus tard celui des Pilleurs de Walter Hill. En 1986, il a été nommé à l’Oscar du Meilleur scénario original pour Retour vers le futur aux côtés de Robert Zemeckis.

JustinHenry

Justin Henry (45 ans) : cet acteur a connu de façon exemplaire le sort réservé aux enfants stars. Nommé à l’âge de huit ans à l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour son premier film Kramer contre Kramer de Robert Benton – Oscar du Meilleur Film en 1980 –, il est à ce jour le nommé le plus jeune de l’Histoire du trophée suprême de Hollywood. La suite n’a guère été aussi prestigieuse, puisque après trois films supplémentaires, Seize bougies pour Sam de John Hughes, Martin’s day de Alan Gibson et L’Amour à 4 temps de Robert Greenwald, il a préféré poursuivre ses études. Son retour au métier de comédien huit ans plus tard ne s’est soldé que par quelques apparitions dans des productions indépendantes.

CillianMurphy

Cillian Murphy (40 ans) : cet acteur irlandais est actuellement la vedette de la série de gangster historique « Peaky Blinders » produite par la BBC et diffusée en France sur arte. Avant d’enchaîner les désormais trois saisons de cette série à succès, rachetée par Netflix pour le marché américain, Murphy était un acteur de cinéma très solide, comme le démontrent ses rôles dans La Vie à la folie de John Carney, Mon cher ennemi de Goran Paskaljevic, 28 jours plus tard et Sunshine de Danny Boyle, La Jeune fille à la perle de Peter Webber, Retour à Cold Mountain de Anthony Minghella, Batman begins, The Dark knight Le Chevalier noir et Inception de Christopher Nolan, Red Eye Sous haute pression de Wes Craven, Breakfast on Pluto de Neil Jordan, Le Vent se lève de Ken Loach – Palme d’or au Festival de Cannes en 2006 –, Time out de Andrew Niccol, Broken de Rufus Norris, Transcendance de Wally Pfister et Au cœur de l’océan de Ron Howard. En 2006, il a été nommé au Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie pour Breakfast on Pluto.


Le jeudi 26 mai

NicolaPiovani

(70 ans) : des rumeurs au début de la carrière de ce compositeur italien faisaient croire que son nom était simplement un pseudonyme pour le maître Ennio Morricone. Or, Piovani a rapidement prouvé qu’il créait de la musique propre à lui, grâce à sa collaboration avec des réalisateurs comme Marco Bellocchio (Au nom du père, La Marche triomphale, La Mouette, Le Saut dans le vide et Les yeux la bouche), Mario Monicelli (Le Marquis s’amuse, La Double vie de Mathias Pascal et Pourvu que ce soit une fille), les frères Taviani (La Nuit de San Lorenzo, Kaos Contes siciliens, Good morning Babilonia, Le Soleil même la nuit, Fiorile et Kaos II), Nanni Moretti (La Messe est finie, Palombella rossa, Journal intime et La Chambre du fils – Palme d’or au Festival de Cannes en 2001), Federico Fellini (Ginger et Fred, Intervista et La voce della luna), (Le Maître de la camorra), Dusan Makavejev (Manifesto), François Dupeyron (Drôle d’endroit pour une rencontre), Maroun Bagdadi (Hors la vie), Bigas Luna (Jambon jambon, Macho et La Lune et le téton), John Irvin (A Month by the lake), Roberto Benigni (La Vie est belle, Pinocchio et Le Tigre et la neige), Philippe Lioret (L’Equipier, Je vais bien ne t’en fais pas et Welcome), Danièle Thompson (Fauteuils d’orchestre et Le Code a changé), Eric-Emmanuel Schmitt (Odette Toulemonde), Michele Placido (Le Rêve italien) et Saverio Costanzo (Hungry hearts). Il a gagné l’Oscar pour la Meilleure musique dramatique en 1999 pour La Vie est belle et il a été nommé à deux reprises au César de la Meilleure musique originale pour L’Equipier et Welcome.

TarsemSingh

(55 ans) : le style visuel des films de ce réalisateur indien est sans doute leur point d’attrait principal. Venu du monde de la publicité, où il avait décroché le prix de la Directors Guild américaine en 1997 pour les meilleurs spots publicitaires, il n’a pour l’instant réalisé que cinq films, qui se distinguent tous par leur esthétique baroque : The Cell avec Jennifer Lopez, The Fall, Les Immortels avec Henry Cavill, Blanche Neige avec Julia Roberts et Renaissances avec Ryan Reynolds. En ce moment, il tourne la série « Emerald City » produite par NBC.

HelenaBonhamCarter

Helena Bonham Carter (50 ans) : cette actrice anglaise n’a peut-être jamais été plus demandée et populaire que ces temps-ci, au bout d’une illustre carrière de trente ans. Elle avait fait ses premiers pas au cinéma dans les productions Merchant/Ivory Chambre avec vue, Maurice et Retour à Howards End. Jusqu’au tournant du siècle, elle a également joué dans Lady Jane et La Nuit des rois de Trevor Nunn, Francesco de Liliana Cavani, Hamlet de Franco Zeffirelli, Frankenstein de Kenneth Branagh, Maudite Aphrodite de Woody Allen, Les Ailes de la colombe de Iain Softley, Envole-moi de Paul Greengrass et Fight club de David Fincher. Sa rencontre avec le réalisateur Tim Burton, lors du tournage de La Planète des singes, allait changer sa trajectoire professionnelle et même privée parce qu’elle allait partager sa vie pendant treize ans. Elle a ainsi participé à six autres films de Burton : Big fish, Charlie et la chocolaterie, Les Noces funèbres, Sweeney Todd Le Diabolique barbier de Fleet Street, Alice au pays des merveilles et Dark shadows. En parallèle, elle était à l’affiche dans Harry Potter et l’ordre du Phénix et Harry Potter et le prince de sang-mêlé de David Yates, Terminator renaissance de McG, Le Discours d’un roi – Oscar du Meilleur Film en 2011 – et Les Misérables de Tom Hooper, Lone Ranger Naissance d’un héros de Gore Verbinski, L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Jean-Pierre Jeunet, Cendrillon de Kenneth Branagh et Les Suffragettes de Sarah Gavron. Son nouveau film, Alice De l’autre côté du miroir de James Bobin, sortira en France six jours après son anniversaire. Helena Bonham Carter a été nommée à deux reprises à l’Oscar, comme Meilleure actrice en 1998 pour Les Ailes de la colombe et comme Meilleure actrice dans un second rôle en 2011 pour Le Discours d’un roi. Elle a gagné le BAFTA pour ce dernier. Elle a été nommée sept fois aux Golden Globes, y compris pour son travail à la télévision, et trois fois à l’Emmy.


Le vendredi 27 mai

LouisGossettJr

(80 ans) : même s’il joue encore très régulièrement dans des productions indépendantes et à la télévision, cet acteur américain est absent des écrans français depuis vingt ans. En effet, sa carrière filmique se résume essentiellement aux années 1970 et ’80. Pendant la première partie de cette période et auparavant, il devait se battre pour décrocher des rôles secondaires dans des films comme Un raisin au soleil de Daniel Petrie, Le Propriétaire de Hal Ashby, Voyages avec ma tante de George Cukor, Le Flic ricanant de Stuart Rosenberg, The White dawn de Philip Kaufman, Les Grands fonds de Peter Yates et Bande de flics de Robert Aldrich. En 1977, il tenait l’un des rôles principaux dans la mini-série phénomène « Racines », qui détient jusqu’à ce jour le record des nominations aux Emmies avec 37. Par la suite, Gossett a pu interpréter des personnages plus importants dans Officier et gentleman de Taylor Hackford, Les Dents de la mer 3 de Joe Alves, Cash cash de Richard Lester, Enemy de Wolfgang Petersen, Aigle de fer et L’Aigle de fer 2 de Sidney J. Furie, Le Temple d’or de J. Lee Thompson, Colère en Louisiane de Volker Schlöndorff, Aigle de fer III de John Glen, La Nuit du défi de Michael Ritchie, Un Anglais sous les tropiques de Bruce Beresford et Inside de Arthur Penn. Louis Gossett Jr. a gagné l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Officier et gentleman en 1983. Il était le premier acteur afro-américain victorieux dans cette catégorie, suivi depuis par Denzel Washington, Cuba Gooding Jr. et Morgan Freeman. A l’époque, il était également le troisième comédien afro-américain oscarisé, après Hattie McDaniel et Sidney Poitier. Nommé à sept reprises à l’Emmy, il avait gagné celui du Meilleur acteur dans une mini-série en 1977 pour « Racines ».

GiuseppeTornatore

Giuseppe Tornatore (60 ans) : de ce réalisateur italien, nous garderons le souvenir doucement nostalgique de son deuxième film Cinéma Paradiso, un hommage magnifique au cinéma à l’ancienne. Ses autres réalisations n’ont jamais eu pour nous le même impact émotionnel, même si l’on peut lui reconnaître la volonté de partir de cet univers à forte connotation sentimentale pour des films aussi variés que Le Maître de la camorra avec Ben Gazzara, Ils vont tous bien avec Marcello Mastroianni et Michèle Morgan, Une pure formalité avec Gérard Depardieu et Roman Polanski, Marchand de rêves avec Sergio Castellitto, La Légende du pianiste sur l’océan avec Tim Roth, Malena et Baaria avec Monica Bellucci et The Best offer avec Geoffrey Rush. Lauréat du Grand Prix au Festival de Cannes en 1989 pour Cinéma Paradiso, il a également été récompensé pour le même film de l’Oscar du Meilleur Film étranger, de deux BAFTAs – Meilleur Film étranger et Meilleur scénario original – et d’une nomination de la Directors Guild américaine. Au Festival de Venise, il avait gagné le Grand Prix en 1995 pour Marchand de rêves.

PaulBettany

(45 ans) : désormais un membre récurrent de la troupe des Avengers grâce à son rôle de Vision, cet acteur anglais ne devrait nullement avoir des soucis d’argent dans les années à venir. La santé artistique de sa carrière nous paraît par contre un peu plus compromise, justement à cause de ses choix très commerciaux ces dernières années. Il avait commencé à la fin des années ’90 dans des films comme Bent de Sean Mathias et Trois Anglaises en campagne de David Leland, puis Chevalier de Brian Helgeland, Un homme d’exception – Oscar du Meilleur Film en 2002 – et Da Vinci Code de Ron Howard, Dogville de Lars von Trier, Master and Commander De l’autre côté du monde de Peter Weir, La Plus belle victoire et Firewall de Richard Loncraine, Cœur d’encre de Iain Softley, Victoria Les Jeunes années d’une reine de Jean-Marc Vallée, ainsi que plus récemment Legion et Priest de Scott Charles Stewart, Création de Jon Amiel, The Tourist de Florian Henckel von Donnersmarck, Margin call de J.C. Chandor, Transcendance de Wally Pfister, Charlie Mortdecai de David Koepp, Avengers L’Ere d’Ultron de Joss Whedon et donc Captain America Civil war des frères Russo, actuellement en salles. Depuis 2003, il est marié avec l’actrice oscarisée Jennifer Connelly (Un homme d’exception).


Le samedi 28 mai

CarrollBaker

(85 ans) : engagée au début de sa carrière par le studio Warner Bros. comme une concurrente de Marilyn Monroe, cette actrice américaine a finalement fait preuve de longévité. Après des rôles secondaires dans Désir d’amour de Charles Walters et Géant de George Stevens, elle a joué le personnage le plus emblématique de sa carrière en 1956, celui de la femme-enfant fatale dans La Poupée de chair, l’adaptation de Tennesse Williams par Elia Kazan. Ensuite, elle était pendant une dizaine d’années très présente dans des productions hollywoodiennes comme Les Grands espaces de William Wyler, La Vie à belles dents de Walter Lang, Quand la terre brûle de Irving Rapper, Le Pont vers le soleil de Etienne Périer, Au bout de la nuit de son mari Jack Garfein, La Conquête de l’ouest de George Marshall, Henry Hathaway et John Ford, Les Cheyennes de John Ford, Les Ambitieux de Edward Dmytryk, L’Aventurier du Kenya de Ronald Neame, L’Enquête et Harlow La Blonde platine de Gordon Douglas et La Plus grande histoire jamais contée de George Stevens. Sa tentative d’insuffler une deuxième vie à son parcours professionnel en Italie s’est soldé par des films de genre de moins en moins prestigieux : Le Harem de Marco Ferreri, Une folle envie d’aimer, Si douces si perverses et Formule Un de Umberto Lenzi, Le Diable à sept faces de Osvaldo Civirani, Baba yaga de Corrado Farina et Le Corps de Luigi Scattini. A partir des années ’80, elle s’est contentée de quelques apparitions anecdotiques dans Star 80 de Bob Fosse, Ironweed La Force d’un destin de Hector Babenco, Un flic à la maternelle de Ivan Reitman et The Game de David Fincher. Carroll Baker a été nommée à l’Oscar de la Meilleure actrice en 1957 pour La Poupée de chair.

IrwinWinkler

Irwin Winkler (85 ans) : quel est le point commun entre l’univers de Rocky et la filmographie de Martin Scorsese ? Ce producteur américain, qui avait longtemps fait équipe avec son cadet Robert Chartoff, décédé il y a un peu moins d’un an. Responsable de tous les films de Sylvester Stallone en boxeur, Rocky et Rocky V de John G. Avildsen, Rocky II, Rocky III L’œil du tigre, Rocky IV et Rocky Balboa de Stallone, ainsi que Creed L’Héritage de Rocky Balboa de Ryan Coogler, il a produit pour Martin Scorsese New York New York, Raging Bull, Les Affranchis, Le Loup de Wall Street et son prochain film Silence. Winkler a en outre collaboré avec Norman Taurog (Croisière surprise), Sydney Pollack (On achève bien les chevaux), John Boorman (Léo le dernier), Richard Fleischer (Les Flics ne dorment pas la nuit), Michael Winner (Le Flingueur), Peter Hyams (Les Casseurs de gang et Peeper), Irvin Kershner (Les ‘s’Pions), Karel Reisz (Le Flambeur), Peter Bogdanovich (Nickelodeon), Ken Russell (Valentino), Alan J. Pakula (Le Souffle de la tempête), Ulu Grosbard (Sanglantes confessions), Arthur Hiller (Avec les compliments de l’auteur), Philip Kaufman (L’Etoffe des héros), Hugh Hudson (Révolution), Bertrand Tavernier (Autour de minuit), Costa-Gavras (La Main droite du diable et Music box – Ours d’or au Festival de Berlin en 1990), Brian Gibson (La Jurée), Lasse Hallström (Terre-Neuve), Michael Apted (Plus jamais), Simon West (Le Flingueur), Joel Schumacher (Effraction), Rupert Wyatt (The Gambler) et James McTeigue (Survivor). Enfin, Irwin Winkler s’est essayé aussi à la réalisation avec un résultat pour le moins mitigé, comme l’indiquent La Liste noire avec Robert De Niro et Annette Bening, La Loi de la nuit avec De Niro et Jessica Lange, Traque sur internet avec Sandra Bullock, Premier regard avec Val Kilmer et Mira Sorvino, La Maison sur l’océan et De-lovely avec Kevin Kline et Les Soldats du désert avec Samuel L.Jackson. Nommé quatre fois à l’Oscar du Meilleur Film, il l’avait gagné en 1977 pour Rocky.

DonBurgess

(60 ans) : ce chef opérateur américain est surtout un fidèle collaborateur du réalisateur Robert Zemeckis, avec lequel il a travaillé sur Forrest Gump – Oscar du Meilleur Film en 1995 –, Contact, Apparences, Seul au monde, Le Pôle express et Flight. Parmi les autres films dont il a signé la photo, on peut citer Mo’money de Peter Macdonald, Forget Paris de Billy Crystal, Spider-Man de Sam Raimi, Terminator 3 Le Soulèvement des machines de Jonathan Mostow, 30 ans sinon rien de Gary Winick, Un Noël de folie de Joe Roth, Antartica Prisonniers du froid de Frank Marshall, Ma super ex de Ivan Reitman, Il était une fois de Kevin Lima, L’Amour de l’or de Andy Tennant, Le Livre d’Eli des frères Hughes, Source code de Duncan Jones, Priest de Scott Charles Stewart, 42 de Brian Helgeland, ainsi que Conjuring 2 Le Cas Enfield de James Wan qui sortira fin juin et Allied de Robert Zemeckis qui sortira à la fin de l’année. Don Burgess a été nommé à l’Oscar de la Meilleure photo en 1995 pour Forrest Gump.

IsabelleCarre

(45 ans) : une chose dont on ne pourra pas accuser cette actrice française est qu’elle se fait rare. Depuis vingt ans, elle est en moyenne à l’affiche avec deux films par an, ce qui fait d’ores et déjà monter sa filmographie à plus de cinquante longs-métrages ! Après des débuts timides dans Romuald & Juliette de Coline Serreau, La Reine blanche de Jean-Loup Hubert, Beau fixe de Christian Vincent, Le Hussard sur le toit de Jean-Paul Rappeneau, Beaumarchais l’insolent de Edouard Molinaro et Les Sœurs Soleil de Jeannot Szwarc, elle s’impose en 1997 dans La Femme défendue de Philippe Harel. Dès lors, elle n’arrête plus de tourner, enchaînant coup sur coup Les Enfants du marais de Jean Becker, Les Enfants du siècle de Diane Kurys, La Bûche de Danièle Thompson, L’Envol de Steve Suissa, Ca ira mieux demain de Jeanne Labrune, Mercredi folle journée de Pascal Thomas et Bella ciao de Stéphane Giusti. Après la révélation vient le temps de la consécration par le biais de Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman en 2002, suivi de Les Sentiments de Noémie Lvovsky, Eros thérapie de Danièle Dubroux, Holy Lola de Bertrand Tavernier, L’Avion de Cédric Kahn, Entre ses mains de Anne Fontaine, Quatre étoiles de Christian Vincent, Cœurs de Alain Resnais, Cliente de Josiane Balasko, Les Bureaux de dieu de Claire Simon, Tellement proches de Eric Toledano et Olivier Nakache, Le Refuge de François Ozon et Les Emotifs anonymes de Jean-Pierre Améris. Plus récemment, on a pu la voir dans Des vents contraires de Jalil Lespert, Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer, Du goudron et des plumes de Pascal Rabaté, Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris, Respire de Mélanie Laurent, 21 nuits avec Pattie des frères Larrieu et Le Cœur régulier de Vanja Dalcantara. Elle est mariée depuis près de dix ans avec le producteur Bruno Pésery (On connaît la chanson). Isabelle Carré a été nommée aux César à huit reprises et l’a gagné en 2003 en tant que Meilleure actrice dans Se souvenir des belles choses.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles