Le Loup de Wall Street

0
262
loup wall street Leonardo DiCaprio

Le loup de Wall Street affiche

Etats-Unis : 2013
Titre original : The Wolf of Wall Street
Réalisateur :
Scénario : , d’après le livre de Jordan Belfort
Acteurs : Leonardo DiCaprio, Margot Robbie, , , , ,
Distribution : Metropolitan
Durée : 3h00
Genre : Comédie
Date de sortie : 25 décembre 2013

Globale : [rating:4][five-star-rating]

En adaptant les mémoires du trader Jordan Belfort qui a passé près de deux ans en prison pour ses méfaits spéculatifs, Martin Scorsese dépeint la montée puis la chute d’un jeune homme pressé dont les actions douteuses ne sont pas sans rappeler celles d’un Gordon Gekko dans le Wall Street de Oliver Stone.

Synopsis : Du rêve américain à l’avidité sans scrupule du monde des affaires, Jordan Belfort, courtier en Bourse à New York à la fin des années 80, va passer des portefeuilles d’actions modestes et de la droiture morale aux spectaculaires introductions en Bourse et à une vie de corruption et d’excès. En tant que fondateur de la firme de courtage Stratton Oakmont, son incroyable succès et sa fortune colossale alors qu’il avait à peine plus de vingt ans ont valu à Belfort le surnom de « Loup de Wall Street ». L’argent. Le pouvoir. Les femmes. La drogue. Les tentations étaient là, à portée de main, et les autorités n’avaient aucune prise. Aux yeux de Jordan et de sa meute, la modestie était devenue complètement inutile. Trop n’était jamais assez…

le loup wall street Leonardo DiCaprio

de Wall Street

Sur un script écrit par Terence Winter, le scénariste des séries The Sopranos et Boardwalk Empire, pourtant peu reconnues pour leur gaudriole, le réalisateur s’éloigne de sa noirceur habituelle avec cette variation comique des Affranchis où l’on suivait Ray Liotta évoluer dans le milieu de la mafia new-yorkaise. Ses gangsters sont ici remplacés par des requins de la finance qui ne se servent pas d’arme à feu mais font preuve de la même absence de morale. Le scénario adopte une construction très proche de ce prestigieux aîné devenu depuis un modèle du récit de gangsters et ne cache pas son jumelage. Certains personnages semblant presque s’en être échappés pour reproduire à l’identique les mêmes frasques, mais avec cet étonnant décalage humoristique. Les votants des l’ont d’ailleurs désigné comme l’une des cinq meilleures comédies de l’année. L’énergie de la mise en scène et de l’interprétation pourrait nuire à la dimension dramatique des faits décrits mais n’en écrase pas la médiocrité. Les personnages commettent des actes antipathiques sans l’être forcément complètement eux-mêmes.

le loup de wall street Matthew McConaughey

Leo’s Buyers Club

Martin Scorsese dirige pour la cinquième fois Leonardo di Caprio après Gangs of New-YorkAviator, Shutter Island et Les Infiltrés dans un étonnant contre-emploi délicieusement burlesque. Il s’agit sans le moindre doute de leur collaboration la plus subtile malgré un registre de jeu à la limite de l’outrance parodique. Chaque étape du récit permet de comprendre sa dérive et son ‘ évolution ‘ morale. Ses addictions aux pilules et autres drogues plus dures le maintiennent dans une énergie catastrophique pour sa santé et sa liberté mais créent d’étonnants moments comiques. Le voir rentrer chez lui en voiture sous l’effet de pilules périmées est une étonnante variation de Daniel Day-Lewis dans My left foot. Oui, il est possible de conduire une voiture de sport lorsque l’on est hémiplégique !

L’épatante distribution de seconds rôles est dominée par Jonah Hill alias Donnie Azoff, le premier complice de Belfort. Ce drôle d’énergumène affublé de dents phosphorescentes à faire pâlir de jalousie Burt Lancaster est plus irresponsable encore que son maître ou ceux qui l’ont formé. En attendant de découvrir Matthew McConaughey dans Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée qui devrait lui permettre d’être enfin nommé à l’Oscar du meilleur acteur, on le retrouve ici amaigri et bizarrement bronzé dans les quelques minutes de présence où il initie Jordan aux secrets inavouables d’un monde sans scrupules. Leur séquence de déjeuner avec tambourinage de torse et fredonnement mystérieux est inoubliable.

Kyle Chandler (Friday Night Lights) est l’Eliot Ness de Jordan, le seul protagoniste à accepter les contraintes du monde réel avec en point d’orgue de leur relation, un duel de regards et de mots où chacun tente de percer l’autre à jour. Notre artiste national Jean Dujardin est un banquier suisse roublard et en attendant Monuments Men de George Clooney, sa carrière outre-Atlantique démarre très bien avec un échange en voix-off avec Di Caprio où chacun dupe l’autre en toute connaissance de cause. Seule figure féminine réellement marquante du film, , alias la combative Purdey de Chapeau Melon et bottes de cuir ou l’alcoolique débridée Patsy Stone dans Absolutely Fabulous, avait rarement aussi bien filmée sur grand écran en complice d’évasion fiscale. Son échange télépathique est le moment le plus sexy d’un film riche en séquences déshabillées, une quasi première pour le chaste cinéaste. Le réalisateur (Des hommes d’honneur, Quand Harry rencontre Sally) est le père baroque de Jordan et Jon Bernthal (Shane dans The Walking Dead) est un voyou tatoué qui aura le malheur de croiser Donnie Azoff, dans l’un des autres grands moments du Loup de Wall Street.

le loup de wall street Jonah Hill

Wall Street, un univers impitoyable

L’histoire de cette toute relative rédemption peut paraître écrasée par sa tonalité légère mais ce registre reflète l’absence de culpabilité de cette faune. Wall Street est filmé comme un asile de fous avec lancers de nains et autres dérives en tous genres, avec frasques sexuelles des uns et des autres plus ou moins étonnantes. Dans une mise en scène digne d’un cartoon de Tex Avery, les personnages agissent sans la moindre retenue dans ce milieu dénué du sens des réalités jusqu’à ce qu’elles les rattrapent. Le sexe, l’argent, une gloire relative, ils ne sont jamais rassasiés, même face au risque de passer une longue période en prison. Ils ont besoin de posséder plus et plus encore comme une soif inextinguible de richesses et qu’importent les conséquences. Si Martin Scorsese a une évidente fascination pour la part exubérante de ces criminels en col blanc, il n’élude pas la portée de leurs frasques et s’en moque joyeusement. Ayant lui-même goûté à certaines substances illicites et connu une célébrité écrasante, Martin Scorsese peut être soupçonné d’avoir fait un portrait indirect de son activité hollywoodienne, un milieu qu’il n’a pas encore dépeint, ce que son esprit mordant pourrait capter avec une certaine acuité. Depuis la démocratisation du social trading, il est aujourd’hui possible d’effleurer l’euphorie et le stress du monde du trading illustré dans le Loup de Wall street, et ceux depuis son canapé. Des sites comme Etoro et XTB détaillés sur droitdunet.fr offrent à toutes individus la possibilité d’investir sur le cours des devises entre autre.

La passion pour le rock’n’roll se reflète comme toujours dans sa bande-son mais aussi dans l’esprit de cette histoire filmée avec une énergie rebelle qui détonne non seulement dans un milieu plus corseté qu’il ne le laisse paraître mais aussi dans le cinéma de l’un des auteurs les plus influents de ces quarante dernières années.

le loup de wall street Jean Dujardin

Résumé

Jeune septuagénaire, le réalisateur de Mean Streets, Taxi Driver ou Raging Bull reste le seul réalisateur à avoir pris son essor artistique dans les années 70 à posséder encore un réel pouvoir à Hollywood. Sa collaboration avec Leonardo di Caprio lui permet une visibilité auprès des spectateurs et de connaître ses plus grands succès populaires sans se départir pour autant d’une réelle audace artistique. Avec ce qui est son plus long film (trois heures à toutes les montres), sa première vraie comédie et son film le plus sexué, il prouve qu’il peut encore se renouveler et nous surprendre. Maintenant, la question doit se poser à nouveau de savoir quand aura lieu la rencontre de son boy wonder des années 2000 avec celui des premières années alias Robert de Niro ?

[youtube]http://youtu.be/OyP1b4ev2vM[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici