News — 31 juillet 2019
Le box-office de la semaine du 24 juillet 2019
© Sergej Radovic / Paramount Pictures France Tous droits réservés

Cette semaine 30, allant du 24 au 30 juillet, n’aurait dû être que la confirmation routinière de la popularité du Roi lion, avec une baisse sensible des entrées pour la deuxième semaine à l’affiche du mastodonte mondial de Disney. Contre toute attente, on se retrouve avec les meilleurs résultats pour cette période pleinement estivale depuis le début du siècle ! Plus de quatre millions et demi de spectateurs sont en effet venus se rafraîchir dans les salles obscures en cette semaine placée pendant ses deux, trois premiers jours sous le signe d’une canicule aussi brève qu’historique. Ce qui représente une baisse très raisonnable de moins de 700 000 tickets vendus par rapport à la semaine précédente, trustée par le film de Jon Favreau. Tous les indicateurs sont par conséquent au vert, avec un gain de fréquentation d’au moins 20 % par rapport à la même semaine en 2018 et une hausse désormais marquée sur l’ensemble de cette année-ci, qui cumule pour l’instant près de 115 millions de spectateurs. Tous les indicateurs ? Eh oui, il y a quelques irréductibles amateurs de films gaulois qui permettent à la part de marché du cinéma français de monter très doucement à de toujours fort modestes 9 % !

rugit donc de plus belle lors d’une deuxième semaine assez remarquable. La comparaison avec Avengers Endgame des frères Russo, son concurrent direct dans la course au titre du plus gros succès de l’année 2019, se fait désormais clairement en sa faveur, puisqu’il enregistre une baisse extraordinaire d’un quart de ses spectateurs initiaux ! Ce qui représente deux fois moins de pertes que l’épopée de super-héros, qui avait vu le nombre de ses fans divisé par deux début mai – malgré l’aide d’un jour férié – pour attirer lors de ce point de bilan provisoire un demi-million de spectateurs en moins. Mieux encore, ce déclin presque anecdotique est représentatif de la solidité des films en continuation dans leur ensemble. Quand deux films font carrément mieux que la semaine précédente – sans surprise des films ciblés sur un public familial, plus disponible pendant l’été – et que tous les autres dans le classement des dix meilleurs enregistrent des baisses encore inférieures à celle du champion en grande forme, il y a de quoi se réjouir sans réserve. Seules les nouveautés sont à la peine, Crawl de Alexandre Aja ne risquant guère de détrôner le plus grand succès du réalisateur dans son pays natal : Piranha 3D et ses 659 000 spectateurs finement déchiquetés en septembre et octobre 2010. Enfin, Ibiza de Arnaud Lemort a beau avoir pris congé prématurément du public français après un mois à l’affiche, la comédie de vacances paraît plaire à l’étranger, où elle a jusqu’à présent diverti plus de cent mille spectateurs.

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 24 et le mardi 30 juillet 2019 :

  1. Le Roi lion – distribué par Walt Disney Studios France – 2ème semaine / – 27 % – 2 390 595 entrées / 5 643 491 cumul – 52 % part de marché
  2. – distribué par Walt Disney Studios France – 5ème semaine / + 8 % – 409 929 entrées / 3 828 771 cumul – 9 % part de marché
  3. – distribué par Sony Pictures Releasing France – 4ème semaine / – 10 % – 332 999 entrées / 2 704 673 cumul – 7 % part de marché
  4. Crawl – distribué par Paramount Pictures France – Nouveauté – 225 438 entrées cumulées – 5 % part de marché
  5. – distribué par Warner Bros. France – 3ème semaine / – 24 % – 148 391 entrées / 727 152 cumul – 3 % part de marché

6. – distribué par Pathé – 3ème semaine / – 14 % – 133 110 entrées / 569 282 cumul – 3 % part de marché

7. – distribué par Universal Pictures France – 2ème semaine / – 10 % – 108 889 entrées / 229 267 cumul – 2 % part de marché

8. – distribué par Le Pacte – Nouveauté – 95 246 entrées cumulées – 2 % part de marché

9. – distribué par UGC Distribution – 3ème semaine / + 10 % – 91 700 entrées / 307 424 cumul – 2 % part de marché

10. – distribué par Universal Pictures France – 4ème semaine / – 5 % – 90 092 entrées / 529 607 cumul – 2 % part de marché


© Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Le sort de Simba dans son pays d’origine, soi-disant, n’est pas aussi exemplaire. Sa baisse de 60 % en deuxième semaine est en effet comparable à celle de Avengers Endgame, qui avait cependant déjà accumulé plus de 620 millions de dollars à ce moment-là. Disney s’en remettra sans aucun doute, grâce à de nombreuses nouvelles rassurantes. Ainsi, Le Roi lion vient de franchir la barre du milliard de dollars rapporté à travers la planète, quelques jours à peine après que Aladdin de Guy Ritchie a réussi le même exploit. L’aventure avec Will Smith a en effet fait preuve d’une étonnante stabilité, comme en témoigne sa plus faible baisse parmi les films dans le Top 20 américain – en dehors de ceux qui ont considérablement augmenté leur nombre de copies –, alors que elle est sortie depuis plus de deux mois. De surcroît, la maison de Mickey a d’ores et déjà dépassé son propre record de 2016, grâce à plus de 7,67 milliards de dollars rapportés à travers le monde par ses films depuis le début de l’année, notamment Avengers Endgame, Captain Marvel de Anna Boden et Ryan Fleck, Aladdin et Le Roi lion, tous au moins milliardaires, ainsi que Toy Story 4 de Josh Cooley qui le sera prochainement ! Par ailleurs, Spider-man Far from Home de Jon Watts a intégré de même le club assez exclusif des films milliardaires la semaine dernière, devenant alors le deuxième plus grand succès de Sony / Columbia, derrière le James Bond Skyfall de Sam Mendes, mais désormais devant Jumanji Bienvenue dans la jungle de Jake Kasdan. En comparaison, les cent millions de dollars sur le compte mondial de Yesterday de Danny Boyle paraissent presque comme du menu fretin.

Il y a tant de choses à évoquer au niveau international qu’on en oublierait presque le démarrage en fanfare du nouveau Quentin Tarantino. Pourtant, Once upon a time in Hollywood s’en sort très bien, avec le meilleur premier week-end pour un film du réalisateur de Inglourious Basterds, son champion jusque là grâce à ses 38 millions de dollars en août 2009. L’évocation du monde hollywoodien à la fin des années 1960 est sortie sur trois cents écrans supplémentaires et devrait a priori rejoindre le trio de films à cent millions de dollars de Tarantino : Pulp Fiction à 107 millions, Inglourious Basterds à 120 millions et Django Unchained à 162 millions. Sa moyenne par copie est quasiment identique à celle de The Farewell de Lulu Wang, qui augmente doucement son exposition avec jusqu’à présent 135 salles. Quant à l’historique commercial des vedettes de Once upon a time in Hollywood, celui-ci fait aussi bien que Shutter Island de Martin Scorsese en 2010 pour Leonardo DiCaprio et un peu moins bien que Troie de Wolfgang Petersen en 2004 pour Brad Pitt.

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 28 juillet 2019 :

  1. Le Roi lion – distribué par Buena Vista – 2ème semaine / – 60 % – 76 621 553 $ / 351 873 087 $ cumul
  2. Once upon a time in Hollywood – distribué par Sony – Nouveauté – 41 082 018 $ cumulés, sortie française le 14 août
  3. Spider-man Far from Home – distribué par Sony – 4ème semaine / – 41 % – 12 452 143 $ / 344 707 413 $ cumul
  4. Toy Story 4 – distribué par Buena Vista – 6ème semaine / – 32 % – 10 453 633 $ / 396 210 139 $ cumul
  5. Crawl – distribué par Paramount – 3ème semaine / – 33 % – 4 062 256 $ / 31 525 049 cumul

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles