Le box-office de la semaine du 18 septembre 2019

0
88
© Mars Films Tous droits réservés

Si le box-office français continue sur sa lancée d’un regain très modéré de fréquentation, comme ce fut le cas pour la deuxième fois de suite en cette semaine 38, allant du 18 au 24 septembre, il retrouvera peut-être un jour son niveau réellement vigoureux. Environ 150 000 spectateurs supplémentaires par rapport à la semaine précédente, c’est certes une hausse sept fois plus importante que celle observée sept jours plus tôt. Mais le cumul hebdomadaire reste néanmoins à un niveau guère exceptionnel pour la saison, voire en baisse franche de plus de 10 % comparé aux chiffres de la même semaine en 2018, portée par la sortie de La Nonne de Corin Hardy et alors à proximité des trois millions d’entrées. Rien de tel cette année-ci, avec comme seule source de consolation tout de même la part de marché toujours très saine du cinéma français, quasiment identique à celle de la semaine dernière, à désormais 40 %. Rien d’anormal à cela, puisque une fois de plus la moitié des places du Top 10 est occupée par des productions locales.

Un Brad Pitt chasse l’autre cette semaine, l’une des plus fortes baisses du classement, celle de de Quentin Tarantino, étant tant soit peu compensée par le démarrage confortable de de James Gray. Il s’agit du meilleur démarrage pour le réalisateur en France, où il avait joui jusqu’à présent d’une réputation de cinéaste culte plutôt que d’aimant des foules. A voir où ce voyage interstellaire mènera, une première semaine à moins d’un demi-million de spectateurs ne faisant de lui guère un champion vigoureux, en mesure de se défendre contre l’invasion britannique prochaine. Woody Allen avait réellement charmé pour la dernière fois le public français il y a cinq ans avec Blue Jasmine et Magic in the Moonlight. La première semaine de Un jour de pluie à New York a beau être honorable, il faudra compter sur le bouche-à-oreille et les semaines à venir pour qu’il puisse éventuellement envisager le million d’entrées. Enfin, deux autres nouveautés, françaises celles-là, complètent le Top 10, avec notamment la belle performance de de Céline Sciamma qui envoûte plus de cent mille spectateurs. A noter qu’après son échec cuisant aux États-Unis la semaine passée, Le Chardonneret de John Crowley déçoit de même dans nos salles.

C’est une fois de plus un joli désordre du côté des films en continuation, avec une gamme du déclin qui va de 46 % pour le plus mauvais élève, l’ancien champion de Andres Muschietti, jusqu’à une quasi-stabilité pour de Grand Corps Malade et Mehdi Idir qui se maintient à la troisième place avec seulement 6 % en moins. A ce rythme-là, pourrait-il s’approcher des deux millions de spectateurs ? Un succès encore plus durable tire doucement mais fermement sa révérence, puisqu’il est peu probable qu’on revoie de Jon Favreau au delà de sa dixième semaine à l’affiche. De même, la barre exceptionnelle – un temps envisagée – des dix millions d’entrées en fin de parcours sera difficile à atteindre, en dépit de sa résistance exemplaire aux nouveaux arrivants sur le marché familial. Sur un créneau complètement différent, le Tarantino déjà cité plus haut a rempli son contrat et devrait finir aux alentours des résultats de deux films mythiques du réalisateur, Inglourious Basterds et Pulp Fiction, vers les 2 850 000 spectateurs. Ce qui est toujours bien loin du plus gros succès de Tarantino en France, Django Unchained et ses plus de quatre millions de fans de westerns revisités.

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 18 et le mardi 24 septembre 2019 :

  1. Ad Astra – distribué par 20th Century Fox France – Nouveauté – 434 069 entrées cumulées – 18 % part de marché
  2. Ça Chapitre 2 – distribué par Warner Bros. France – 2ème semaine / – 46 % – 340 000 entrées / 975 024 cumul – 14 % part de marché
  3. La Vie scolaire – distribué par Gaumont – 4ème semaine / – 6 % – 217 244 entrées / 1 255 053 cumul – 9 % part de marché
  4. Un jour de pluie à New York – distribué par Mars Films – Nouveauté – 202 317 entrées cumulées – 9 % part de marché
  5. – distribué par SND – 3ème semaine / – 10 % – 174 105 entrées / 678 622 cumul – 7 % part de marché

6. – distribué par Studiocanal – 2ème semaine / – 28 % – 171 486 entrées / 409 647 cumul – 7 % part de marché

7. Portrait de la jeune fille en feu – distribué par Pyramide Distribution – Nouveauté – 105 099 entrées cumulées – 4 % part de marché

8. Once upon a time in Hollywood – distribué par Sony Pictures Releasing France – 6ème semaine / – 40 % – 89 010 entrées / 2 547 783 cumul – 4 % part de marché

9. Le Roi lion – distribué par Walt Disney Studios France – 10ème semaine / – 11 % – 73 344 entrées / 9 565 373 cumul – 3 % part de marché

10. – distribué par Gaumont – Nouveauté – 56 258 entrées cumulées – 2 % part de marché


© Universal Pictures France Tous droits réservés

Une fois que le Brexit sera enfin consommé, les Anglais sauront vers quel continent se tourner, le public américain ayant fait un accueil chaleureux à l’adaptation cinématographique de la série à succès « Downton Abbey ». Le film de Michael Engler réalise en effet le meilleur démarrage pour son distributeur Focus Features, la succursale art & essai de Universal, devant les 22 millions de dollars de Insidious Chapitre 3 de Leigh Whannell en juin 2015. Ce démarrage outre-Atlantique est de bonne augure pour ses débuts français, les premières séances parisiennes ce jour lui ayant été largement favorables. L’aspect le plus surprenant de ce succès nous paraît cependant à quel point l’aristocratie britannique menée par Maggie Smith a su résister ce week-end dans les salles américaines face à sa concurrence directe. A l’affiche dans quatre-cents à six-cents multiplexes en moins par rapport à Ad Astra et de Adrian Grunberg, Downton Abbey atteint une moyenne par copie presque double, grâce à ses dix mille de dollars contre les cinq mille de dollars pour la contre-programmation plus virile.

Parmi elle, Brad Pitt devance de très peu Sylvester Stallone, là aussi grâce à une moyenne par copie légèrement supérieure. Tandis que, pour la vedette d’Ad Astra, ce démarrage est fort moyen, comparable à ceux de Burn after reading des frères Coen en 2008 et Le Stratège de Bennett Miller en 2011, le vieux guerrier Rambo reste tout à fait conforme aux premiers jours de John Rambo de Sylvester Stallone en janvier 2008. Sauf qu’à l’époque, le quatrième film de l’univers était distribué sur près de mille écrans en moins. Néanmoins, dans la filmographie de Stallone, rares sont les démarrages tonitruants, puisque même les plus forts, Expendables Unité Spéciale en août 2010 et Creed II de Steven Caple Jr. en novembre de l’année dernière, ne s’élèvent qu’à 35 millions de dollars. Enfin, dans les profondeurs du classement américain, signalons le démarrage d’une autre icône en excès de testostérone avec Silvio et les autres de Paolo Sorrentino sur une seule copie, à la 63ème place, quoique avec une moyenne par copie très proche de celle de Rambo et de l’astronaute Roy McBride.

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 22 septembre 2019 :

  1. Downton Abbey – distribué par Focus Features – Nouveauté – 31 033 665 $ cumulés
  2. Ad Astra – distribué par 20th Century Fox – Nouveauté – 19 001 398 $ cumulés
  3. Rambo Last Blood – distribué par Lionsgate – Nouveauté – 18 872 919 $ cumulés
  4. Ça Chapitre 2 – distribué par Warner Bros. – 3ème semaine / – 57 % – 17 006 478 $ / 178 927 041 $ cumul
  5. – distribué par STX Entertainment – 2ème semaine / – 49 % – 16 806 587 $ / 62 351 800 $ cumul, sortie française le 16 octobre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici