Festivals News — 17 août 2014
Lav Diaz, Léopard d’or au Festival de Locarno 2014

Pour , le réalisateur philippin (remarqué à Cannes en 2013 pour son film-fleuve de plus de 4 heures), Norte, la fin de l’histoire reçoit le Léopard d’or des mains remis par le jury présidé par le réalisateur italien Gianfranco Rosi. Record battu pour ce récit poétique et politique qui s’étale sur plus de 5h30 ! Un record ou presque : a déjà fait mieux avec un autre long-métrage qui durait 8 heures et un autre encore rien de moins que 13 heures ! Ce nouveau film se passe dans un quartier reculé des Philippines en 1972 alors que le dictateur président Marcos s’apprête à prononcer la loi martiale dans tout le pays.

Lav Diaz (© Festival del film Locarno / Sailas Vanetti)

Lav Diaz (© Festival del film Locarno / Sailas Vanetti)

Le palmarès complet du

COMPÉTITION INTERNATIONALE (Concorso internazionale) :
Léopard d’Or : From What is Before (Mula sa kung ano ang noon) de Lav Diaz (Philippines)

 

Prix du jury : de Alex Ross Perry (Etats-Unis)
Phillip (Jason Schwartzman) est nerveux à l’approche de la sortie de son roman, pour lequel il rechigne à assurer la promotion. Enervé par l’environnement, ses responsabilités, et la détérioration de sa relation avec sa petite amie Ashley (Elisabeth Moss), il accepte l’invitation de son idole, Ike Zimmerman (Jonathan Pryce), dans sa maison d’été où il espère se ressourcer.

 

Prix de la mise en scène : Pedro Costa pour Cavalo Dinheiro (Portugal)

Cavalo Dinheiro

Cavalo Dinheiro

Prix d’interprétation masculine : Artem Bystrov pour The Fool (Durak) de Yury Bykov (Russie)

L'Idiot

L’Idiot

Prix d’interprétation féminine : Ariane Labed pour , l’odyssée d’Alice de Lucie Borleteau (France)
Alice est marin. Alors que Félix, son homme, l’attend sur la terre ferme, elle embarque sur le Fidelio, un vieux cargo, comme second mécanicien. A bord, elle découvre non seulement que son prédécesseur vient de mourir, mais que le commandant n’est autre que Gaël, son premier grand amour. Dans sa cabine, Alice trouve un carnet ayant appartenu à l’ancien mécanicien et la lecture de ces notes, entre problèmes mécaniques, conquêtes sexuelles et mélancolie amoureuse, résonne curieusement avec ce que traverse Alice. Au gré des escales, entre la vie à bord au milieu d’un équipage exclusivement masculin et ses amours qui tanguent, la jeune femme tente de maintenir le cap.

Mention spéciale du jury : de Gabriel Mascaro (Brésil)
Shirley a quitté la grande ville pour vivre dans un petit village au bord de la mer, pour prendre soin de sa grand-mère. Elle trouve un emploi dans une plantation de noix de coco. Même isolée, elle cultive un goût pour le punk rock et rêve de devenir tatoueuse. Un chercheur étrange arrive dans le village pour enregistrer le son des alizés émanant de la zone de convergence intertropicale. Le mois d’Août marque en effet l’arrivée des tempêtes et des marées hautes…

 

CINÉASTES DU PRÉSENT (Cineasti del presente) :
Jury présidé par le réalisateur syrien Ossama Mohammed
Léopard d’Or : Navajazo de Ricardo Silva (Mexique)

Prix du jury Ciné+ : de Oscar Ruiz Navia (Colombie)
Prix de la mise en scène : Simone Rapisarda Casanova pour La Creazione di significato (Canada/Italie)
Mention spéciale : Un jeune poète de (France)

 

LÉOPARD D’OR du meilleur premier film : de Soon-mi Yoo (Corée du sud)
Mention spéciale : Parole de kamikaze de Masa Sawada (France)

 

PARDI DI DOMANI (jury présidé par le comédien hollandais )
Léopard d’Or du court-métrage : Abandoned Goods de Pia Borg et Edward Lawrenson (Royaume-Uni)
Léopard d’Argent du court-métrage : Shipwreck de Morgan Knibbe (Pays-Bas), le film représentera le Festival aux prochains European Film Awards
Mention spéciale : Muerte Blanca de Roberto Collío (Chili)

 

Concorso nazionale (meilleurs films suisses) :
Léopard d’or du court-métrage suisse : Totems de Sarah Arnold
Léopard d’argent : Petit Homme de Jean-Guillaume Sonnier

 

Prix de la Piazza Grande :
Prix du Public UBS : Schweizer Helden de Peter Luisi (Suisse)
Prix Variety Piazza Grande Award : de Jean-Pierre Améris (France)

 

Jurys indépendants et autres prix :
Prix du Jury Écuménique : L’Idiot de Yury Bykov (Russie)
Prix FIPRESCI (Fédération internationale des Critiques de Cinéma) : From What Is Before de Lav Diaz
Prix Europa Cinemas Label : Fidelio, l’odyssée d’Alice
Prix du jury jeunes : premier Prix : L’Idiot, deuxième Prix : Alive de PARK Jungbum (Corée du Sud), troisième Prix : Perfidia de Bonifacio Angius (Italie)
Prix «L’environnement, c’est la qualité de la vie» : From What Is Before, mention spéciale : L’Abri de Fernand Melgar (Suisse)
Prix du jury Cinema & Gioventù : Frère et sœur de Daniel Touati (France), mention spéciale : Buzzard de Joel Potrykus (États-Unis)
Prix Don Quijote de la Fédération Internationale des Ciné-clubs : From What Is Before de Lav Diaz, mentions spéciales à Cavalo Dinheiro de Pedro Costa et à L’Idiot
Prix de la Semaine de la critique : 15 Corners of the world de Zuzanna Solakiewicz (Pologne/Allemagne) ex-aequo avec La Mort du Dieu Serpent de Damien Froidevaux (France) qui reçoit aussi le Premio Zonta Club Locarno, film qui promeut au mieux la justice et l’équité sociale.

 

Jean-Pierre Léaud, honoré pour l'ensemble de sa carrière

Jean-Pierre Léaud, honoré pour l’ensemble de sa carrière

Des hommages ont été rendus à la réalisatrice française Agnès Varda, au réalisateur espagnol Victor Erice, aux comédiennes américaine Mia Farrow et française Juliette Binoche, aux acteurs français Jean-Pierre Léaud, italien  et autrichien Armin Mueller-Stahl et à la société de production italienne Titanus. Le prix Raimondo Rezzonico qui honore chaque année un producteur indépendant a été remis à la hong-kongaise Nansun Shi, qui a notamment fondé la Film Workshop avec Tsui Hark, le prix Vision à Garrett Brown, créateur de la Steadicam. Attendu pour une leçon de cinéma et un hommage, le réalisateur franco-polonais a du lui annuler sa participation à cause des controverses liées à sa venue, alors qu’il avait déclaré à la télévision suisse quelques semaines se réjouir d’assister à ce festival « très artistique, pas commercial comme Cannes ».

Juliette Binoche (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Juliette Binoche (Vittorio Zunino Celotto/Getty Images Europe)

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles