Festival de Films de Femmes de Créteil 2023 : déjà 45 ans !

0
1619

Cette nouvelle édition du Festival dédié aux films (courts et longs, documentaires et fictions) de réalisatrices fête donc son quarante-cinquième anniversaire, en présence de quelques prestigieuses invitées.

Anais Leroy, Lizzie Borden, Laurence Reymond et Jackie Buet © Pascal Le Duff

La réalisatrice New-Yorkaise féministe culte Lizzie Borden est présente ce week-end avec trois longs-métrages, le brûlot politique dystopique Born In Flames (1983), toujours aussi pertinent (hélas) sur la place des femmes et des minorités dans la société, dans un récit qui s’ouvre sur la dixième année au pouvoir d’un gouvernement socialiste en Amérique ! Une interrogation sur le rapport de la gauche au pouvoir, avec ses points positifs comme les dérives possibles, mais avec une complexité bien appréciable, ni cynique ni angélique. Ce dimanche 26 mars, elle reviendra pour accompagner les plus rares Regrouping (1976) à 17h30 et Working Girls (1986) à 20h30, avec une discussion entre les deux films.

Plusieurs leçons de cinéma sont proposées, avec Agnès Jaoui aujourd’hui à 15h30, suivi de la projection à 18h30 de la comédie Aurore de Blandine Lenoir et à 21h de Comme une image, écrit avec le regretté Jean—Pierre Bacri. Elle propose une carte blanche en cinq films dont le vibrant Pourquoi pas ? de Coline Serreau (1977), proposition de « trouple » avant que le mot n’existe. L’auteure de La Crise sera d’ailleurs elle aussi présente pour une rencontre le mardi 28 mars (attention aux grèves, chers lecteurs !) après la présentation de La Belle Verte à 13h. Elle participera aussi à une table ronde autour de l’« Éco-féminisme » le même jour à 17h en tant que marraine des réalisatrices équitables du Québec.

Rebecca Zlotowski © Tim P. Whitby – Intermittent – Getty Images

Rebecca Zlotowski sera présente toute la journée du lundi 27 mars, avec une Masterclasse à 15h ; à 18h30 une Carte blanche qui nous permettra de (re)découvrir le film punk Suburbia de Penelope Spheeris (1984) – la future réalisatrice de Wayne’s World – suivie d’une discussion avec son invitée, la réalisatrice Lola Quivoron (Rodéo) et pour la clore la journée, elle présentera aussi à 21h Une fille facile.

Enfin, la récente lauréate du Prix Nobel de littérature, Annie Ernaux est invitée pour une soirée événement le jeudi 30 mars à partir de 19h autour de la projection du documentaire Les mots comme des pierres de Michelle Porte. Les Années super 8 qu’elle a réalisé avec son fils David Ernaux et L’événement d’Audrey Diwan seront aussi du programme.


Le second éveil de Christa Klages © Splendor Films

Présente pour le quarantième anniversaire, Margarethe Von Trotta sera hélas absente cette fois-ci mais sera représentée cette fois par trois de ses films récemment restaurés, ressortis en salles à l’automne dernier par Splendor Films : Le second éveil de Christa Klages (1978) autour des conséquences d’un braquage sur trois jeunes gens, notamment la jeune femme du titre, avec de belles choses exprimées sur la quête de liberté politique et intime, sur des colères saines aussi, ainsi qu es plus historiques Les années de plomb (1982) et Rosa Luxemburg (1986). Toujours active, cette très grande cinéaste vient de présenter au Festival de Berlin son dernier long, Ingeborg Bachmann Reise in die Wüste, qui fut un de nos rares coups de cœur de la Berlinale 2023 (voir la critique de Tobias ici). Le film n’a hélas pas pu être programmé à Créteil.

Au programme encore, « Elles font genre » pour mettre en avant le cinéma fantastique et d’horreur au féminin. On est loin du temps où ce genre était quasiment réservé aux hommes, comme le rappelleront les films Ego de Hanna Bergholm, Atlantique de Mati Diop, Huesera de Michelle Garza et Knives and skin de Jennifer Reeder. Hier, le festival nous a permis de découvrir le travail singulier de Miryam Charles, Canadienne d’origine haïtienne qui, en six courts métrages et un long, explore de façon originale les idées de deuil et de racines avec un bel équilibre entre réalisme et onirisme expérimental.

Plusieurs compétitions sont proposées, avec parmi les jurés, Lio (présidente du jury fictions) et Julie Bertuccelli (documentaires). Le programme complet est à retrouver sur le site officiel du festival.

Compétitions internationales

Longs-métrages – fictions

Fifi de Jeanne Aslan et Paul Saintillan (France) – sortie le 14 juin 2023

Foudre de Carmen Jaquier (Suisse)

My Love Affair With Marriage de Signe Baumane (Lettonie, USA) – sortie le 7 juin 2023

Règle 34 de Julia Murat (Brésil) – sortie le 7 juin 2023

Trenque Lauquen de Laura Citarella (Argentine) – sortie le 3 mai 2023

Valeria is Getting Married de Michal Vinik (Israël, Ukraine)

Longs-métrages – documentaires

Geographies of Solitude de Jacquelyn Mills (Canada)

The Homes We Carry de Brenda Akele Jorde (Allemagne)

How Dare You Have Such A Rubbish Wish de Mania Akbari (Iran, Grande-Bretagne)

Pendant que Nicoleta travaille d’Isabelle Detournay (Belgique)

Tutto apposto gioia mia de Chloé Lecci López (France)

La Visita y un jardin d’Irene M. Borrego (Espagne)

Courts métrages

Bolide de Juliette Gilot (France)

Cœur béton d’Enrika Panero (France)

Does Space Dream In Bits de Sasha Yakovleva (Portugal)

Finns Heel de Cato Kusters (Belgique)

I Am a Horse de Chaerin Im (Corée du Sud, Danemark)

Letter to a Pig de Tal Kantor (France, Israël)

Lose yourself with me de Véronique Bourlon (France)

Memoir of a veering storm de Sofia Georgovassili (Grèce)

My Girl Friend de Kawthar Younis (Égypte)

Le Passage du col de Marie Bottois (France)

Safety Matches de Pauline Bailay (France)

Transit de Hyein Moon (Corée du Sud)

Un corps brûlant de Lauriane Lagarde (France)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici