Festival de Cannes 2016 : jour 7

2
117

Festival de Cannes 2016 photo couverture

Ce mardi 17 mai voit débarquer sur le tapis rouge l’équipe de , nouveau film du réalisateur espagnol Pedro Almodovar. La superstar Kristen Stewart foulera à nouveau le tapis rouge afin de présenter . Le Brésil s’invite à la fête avec de Kleber Mendonça Filho. 

Julieta réalisé par Pedro Almodovar (3,5/5). Almodovar qui avait déjà travaillé sur la relation parentale, notamment dans tout sur ma mère traite à nouveau de ces relations filiales mais avec un axe totalement différent. Dans ce nouveau film Almodovar délaisse ses tendances exubérantes pour plus de sentimentalisme et plus de subtilité. Le réalisateur de Volver poursuit avec brio le portrait de son personnage éponyme, un portrait fondamentalement touchant et fouillé, exposé grâce à un flashback, à une confession manuscrite qui nous est reléguée par voix off. La culpabilité est maîtresse des personnages, ainsi que le deuil, qui découle d’une mort ou d’une disparition. (Julia => lire la critique complète)

Personal Shopper réalisé par Olivier Assayas (2/5). Une jeune américaine interprété par Kristen Stewart travaille comme personal shopper pour le compte d’une star de la mode. Le job est alimentaire et permet à Maureen de rester à Paris en espérant entrer en contact avec son frère jumeau, récemment décédé. Ce récit fantastique n’est jamais totalement assumé, Assayas flirte avec les genres. Dès le départ l’aspect mystique est clairement évoqué, en revanche le récit se perd dans trop de sous-intrigues : le quotidien d’une acheteuse de mode, un meurtre, la deuil du jumeau… Au final, l’intérêt se noie dans ce récit bancal et ce n’est pas cette interminable conversation par SMS ou cette discussion de Stewart avec des robinets qui ravivera un soupçon d’attention. Un gros flop de la sélection … (Julien)

Aquarius réalisé par Kleber Mendonça Filho (3/5). Sonia Braga est une légende du cinéma contemporain, LA star du cinéma brésilien de ces quarantes dernières années. Ses performances dans Dona Flor et ses deux maris et Tieta do Brasil, parmi bien d’autres l’ont inscrite à jamais dans le cœur des cinéphiles séduits autant par la complexité de son jeu que par sa chaleur et sa sensualité toujours imposantes aujourd’hui. Elle risque bien de voir sa longue carrière enfin primée sur la Croisette, grâce au personnage sublime de Carla, sexagénaire élégante qui, trente ans après avoir survécu à un cancer, est la dernière habitante de son immeuble à y rester coûte que coûte, vaille que vaille, alors qu’un jeune promoteur immobilier revenu avec morgue des Etats-Unis et dont les dents rayent le moindre parquet, tente de lui faire quitter les lieux fissa. Malgré son caractère de battante, elle est heurtée par cette agressivité qui a des conséquences sur son quotidien et ses relations avec ses enfants. De battre son cœur ne s’est pas arrêté (référence pas anodine au film d’Audiard) malgré la maladie, les drames personnels et cette dernière bataille dans sa vie qui n’est que l’un des éléments du deuxième film du jeune (en nombre de films) Kleber Mendonça Filho dont Les Bruits de Recife reste l’un des meilleurs premiers longs-métrages de ces dernières années. Un peu trop long certes mais le plaisir de passer un peu plus de deux heures en compagnie d’une actrice au faîte de son art en vaut la peine. (Pascal)

Photo du film Personal Shopper :

personal Shopper Kristen Stewart Festival de Cannes 2016

Photo du film Julieta :

Julieta Pedro Almodovar Festival de Cannes 2016 2

Photo du film Aquarius :

Aquarius Festival de Cannes 2016

Ph

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici