Espagnolas en Paris : clap de fin ce soir

0
340

© 2020 Tous droits réservés

Depuis douze ans, elles œuvraient dans leur petit coin des beaux quartiers de Paris pour la vulgarisation d’un cinéma espagnol différent. Ce soir, le rideau se refermera sur l’association Espagnolas en Paris, avec la présentation en avant-première du drame historique , qui sortira en France dans trois semaines. Cet arrêt brutal est dû à la disparition de en mai dernier des suites d’un cancer. Le programmateur et l’âme de l’association qu’il avait fondée en 2005 avec, entre autres, l’actrice espagnole , sa présidente, avait 68 ans. L’ultime séance de son « bébé » qui se déroulera ce soir à partir de 19h30 au cinéma Majestic Passy dans le 16ème arrondissement de Paris lui est dédiée.

D’origine catalane, José Maria Riba avait été un formidable passeur de la richesse du cinéma espagnol et latino-américain. Initialement journaliste sur les ondes de RFI, dans les colonnes de Libération et la nuit à l’Agence France Presse, il rejoint le monde soi-disant institutionnel du cinéma en 1980 en tant que membre du comité de direction du Festival de San Sebastian. A la Semaine de la Critique à Cannes, il est d’abord sélectionneur, puis délégué général au début des années 2000.

L’aventure Espagnolas en Paris commence donc pour lui au milieu des années 2000 avec ses soirées régulières au Majestic Passy, où sont projetés des films espagnols souvent restés inédits dans les salles françaises. L’association organise de même le festival « Different ! L’Autre cinéma espagnol » depuis 2008. Enfin, Riba était un proche collaborateur du Festival de Morelia au Mexique, où il avait créé les rencontres Impulso Morelia, plateforme d’aide aux films en recherche de financement.

Une vie secrète © 2019 David Herranz / Irusoin / Manny Films / Epicentre Films Tous droits réservés

En avant-programme de la projection de Une vie secrète de Aitor Arregi, Jon Garaño et José Mari Goenaga – Goya de la Meilleure actrice pour Belen Cuesta en janvier dernier – , la version courte du documentaire José Maria Riba Un agradecimiento por siempre de Lila Aviles sera projetée. Elle sera introduite par Laura Del Sol, qui avait fait ses débuts devant la caméra en 1983 dans Carmen de Carlos Saura.

Pour le film principal, le quatrième des réalisateurs à être présenté par Espagnolas en Paris, deux d’entre eux ont fait le déplacement, Jon Garaño et José Mari Goenaga, ainsi que le producteur Xabier Berzosa. Cette soirée exceptionnelle sera suivie, une dernière fois, du traditionnel buffet gnolesque, servi en extérieur – sous le ciel en ce moment pluvieux de Paris – pour cause de restrictions sanitaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici