http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Nécrologie News — 27 février 2019
Décès du réalisateur Stanley Donen
© 1952 MGM Tous droits réservés

Le réalisateur américain est décédé le 21 février à New York d’une crise cardiaque. Il était âgé de 94 ans. Le dernier survivant d’une génération de titans qui avaient façonné le cinéma hollywoodien des années 1950 et ’60, Donen avait signé à la fois des comédies musicales mythiques telles que Chantons sous la pluie, et et des comédies romantiques pas moins légendaires comme , et . Il avait reçu un Oscar d’honneur en 1998 des mains de Martin Scorsese.

Les Sept femmes de Barberousse © MGM Tous droits réservés

Très tôt passionné par la danse, Stanley Donen avait fait ses premiers pas dans le monde du spectacle à Broadway, où il avait fait la connaissance de Gene Kelly. Il avait suivi ce dernier en tant qu’assistant et chorégraphe à Hollywood au milieu des années ’40, participant alors entre autres à des comédies musicales comme Escale à Hollywood et Féerie à Mexico de George Sidney, Le Souvenir de vos lèvres et Ainsi sont les femmes de Richard Thorpe, Le Brigand amoureux de Laslo Benedek et Match d’amour de Busby Berkeley. En 1949, il fait plus étroitement équipe avec Gene Kelly, son co-réalisateur sur , l’une des premières comédies musicales partiellement tournées en décors réels. Il est entièrement responsable de son deuxième film, , avec sa célèbre séquence où Fred Astaire danse au plafond. Stanley Donen retrouve son mentor Gene Kelly en 1952 pour le chef-d’œuvre du genre Chantons sous la pluie, une véritable suite de séquences d’anthologie avec à tour de rôle Kelly, Debbie Reynolds et Donald O’Connor. Ses rares détours vers des films moins musicaux étaient moins couronnés de succès à cette époque-là, comme le prouve la comédie militaire L’Intrépide avec Janet Leigh. Retour à son genre de prédilection avec Donnez-lui une chance, Les Sept femmes de Barberousse, – à nouveau en tandem avec Gene Kelly –, Drôle de frimousse et , co-réalisé avec George Abbott.

Drôle de frimousse © Paramount Pictures Tous droits réservés

La fin d’une ère, celle des comédies musicales classiques, s’était fait sentir dès la fin des années ’50. Un changement de mode cinématographique qui allait inciter Stanley Donen à s’exercer plutôt dans le genre des comédies romantiques, à quatre reprises enrichies par le charme intemporel de Cary Grant, dans Embrasse-la pour moi, Indiscret, Ailleurs l’herbe est plus verte et Charade. Il avait également fait tourner des stars de l’époque comme Yul Brynner (Chérie recommençons et Un cadeau pour le patron), Sophia Loren et Gregory Peck (), Audrey Hepburn et Albert Finney (Voyage à deux), ainsi que Dudley Moore et Raquel Welch (Fantasmes). Par la suite, à partir des années ’70, la carrière du réalisateur s’était sérieusement essoufflée, ponctuée seulement d’échecs commerciaux tels que L’Escalier avec Rex Harrison et Richard Burton, Le Petit prince, Les Aventuriers du Lucky Lady avec Gene Hackman et Liza Minnelli, Folie-folie avec George C. Scott, Saturn 3 avec Farrah Fawcett et Kirk Douglas et C’est la faute à Rio avec Michael Caine, son dernier film en 1984. Le producteur de la plupart de ses films à partir de Pique-nique en pyjama, Stanley Donen a également produit la 58ème cérémonie des Oscars en 1986. La même année, il a réalisé le clip vidéo pour la chanson de Lionel Richie « Dancing on the Ceiling », qui reprenait la prouesse acrobatique et technique de Mariage royal.

Charade © Ciné Sorbonne Tous droits réservés

Jamais nommé par l’Académie du cinéma américain, Stanley Donen avait donc reçu un Oscar d’honneur en 1998. Ses confrères du syndicat des réalisateurs américains étaient mieux disposés à son égard, puisqu’ils l’ont nommé à cinq reprises – ceci dit à une époque où dix réalisateurs étaient nommés chaque année – pour Chantons sous la pluie, Les Sept femmes de Barberousse, Drôle de frimousse, Damn Yankees et Voyage à deux. Parmi les nombreux prix honorifiques qu’il a obtenus, on peut citer celui des critiques de Los Angeles en 1989, ainsi qu’un Lion d’or d’honneur au Festival de Venise en 2004. Le Festival Lumière de Lyon lui avait par ailleurs rendu hommage en 2010. Il était entre autres marié à l’actrice Yvette Mimieux (La Machine à explorer le temps). Ces dernières années, il était en couple avec la scénariste Elaine May.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles