Critique : L’Infernale Poursuite

0
562

L'infernale poursuite afficheL’Infernale Poursuite

Etats-Unis, 1979
Titre original : Mr. No Legs
Réalisateur : Ricou Browning
Scénario : Jack Cowden
Acteurs : Ted Vollrath, Richard Jaeckel, Ron Slinker, Lloyd Bochner
Distribution : –
Durée : 1h30
Genre : Policier
Date de sortie : 14 mars 1979

Note : 3/5

L’indispensable séance du cinéma bis ce vendredi 26 juin 2015 à partir de 20h propose deux films a priori énormes réunis sous le petit nom bien trouvé de Curiosités : ce film policier dont le méchant est un cul de jatte raciste et karatéka et Le Pouvoir des plantes avec une plante qui est le seul témoin d’un meurtre. Sacré programme !

Synopsis : Mister No Legs est un cul de jatte méchant, raciste et karatéka qui se déplace avec des fusils de chasse dans les accoudoirs de son fauteuil roulant. Deux flics minables tentent de l’arrêter.

L'infernale poursuite 8

Mr No Legs, profession nettoyeur

Un film qui relate la traque par son réalisateur Ricou Browning, anciennement Créature du Lac Noir pour Jack Arnold (pour les séquences sous-marines) du producteur George Roberts qui n’a payé personne sur cet objet délicieusement absurde. Non, en fait non, ce n’est pas tout à fait ça. Lou est un méchant trafiquant de drogue (Rance Howard, le père de Ron) doté d’une affreuse moustache et d’une coupe de cheveux de chauve qui ne s’assume pas et il s’occupe d’une cargaison avec le jeune Ken Wilson qui espère payer ses études avec cette activité. Ken est un bon gars, un bosseur, un étudiant promis à un bel avenir. Malgré de bonnes prédispositions, les drogues qu’il laisse traîner agacent sa fiancée et lorsqu’elle décide de le larguer, il essaye mollement de la retenir, si mollement qu’elle tombe à la renverse en arrière sur une télévision mal placée. Le geste est mou car les comédiens n’avaient pas assez répété et la seule prise autorisée par la production qui n’avait qu’une seule télé à disposition est mal coordonnée. La fille décédée était la soeur d’un flic et du coup, les truands paniquent. Là intervient Mr No Legs, le factotum du chef des truands. Après avoir détourné une partie de la cargaison, il intervient pour nettoyer la scène de crime.

L'infernale poursuite 5

Nanar 70ies

Ce nanar de la fin des années 70 est un très bel exemplaire d’un genre qui a quasiment disparu de nos écrans. Coupes de cheveux aléatoires, moustaches hélas trop prononcées, tee-shirts trop courts, voiture de flic trop orange… Une lointaine époque… Mr No Legs est un sacré truand. Il exerce ses méfaits dans un fauteuil roulant sur les côtés duquel on trouve d’énormes flingues, il fait du karaté, il donne des coups de pieds sans avoir de jambes. L’interprète de ce rôle est un vétéran de guerre (Ted Vollrath) qui a tourné ce seul et unique film avec un certain génie. Enfin, presque. Très méchant, il est accompagné d’un grand échalas à qui il ne cesse de dire : « Va chercher la voiture ». Forcément, il n’a pas de pieds, ce qui est un frein pour atteindre les…freins. Mais cela ne l’empêche pas de cogner, même autour d’une piscine dans une scène de baston très mouillée.

L'infernale poursuite 2

Une bagarre absurde entre deux femmes dans un bar, devant un nain qui s’amuse de leur affrontement, un barman qui assomme à coups de bouteille sans raison et un travesti qui fait la même chose. Une très belle scène d’amour entre Andy, le flic simplet et une prostituée qui n’a pas une mais au minimum trente-cinq descentes de lit réparties dans une chambre atrocement rococo. Trop de moquettes tue la moquette, ce n’est pas son partenaire presque aussi velu que Robin Williams qui dira le contraire. Et enfin la grande scène de poursuite, en effet infernale : c’est long, laborieux, avec une voiture de flics qui explose sans raison sur une plage de sable (même pas de galets…), des passants qui se plaignent de ces policiers qui ne font pas attention…

L'infernale poursuite 1

Les héros du film sont deux policiers : le frère de la jeune fille tuée interprété avec une certaine forme de désespoir (pour le spectateur) par le nullissime Ron Slinker, qui n’a pas fait d’autres films ensuite, normal… et son collègue par le talentueux (mais pas ici) Richard Jaeckel, vu dans plusieurs films de Robert Aldrich, dont Les Douze Salopards où il était un des rares survivants. Dans le reste du casting, on trouve l’ex-mari de Shirley Temple, John Agar, acteur de western respectable en commissaire ripou lancé dans une poursuite où on détruit la charrette (traduction de camping-car dans les années 70 apparemment) d’un pauvre homme malheureux et Rance Howard donc dans le rôle sacrifié de Lou, un rôle en effet tragique, pas dans son destin mais dans le handicap mental dont souffre le scénariste.

Richard Jaeckel et Rance Howard
Richard Jaeckel et Rance Howard

L'infernale poursuite 7

Conclusion

Un magnifique divertissement de folie, dans une très belle version française qui enrichit encore la portée philosophique de ce qui n’est pas loin d’être un chef d’oeuvre. Dans le genre, en tout cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici