Critique Express : Plan 75

0
1226

Plan 75

Japon, France, Philippine : 2022
Titre original : –
Réalisation : Chie Hayakawa
Scénario : Chie Hayakawa d’après une histoire de Chie Hayakawa et Jason Gray
Interprètes : Chieko Baishô, Hayato Isomura, Stefanie Arianne
Distribution : Eurozoom
Durée : 1h52
Genre : Drame
Date de sortie : 7 septembre 2022

3.5/5

Synopsis : Au Japon, dans un futur proche, le vieillissement de la population s’accélère. Le gouvernement estime qu’à partir d’un certain âge, les seniors deviennent une charge inutile pour la société et met en place le programme « Plan 75 », qui propose un accompagnement logistique et financier pour mettre fin à leurs jours. Une candidate au plan 75, Michi, un recruteur du gouvernement, Hiromu, et une jeune aide-soignante philippine, Maria, se retrouvent confrontés à un pacte mortifère.

Un sujet qui fait froid dans le dos, une réalisation pleine d’émotion sans être mièvre

L’euthanasie ! L’euthanasie passive ! l’euthanasie active ! Le suicide assisté ! Dans notre pays, beaucoup se plaignent du retard de la France par rapport à des pays proches, la Belgique, les Pays Bas, l’Espagne, en ce qui concerne le droit à mourir dans la dignité, à mourir en épargnant une souffrance inutile à une personne de toute façon condamnée. D’autres, par contre, le plus souvent pour des raisons religieuses, refusent que la législation aille plus loin en la matière que la loi Leonetti-Clayes du 2 février 2016. Si on regrette cette frilosité française, on ne souhaite surtout pas voir notre pays aller jusqu’à proposer à ses vieux de se faire euthanasier dans le but de faire de la place pour les jeunes. Cette proposition, assortie d’un petit cadeau financier et de la possibilité de se dédire, c’est dans son pays, le Japon, que la réalisatrice Chie Hayakawa en envisage la mise en application dans ce qui est son premier long métrage.

Il y a 4 ans, elle avait déjà réalisé un court-métrage sur le même sujet dans le cadre du film Anticipation Japon, film produit par Hirokazu Kore-Eda et dans lequel cinq réalisateurs différents imaginaient ce que serait leur pays 10 ans plus tard. Ce court métrage ne racontait l’histoire que d’un seul personnage alors que Plan 75 en réunit cinq. Intéressée par ce plan 75, Michi, interprétée par Chieko Baishō, une véritable légende au Japon, est une femme de 78 ans qui n’est pas encore à la retraite mais est « sans emploi ». Yukio, interprété par l’acteur de théâtre Taka Takao, est également un volontaire. Son neveu Hiromu, interprété par Hayato Isomura, travaille dans le centre de recrutement mais il n’a pas le droit de s’occuper du dossier de son oncle, les liens parentaux étant trop proches. Yoko, interprétée par Yumi Kawai, fait partie du groupe des accompagnatrices téléphoniques. Quant à Maria, interprétée par Stefanie Arianne, c’est une aide-soignante d’origine philippine dont la fille, âgée de 5 ans, a une maladie cardiaque nécessitant une opération.


Voilà donc un pays qui propose à ses habitants de plus de 75 ans de se faire euthanasier, possibilité qui, plus tard, sera peut-être offerte aux plus de 65 ans. Pas d’obligation, mais, en cas d’acceptation, un petit pécule de 100 000 yens (soit environ 700 Euros !) est attribué aux volontaires, somme dont ils et elles peuvent disposer à leur aise jusqu’à l’issue finale. Les volontaires ont aussi la possibilité de dialoguer avec des professionnels formés à cet effet, avec, toutefois, l’interdiction de les rencontrer afin d’éviter un rapprochement qui pourrait aboutir à un désistement. Pour le réalisatrice, sa fiction d’anticipation n’est pas tellement éloignée de la réalité actuelle du Japon : ce pays possède la population la plus âgée du monde, de nombreuses personnes âgées doivent continuer à travailler, le montant des retraites étant insuffisant, et, surtout, il règne un climat d’intolérance envers ces personnes âgées trop souvent considérées comme des « improductifs » dans une société qui donne la priorité à l’économie et à la productivité.

Face à tous les effets négatifs du vieillissement de la population, il ne serait pas étonnant que, ne voyant le monde qu’à travers le prisme du PIB et des dépenses de santé, des dirigeants politiques de ce pays, mais aussi d’autres pays ayant un « problème » similaire, ne soient pas très loin d’avoir en tête une « solution » ressemblant à celle décrite dans Plan 75. La réalisatrice a d’ailleurs tout fait pour que les spectateurs n’aient pas l’impression d’assister à un film de science-fiction mais plutôt à l’évocation d’évènements qui pourraient arriver. Plan 75 a été présenté dans la sélection Un Certain Regard de Cannes 2022 et il a obtenu une mention spéciale à la Caméra d’Or. C’est lui qui représentera le Japon lors de la prochaine cérémonie des Oscars. Belles récompenses pour un film dont le sujet fait froid dans le dos mais dont la réalisation a le bon goût et l’intelligence de ne jamais tomber dans le glauque ou le sordide.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici