Critique Express : Double foyer

0
424

Double foyer 

France: 2023
Titre original : –
Réalisation : Claire Vassé
Scénario : Claire Vassé, Louis-Stéphane Ulysse
Interprètes : Emilie Dequenne, Max Boublil, Arthur Roose
Distribution : Nour Films
Durée : 1h25
Genre : Comédie, drame
Date de sortie : 21 février 2024

2/5

Synopsis : Lili et Simon s’aiment, mais n’habitent pas ensemble. Abel, l’enfant de cet amour, vit entre deux maisons. Un jour, les accidents de l’existence remettent en question leur mode de vie… Peut-on s’aimer sans vivre ensemble ? Question simple, réponse compliquée.

C’est parce qu’ils s’aiment vraiment très fort et qu’ils cherchent coûte que coûte à protéger leur amour que Lili et Simon ont décidé de ne pas habiter ensemble. Pas loin l’un de l’autre, mais séparément. Lili travaille dans une agence immobilière, Simon est garagiste, spécialisé dans l’entretien des voitures de collection. Lili vit dans l’appartement toulousain de ses parents qui sont allés passer leur retraite à la campagne et elle leur paye un loyer. Simon, un ancien de la DDASS, habite dans un appartement situé juste au dessus de son garage. Et Abel, leur fils, dans tout ça ? Eh bien, Abel est parfaitement épanoui dans la situation choisie par ses parents. Il se sent aussi bien dans l’appartement un brin chaotique de Lili que dans celui, parfaitement rangé, de Simon. En plus, lui qui aime les animaux, il fait coup double, son père comme sa mère ayant accepté la présence d’animaux dans leurs appartements.

Partant de la situation particulière et donc intéressante qu’elle a imaginée, Claire Vissé, en bonne ancienne critique de cinéma devenue romancière et ayant à ce double titre une bonne culture cinématographique et une bonne imagination, vient progressivement ajouter des éléments chargés de faire rebondir l’intrigue : l’arrivée de Julien, un ancien camarade de Simon à la DDASS, la maladie puis le décès de Jacques, le père de Lili, les problèmes posés à Lili par la succession face à un frère particulièrement antipathique, …

On ne peut s’empêcher de penser que Claire Vissé, dont c’est le premier long métrage, est tombée dans le piège fréquemment rencontré dans ce cas de figure : pas sûre à 100% de pouvoir réaliser un ou plusieurs autres films, elle n’a pas pu s’empêcher de raconter toutes les histoires qui lui tenaient le plus à cœur avec le résultat qu’aucune de ces histoires n’est vraiment traitée en profondeur.

Au final, de ce film par ailleurs très bien interprété et qui aurait pu, qui aurait dû se contenter d’être une excellente étude sur l’effet ou l’absence d’effet du regard des autres, parents, amis, boulangère sur les décisions très personnelles que vous avez prises, on retient surtout quelques épisodes, certes comiques mais anecdotiques, comme celui du pain complet proposé par habitude par la boulangère à une jeune femme qu’elle suppose être proche de Simon, comme celui de la qualification de libertins donnée à Lili et Simon par les parents d’un copain d’Abel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici