Cinélatino 2021 : sept courts-métrages en libre accès jusqu’au 28 février & Alfredo Castro invité d’honneur

0
901

© 2021 Association Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse Tous droits réservés

Empêché in extremis par le premier confinement national au printemps 2020, le devra également s’adapter à la crise sanitaire cette année pour sa 33ème édition. Celle-ci aura donc lieu en deux temps, un peu selon le modèle berlinois. Le premier volet se déroulera du vendredi 19 au dimanche 28 mars, certainement en ligne et également sur place à Toulouse, si l’évolution de la pandémie du coronavirus en France le permet. Dans l’espoir que l’on sera revenu à une forme relative de normalité d’ici l’été, un long week-end festif se déroulera du mercredi 9 au dimanche 13 juin sur place, avec des invités sud-américains, des apéros concerts et tout ce qui fait depuis 1989 le charme de ces rencontres incontournables avec les auteurs et les films venus de l’Amérique du Sud. Enfin, les rencontres professionnelles se feront exclusivement en ligne du 22 mars au 2 avril.

En attendant l’annonce de la sélection officielle, qui devrait se faire dans les semaines, voire les jours à venir, le Festival Cinélatino permet aux spectateurs domiciliés en France de découvrir sept courts-métrages. Ceux-ci sont disponibles gratuitement depuis hier et encore jusqu’à la fin du mois de février sur le site du festival.

Il s’agit de trois courts sélectionnés au programme 2020 venus de Argentine pour Muchacha China de Sofia Medrano, ainsi que du Venezuela pour Isla sirena de Leonel Gonzalez et Antilope de Diego Murillo. En ces temps de vacances d’hiver, cette programmation est enrichie de quatre courts-métrages supplémentaires, eux aussi sélectionnés l’année dernière dans la section Jeune public. La tournée du continent sud-américain par lien Vimeo interposé s’y poursuit en Argentine avec Ailin en la luna de Claudia Ruiz et Alegria de Katalyn Egely, ainsi qu’au Mexique avec Aca en la tierra de Rebeca Tejo et Gina de David Heras.

© 2021 Association Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse Tous droits réservés

Enfin, le festival rendra hommage, si possible en sa présence en juin, à l’acteur chilien (* 1955). Venu sur le tard au cinéma, après une longue carrière au théâtre et à la télévision, Castro y avait débuté en 2006 avec Fuga, qui était également le premier film de Pablo Larrain. Dès lors, il a fait équipe à plusieurs reprises avec le réalisateur, dans Tony Manero, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes en 2008, Santiago 73 post mortem, No, El club et Neruda. Les spectateurs français ont pu le voir de même sur grand écran chez Andres Wood (La buena vida), Daniele Cipri (Mon père va me tuer), Sebastian Sepulveda (Les Sœurs Quispe), Rodrigo Sepulveda (Aurora), Lorenzo Vigas (Les Amants de Caracas – Lion d’or au Festival de Venise en 2015), Marcela Said (Mariana), Santiago Mitre (El presidente) et Benjamin Naishtat (Rojo).

Une douzaine de films avec l’acteur sera répartie au fil des différentes programmations du festival, entre la compétition des fiction et les découvertes. Pour rappel, le Festival Cinélatino fait découvrir chaque année – à l’exception de 2020 – une centaine de films à près de 50 000 spectateurs à Toulouse et en région Occitanie. En temps normal, il accueille près de 70 invités latino-américains et près de 500 professionnels.

Rojo © 2018 Marcos Sanzano / Pucara Cine / Desvia / Ecce Films / Viking Film / Sutor Kolonko / Condor Distribution
Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici