César 2023 : le palmarès

0
1775

© 2023 Julien Massicard / École nationale supérieure Louis-Lumière / Canal Plus / Académie des César Tous droits réservés

La 48ème cérémonie des César a eu lieu vendredi dernier, le 24 février, à L’Olympia à Paris. Elle s’est soldée par le sacre de La Nuit du 12, qui est reparti avec six trophées dont ceux du Meilleur Film et de la Meilleure réalisation. Le policier de Dominik Moll en a même gagné un septième, puisqu’on vient d’apprendre qu’il est également le lauréat du César des lycéens. Celui-ci sera remis le vendredi 7 avril dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne en présence du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye et de la présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma Véronique Cayla.

Placée sous la présidence de l’acteur Tahar Rahim, la cérémonie a été animée par un groupe de finalement douze maîtresses et maîtres de cérémonie, puisque Michel Hazanavicius, Audrey Lamy et Benoît Magimel se sont joints à leurs confrères et consœurs annoncés précédemment. Le prestige hollywoodien a également fait son incursion dans la soirée, lors de la présentation du César d’honneur au réalisateur américain David Fincher par l’acteur et producteur Brad Pitt.

Grâce à ses six César, La Nuit du 12 fait aussi bien que d’autres grands gagnants récents tels que The Artist de Michel Hazanavicius en 2012 et 120 battements par minute de Robin Campillo en 2018. Si l’on prenait en compte son César des lycéens, il ferait même jeu égal avec ses deux prédécesseurs directs, Adieu les cons de Albert Dupontel et Illusions perdues de Xavier Giannoli, récompensés chacun à sept reprises. Désormais doublement primé comme Meilleur réalisateur, après son premier César en 2001 pour Harry Un ami qui vous veut du bien, Dominik Moll rejoint le club exclusif composé de ses confrères Alain Resnais, Bertrand Tavernier, Jean-Jacques Annaud, Claude Sautet, Abdellatif Kechiche et Albert Dupontel.

En bientôt un demi-siècle de récompenses suprêmes du cinéma français, Benoît Magimel devient le premier comédien victorieux deux années de suite dans la catégorie du Meilleur acteur, après son prix l’année dernière pour De son vivant de Emmanuelle Bercot. Seulement du côté des Meilleures actrices dans un second rôle, pareil doublé a eu lieu deux fois. D’abord, c’était au tout début des César avec Marie-France Pisier, récompensée en 1976 pour Cousin cousine de Jean-Charles Tacchella et Souvenirs d’en France de André Téchiné, ainsi que l’année suivante pour Barocco de André Téchiné. Puis avec Nathalie Baye en 1981 et ’82 (Sauve qui peut [la vie] de Jean-Luc Godard et Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre).

© 2023 Pathé Films Distribution Tous droits réservés

Meilleur Film : La Nuit du 12 de Dominik Moll, produit par Caroline Benjo, Barbara Letellier, Carole Scotta et Simon Arnal
Meilleure réalisation : Dominik Moll pour La Nuit du 12
Meilleure actrice : Virginie Efira dans Revoir Paris
Meilleur acteur : Benoît Magimel dans Pacifiction Tourment sur les îles
Meilleure actrice dans un second rôle : Noémie Merlant dans L’Innocent
Meilleur acteur dans un second rôle : Bouli Lanners dans La Nuit du 12
Meilleur scénario original : L’Innocent par Louis Garrel, Tanguy Viel et Naïla Guiguet
Meilleur scénario adapté : La Nuit du 12 par Gilles Marchand et Dominik Moll
Meilleur Film étranger : As bestas (Espagne) de Rodrigo Sorogoyen
Meilleur Documentaire : Retour à Reims [Fragments] de Jean-Gabriel Périot, produit par Marie-Ange Luciani
Meilleur Premier Film : Saint Omer de Alice Diop, produit par Toufik Ayadi et Christophe Barral
Meilleur long-métrage d’animation : Ma famille afghane de Michaela Pavlatova, produit par Ron Dyens

© 2023 Ad Vitam Distribution Tous droits réservés

Meilleur espoir féminin : Nadia Tereszkiewicz dans Les Amandiers
Meilleur espoir masculin : Bastien Bouillon dans La Nuit du 12
Meilleure photo : Pacifiction Tourment sur les îles – Artur Tort
Meilleur montage : A plein temps – Mathilde Van De Moortel
Meilleure musique originale : A plein temps – Irène Drésel
Meilleurs décors : Simone Le Voyage du siècle – Christian Marti
Meilleurs costumes : Simone Le Voyage du siècle – Gigi Lepage
Meilleur son : La Nuit du 12 – François Maurel, Olivier Mortier et Luc Thomas
Meilleurs effets visuels : Notre-Dame brûle – Laurens Ehrmann
Meilleur court-métrage : Partir un jour de Amélie Bonnin, produit par Bastien Daret, Arthur Goisset et Robin Robles
Meilleur court-métrage documentaire : Maria Schneider 1983 de Elisabeth Subrin, produit par Helen Olive et Martin Bertier
Meilleur court-métrage d’animation : La Vie sexuelle de mamie de Urska Djukic et Emilie Pigeard, produit par Olivier Catherin, Edwina Liard et Nidia Santiago

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici