Cannes 70 : la littérature, the Festival’s Best Kept Secret

0
89

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le . En partenariat avec le site Écran Noir, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd’hui, J-17. Retrouvez nos précédents textes du dossier Cannes 70 en cliquant sur ce lien.

On ne le sait pas forcément, mais la littérature a toujours été liée au cinéma. On croit que l’adaptation est un phénomène récent. Que nenni. Gulliver, La belle et la bête, Robinson Crusoé, La case de l’Oncle Tom, Alice au pays des merveilles ou encore Don Quichotte ont connu des vies cinématographiques durant les premiers pas du cinéma, avant 1905.

Le Festival de Cannes n’a jamais dédaigné sélectionner et même primer des adaptations de livres ou de pièces de théâtre. On peut en piocher quelques unes dans le palmarès. Othello d’Orson Welles d’après Shakespeare, d’Henri Verneuil d’après Georges Arnaud, de Marcel Camus d’après Vinicius de Moraes, Le Guépard de Luchino Visconti d’après Giuseppe Tomasi du Lampedusa, Sailor et Lula de David Lynch d’après Barry Gilford, Entre les murs d’après François Bégaudeau, qui joue le premier rôle dans le film… tous des Grand prix ou Palme d’or. Rien que l’an dernier, rappelons que deux chéris des festivaliers en étaient : (compétition) et Ma vie de Courgette (Quinzaine), avec la présence des deux écrivains sur la Croisette.

Le saviez-vous ?

Saviez-vous que était adapté d’une nouvelle de Julio Cortazar ? Que M.A.S.H. tirait son sujet d’un roman de Richard Hooker ? Que l’écrivain Leslie Poles Hartley a été deux fois palmé, indirectement bien sûr, grâce aux films de Joseph Losey (, 1971) et de Alan Bridges (La Méprise, 1973) ? Que la seule bande dessinée adaptée et palmée est française : La Vie d’Adèle d’après Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh ? Il y eut aussi des coups doubles. Comme en 1951 avec le double Grand prix pour Miracle à Milan de Vittorio De Sica, adapté d’un roman de Cesare Zavattini et Mademoiselle Julie d’Alf Sjöberg d’après la pièce d’August Strindberg. Mais, le plus beau coup fut sans doute en 1979 : une Palme ex-aequo entre d’après une nouvelle de Joseph Conrad et d’après un roman de Günter Grass, le tout avec un jury présidé par l’écrivaine Françoise Sagan.

De grandes plumes

Car le Festival de Cannes a toujours fait une grande place aux écrivains. Moins ces derniers temps, il est est vrai. Mais depuis 1946, plus de 90 auteurs ont été membres du jury. Et parfois Présidents de jury! Et on compte quand même quelques Prix Nobel de littérature comme Miguel Ángel Asturias, président en 1970, Gabriel Garcia Marquez, membre en 1982, , membre en 2000, , membre en 2005 (photo), Orhan Pamuk, membre en 2007. Ne soyons pas mondialistes: il y a eu aussi quelques prix Goncourt parmi les jurés : Maurice Genevoix (président en 1952 et membre en 1957), Romain Gary (membre en 1962) et Modiano donc. On ne peut-être complet si on n’indique pas, parmi cette pléiade d’écrivains, ceux qui ont présidé des jurys: Georges Huisman en 1947 et 1949, André Maurois en 1951, en 1953 et 1954 (et président d’honneur en 1957 et 1959), Marcel Pagnol en 1955, Marcel Achard en 1958 et 1959, en 1960 (premier étranger à présider le jury cannois), Jean Giono en 1961, Tetsuro Furukaki en 1962 (et premier président issu d’un pays non francophone), André Maurois en 1965, André Chamson en 1968 (année maléfique) et en 1983. Et sinon : Tennessee Williams, Mario Vargas Llosa, Jorge Semprun, Paul Auster, Raymond Queneau…

Franc-parler

Longtemps les écrivains étaient les autres stars du Festival, chargés de donner une aura artistique à l’événement. Cela ne veut pas dire que ça se passe toujours très bien. Les liaisons ont même été périlleuses. Un auteur est soucieux de son indépendance. Un écrivain peut mal prendre la critique. Ainsi Sagan et Simenon n’ont jamais encaissé l’idée qu’on leur impose un autre choix pour la Palme que celui qu’ils voulaient (les deux ont obtenu victoire). Duras a vu un de ses scénarios traité de « merde » par un président du jury pourtant académicien français. La même Duras qui se demandait en 1967 lors d’une chronique comment des films aussi mauvais étaient sélectionnés, à partir de quels critères, sans attendre la deuxième semaine pourtant riche en grands films.

Cocteau, lui, s’amusait du jeu cannois tout en désespérant des luttes politiques autour des films et en déplorant les compromis à faire avec les autres jurés. « Voir de très mauvais films rend malade. On en sort diminué, honteux » écrivait-il à l’époque, tout en s’enthousiasmant pour Le salaire de la peur de son copain Clouzot et Peter Pan. Il s’emportait contre le public pas assez respectueux (Duras a carrément déclaré que les festivaliers étaient incultes).

« Il me plairait que les festivals ne distribuassent pas de prix et ne fussent qu’un lieu de rencontres et d’échanges » écrivait-il, rêvant, lyrique, à un Cannes ne jugeant pas le cinéma mais l’admirant. C’est sûr que l’imparfait du subjonctif, ça envoie tout de suite plus de classe que les discours actuels.

Par la rédaction de Ecran Noir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici