Venise et Deauville annoncent leur président

0
115

Est-ce de la jalousie envers le festival de Cannes qui attire ces jours-ci toute l’attention des médias ? Ou bien s’agit-il simplement d’une énorme maladresse de timing, qui comprend mal l’hypothétique synergie entre les différents festivals majeurs ? Toujours est-il que ceux de Venise et de Deauville ont cru bon d’annoncer respectivement avant-hier et ce jour le nom du président du jury :  du côté du Lido vénitien et au sous-sol du C.I.D. normand. Pas sûr que ces annonces rencontreront l’écho escompté, alors que les yeux et les caméras du monde entier étaient rivés sur la première montée des marches cannoise en l’honneur du quatrième long-métrage de la réalisatrice Emmanuelle Bercot, La Tête haute, sorti en salles en France aujourd’hui.

AlfonsoCuaronVeniseGravity

Le réalisateur mexicain Alfonso Cuarón est décidément partout cette année. Après avoir annoncé en janvier dernier les nominations aux Oscars dans onze catégories avec son confrère et collaborateur sur la série « Believe » J.J. Abrams, il succédera au compositeur Alexandre Desplat dont le jury avait couronné l’année passée le film suédois Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence de Roy Andersson, sorti en France le 29 avril dans l’indifférence publique avec moins de 20 000 entrées lors de sa première semaine d’exploitation. Le 72e Festival de Venise se déroulera du 2 au 12 septembre prochains.

AlfonsoCuaronOscars

Doublement oscarisé pour le Meilleur montage et la Meilleure Réalisation de Gravity l’année dernière, Alfonso Cuarón n’est point un étranger à la Mostra de Venise. Son aventure spatiale y avait été le film d’ouverture en 2013 et il y avait auparavant présenté en compétition Y tu mama tambien et Les Fils de l’homme. Il avait gagné l’Osella du Meilleur scénario pour le premier en 2001. Alfonso Cuarón est le premier président de jury d’origine latino-américaine au festival de Venise. A Cannes, seul le prix Nobel de littérature guatémaltèque Miguel Angel Asturias a pu occuper le poste prestigieux de président du jury en 1970, l’année de MASH de Robert Altman, tandis qu’à Berlin, le réalisateur argentin Rodolfo Kuhn l’avait été quatre ans plus tard, l’année de L’Apprentissage de Duddy Kravitz de Ted Kotcheff.

BertrandTavernier

Enfin, profitons de l’occasion pour rappeler l’information du mois de mars que le réalisateur français recevra un Lion d’or d’honneur lors du festival. Tavernier y avait jadis présenté deux de ses films en compétition : Autour de minuit et L.627. Il avait gagné l’Ours d’or au festival de Berlin en 1995 pour L’Appât. Les organisateurs de la section parallèle Venice Classics ont profité de la présence de Bertrand Tavernier au festival pour en faire leur invité d’honneur, qui présentera certaines restaurations de films rares ou oubliés.

BenoîtJacquot

Au 41e Festival du Cinéma Américain de Deauville, qui se déroulera comme souvent en parallèle de celui de Venise, du 4 au 13 septembre, c’est le réalisateur Benoît Jacquot qui succédera à Costa-Gavras, dont le jury avait récompensé Whiplash de Damien Chazelle. Alors que son dernier film Le Journal d’une femme de chambre avec Léa Seydoux quitte doucement l’affiche en France, Benoît Jacquot ne nous frappe pas du tout comme un réalisateur avec un goût marqué pour la culture américaine. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il ne sera pas un bon président du jury à Deauville, comme ses prédécesseurs très franco-français comme André Téchiné, Sandrine Bonnaire et Vincent Lindon l’ont démontré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici