wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
DVD Séries TV — 19 avril 2017
Test Blu-ray : Mobile Suit Zeta Gundam – Partie 1

– Partie 1

 
 
Japon : 1985
Titre original : Kidô Senshi Zêta Gandamu
Créateur :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 10h25 environ
Genre : Série TV, Animation, Science-fiction
Date de sortie Blu-ray : 19 avril 2017

 

 

Le futur de l’humanité est plus sombre que jamais. Après avoir vaincu la menace que constituait le Duché de Zeon, la Fédération Terrienne instaure des méthodes plus cruelles. Une nouvelle génération de robots géants, les Mobile Suits “Gundam”, est créée, non pas pour défendre la paix instaurée, mais pour réprimer les dissidents politiques. Ainsi, les ennemis d’hier deviennent les héros d’aujourd’hui quant vient le moment de rétablir la balance de la justice. Alors que le jeune civil nommé Kamille Bidan rejoint la lutte face à l’oppression, il ne se doute pas des sacrifices qu’il devra endurer pour faire triompher la liberté…

 

 

La série

[4,5/5]

Très populaire au Japon, le « mecha » est un sous-genre de la science-fiction ayant pour particularité le fait de mettre en scène des personnages utilisant de gigantesques armures robotisées et puissamment armées, sortes de chars d’assaut de forme humanoïde. Le genre apparaît après la Seconde Guerre mondiale, parallèlement aux monstres géants de type Godzilla, et demeure, encore aujourd’hui, particulièrement prisé et représentatif de la culture japonaise. Parmi les « mechas » les plus célèbres en France, on citera bien sûr Goldorak (UFO Robot Grendizer, 1975-1977), Robotech (qui est en fait une fusion de Macross et de deux autres séries, 1985), les films de la saga Patlabor ou encore la série Evangelion (Neon Genesis Evangelion, 1995-1996).

Mobile Suit Gundam, souvent plus simplement appelée Gundam, est donc une franchise d’animation japonaise créée par Yoshiyuki Tomino et Hajime appartenant au genre mecha : véritable phénomène de société au Japon, cette série de science-fiction a innové à la fin des années 70 en implantant dans son intrigue une réelle volonté de réalisme, en faisant de ses robots géants de « simples » véhicules armés, sans âme, comparables à de traditionnels tanks de guerre. Après des débuts difficiles, la série connaît le succès suite à ses rediffusions au début des années 80, qui ouvriront la voie à des dizaines et des dizaines de séries dérivées, d’OAV et de films, mais aussi de mangas, romans ou jeux vidéo.

Mobile Suit Zeta Gundam, la série qui nous intéresse aujourd’hui, est la seconde de la franchise Gundam, diffusée pour la première fois au Japon en 1985. Réalisée par le créateur de la franchise Yoshiyuki Tomino, elle est une suite directe de la série originale, se déroulant dans le même univers et en reprenant une poignée de personnages. Il s’agit d’un des chapitres les plus populaires de la franchise.

L’histoire se déroule sept ans après la guerre d’indépendance de Zeon ; la Fédération a créé les « Titans », une armée d’élite dont le rôle est de veiller au maintien de la paix. Mais les Titans répriment en réalité toute opposition politique au gouvernement par des méthodes pour le moins expéditives. L’opposition crée donc l’Anti-Earth Union Group (AEUG), une force paramilitaire afin de s’opposer à la « Terreur » que font régner les Titans. La série débute donc dans un contexte de guerre froide, et suivra le destin de Kamille, jeune et brillant pilote à l’esprit rebelle, se retrouvant impliqué dans un accrochage entre les Titans et l’AEUG, et prendra bientôt les commandes d’un prototype de Gundam Mark II pour le compte des rebelles. Cet incident marquera le début de la guerre…

Conflits armés, batailles, amour, faux-semblants, calculs politiques, trahisons et mort, tels sont les thèmes forts au centre de Mobile Suit Zeta Gundam : sans temps mort, bénéficiant d’un design et d’un graphisme élégant, à la fois sophistiqué et sobre (même si les allergiques aux années 80 pourront trouver à redire), la série déroule son intrigue au fil d’épisodes souvent étonnants, parfois gonflés, enchainant avec brio les dantesques batailles entre mechas géants et moments de calme, durant lesquels les personnages parviennent à développer une psychologie et des sentiments intimes qui permettent au spectateur de s’identifier, d’épouser leurs doutes et, parfois, d’éprouver leur ambition dévorante. Le souffle épique est bien présent, les manipulations politiques créent une toile de fond réellement passionnante, et tandis que l’intrigue se densifie au fil des épisodes, la série développe au final une noirceur assez rare. Une chose est sûre : à la fin du dernier épisode contenu dans le coffret de la première partie de la série, vous n’aurez qu’une seule envie – vous précipiter acquérir la deuxième partie !

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

C’est bien sûr grâce à @Anime que le consommateur français aura aujourd’hui la joie de découvrir Mobile Suit Zeta Gundam en Haute-Définition, dans un premier coffret contenant trois Blu-ray  et surplombé d’un étui rigide fait pour accueillir la deuxième partie de la saison… Comme on l’a dit un peu plus haut, quand on y a gouté, on veut forcément voir la suite !

Côté technique, @Anime nous délivre, comme à son habitude, un sans-faute absolu : définition précise, couleurs littéralement explosives, piqué à tomber, master full HD 1080p, aucun souci d’encodage à déplorer. Le rendu HD est sublime, et les amoureux de l’animation des années 80 seront ravis de redécouvrir la série, dans des conditions inédites et absolument superbes : on tire (à nouveau) notre chapeau à l’éditeur pour cette merveilleuse présentation. Côté son, le spectacle acoustique est d’un très bon niveau : la saison est proposé dans un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 en VO japonaise, fidèle aux intentions d’origine des auteurs du show, le tout étant disponibles avec des sous-titres français clairs et sans fautes.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles