http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Critique : Mustang

mustang affiche

Turquie, France, Allemagne 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Deniz Gamze Ergüven,
Acteurs : , , ,
Distribution : Ad Vitam
Durée : 1h34
Genre : Drame
Date de sortie : 17 juin 2015

Note : 4/5

Après 2 court métrages réalisés dans le cadre de ses études à la Fémis, Deniz Gamze Ergüven a réussi, non sans mal, à réaliser son premier long métrage. Née à Ankara, cette réalisatrice a un pied en Turquie et un autre en France. C’est dans son pays natal qu’elle est allée tourner Mustang, un film féministe et lumineux qui sort quelques jours après des élections dont le résultat peut donner un petit peu d’espoir aux filles et aux femmes de ce pays. Mustang a été particulièrement bien accueilli à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2015.

Synopsis : C’est le début de l’été. Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues.
La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger.
Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

Mustang 7

Des jeunes qui s’amusent, de lourdes conséquences

Inebolu, une petite ville au bord de la Mer Noire, 600 km d’Istambul, la Turquie profonde. C’est la fin de l’année scolaire. Lale est très émue de quitter Madame Petek, son institutrice, qui va quitter Inebolu pour un poste à Istambul. Lale a 4 sœurs et, à 13 ans, elle est la plus jeune des 5. Orphelines de père et de mère, Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale sont élevées par leur grand-mère et surveillées de près par Erol, un de leurs oncles. Sur le chemin du retour vers la maison familiale, les 5 sœurs vont s’amuser dans la mer avec des garçons de leur école. Deux d’entre elles vont jusqu’à monter sur les épaules de deux garçons. Pas de chance : une voisine a vu la scène et elle cafte auprès de la grand-mère. Honte et scandale dans la famille ! Pensez donc : des filles qui viennent frotter leur sexe contre le cou de garçons. La décision prise par la grand-mère et Erol est lourde de conséquences : les 5 sœurs sont consignées dans la maison, sauf sorties avec l’oncle, la scolarité est abandonnée, les tenues vestimentaires virent au cauchemar et on va chercher à les marier le plus vite possible, tant qu’on peut avoir confiance dans leur virginité.

Mustang 8

5 sœurs : 5 comportements

Bien entendu, Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale ne sont pas prêtes à se laisser faire sans réagir. Le tuyau qui descend de la gouttière et qui passe à côté de la fenêtre de la chambre permet de s’échapper sans grand risque et, par exemple, il n’est pas question pour elles de ne pas assister à un match de football très particulier qui va se dérouler pas très loin de chez elles : suite à des bagarres entre spectateurs lors d’un match précédent, tous les hommes ont été interdits de stade pour ce match, seules les femmes pourront y assister. Dans ce petit jeu contre l’autorité des adultes, la plus motivée, la plus inventive, n’est autre que la plus jeune, Lale, qui n’a qu’un espoir en tête : un jour, pouvoir partir pour de bon pour aller à Istambul. Moins drôle : petit à petit, les mariages arrangés sont organisés. Ce qui permet à la réalisatrice de nous montrer les différents comportements que peuvent avoir des jeunes filles turques face à ce phénomène : accepter de se marier, mais avec celui qu’on aime ; accepter sans protester l’époux qu’on vous impose ; se suicider ; finir par refuser ce mariage au tout dernier moment ; fuir.

 

mustang 5

Un film Fémis sur la Turquie

Pour écrire le scénario de son film, Deniz Gamze Ergüven a travaillé avec Alice Winocour, ex Fémis également, et, par ailleurs, scénariste et réalisatrice d’, sorti en 2012, et de Maryland, présenté à Cannes 2015 dans la sélection Un Certain Regard et qui sortira en septembre. Deniz Gamze Ergüven a utilisé certaines anecdotes venant de son propre vécu et s’est attachée à montrer un pays qui a tellement peur du sexe que tout devient sexuel. Dans ce pays, comme, malheureusement, dans beaucoup d’autres, les femmes d’un certain âge ont tellement intégré la domination des hommes que, pour beaucoup, elles vont dans le sens des pères ou des oncles pour cadenasser les jeunes filles. L’espoir de la réalisatrice réside manifestement dans le comportement digne d’un cheval sauvage de toutes les Lale de Turquie et dans celui de certains hommes de la jeune génération qui s’attachent à aider des jeunes filles sans chercher à en profiter.
La distribution du film est un panaché d’acteurs professionnels et de non professionnels. Dans le rôle d’Erol, on retrouve qui interprétait Hidayet, l’homme à tout faire de l’hôtel dans . Parmi les sœurs, seule Elit İşcan, qui joue Ece, avait l’habitude des plateaux de cinéma. Elles sont toutes d’un très grand naturel, et, tout particulièrement, Güneş Nezihe Şensoy qui interprète le rôle de Lale. Le directeur de la photographie, , est, lui aussi, un diplômé de la Fémis et le résultat de son travail illumine le film du début jusqu’à la fin. Parfois même un peu trop : dans certaines scènes, on en arrive à quelques afféteries qui n’ont pas franchement leur raison d’être. Pour Deniz Gamze Ergüven, un tout petit défaut à corriger dans le futur. Quant à la musique, on est heureux, de retrouver Warren Ellis, le complice de au sein des Bad Seeds et déjà compositeur, avec Nick, de plusieurs bandes originales de films.

mustang 4

Conclusion

Avec Mustang, La réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven nous offre un premier film très réussi, même si on peut regretter un chouia de maniérisme inutile dans quelques scènes. Film esthétiquement réussi, passionnant à suivre, c’est également un film important quant au fond, un film au féminisme assumé mais absolument pas manichéen pour autant.

Articles semblables

Partage

Auteur

Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film. Lire tous ses articles