Happiness Therapy

affiche happiness therapy

Etats-Unis : 2012
Titre original : Silver Linings playbook
Réalisateur : David O Russell
Scénario : David O Russell
Acteurs : , , ,
Distribution : Studiocanal
Durée : 2h02
Genre :
Date de sortie : 30 janvier 2013

Globale : [rating:3/5][five-star-rating]

En 2010, David O Russell s’illustrait avec ce petit bijou dramatico-cocaïno-boxeur qu’était Fighter. Dans le même temps, toujours avec ses névroses, le réalisateur décide d’écrire une comédie dramatique et romantique avec des acteurs qu’il a casté sur Skype, et plutôt habitués aux grosses productions qu’aux drames intimistes. Forcément, le film est attendu, surtout lorsqu’il rafle toutes les récompenses sur son passage…

Synopsis : La vie réserve parfois quelques surprises…Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.
Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme. Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

happiness therapy robert de niro

Vous avez dit comédie romantique?

Même si le synopsis du film fait penser à une « rom-com » des plus banales, le public sera surpris et très certainement déstabilisé de voir à quel point Happiness Therapy n’en est pas une. Car avant de parler d’amour ou de romance, vraiment évoqués dans la dernière partie du film, le réalisateur nous livre tout d’abord un drame. Loin d’être une comédie au sens large également, le public qui s’attend à rire toutes les 2 minutes sera également déçu. Non, définitivement, Happiness Therapy n’est pas un film comme les autres, et c’est ce qui fait sa force.

Loin de beaucoup de clichés Hollywoodiens, le film sonne juste dans tout ce qu’il exprime.  Avant tout drame émotionnel, Happiness Therapy aborde des sujets sensibles comme la dépression ou les liens familiaux difficiles, les « pétages de plombs incontrôlés »…pour en arriver à l’amour et à plus de légèreté. Certes, il n’en évite pas pour autant tous les écueils prévisibles de son histoire d’amour. Mais en même temps, avec un titre pareil et un genre de film comme celui-là, il faut bien se douter que ce qui nous intéressera avant tout c’est de savoir si oui ou non ils vont tomber amoureux l’un de l’autre ces deux « freaks ». On se laisse même toucher par la fin pourtant ultra prévisible et très américaine. En revanche, avant d’en arriver là, le temps est bien long et l’ennui guette…Le rythme assez inégal de l’histoire donne l’impression que le film stagne mais la deuxième partie de l’histoire redonne un coup de fouet au tout.

HAPPINESS+THERAPY+PHOTO4

La thérapie du bonheur des acteurs

Toutefois, même si à l’image de Fighter le film cadre de très (trop) près des personnes qui passent leur temps à se crier dessus, l’alchimie générale qui se dégage de l’écran provoque une empathie immédiate avec les acteurs. L’identification aux personnages névrosés se fait facilement, et ce, grâce à des comédiens plus doués les uns que les autres.

Le couple principal, qui a pourtant de quoi surprendre, fonctionne à merveille. Aussi fous l’un que l’autre, Jennifer Lawrence et Bradley Cooper se donnent à fond et montrent leur côté sombre sur les notes d’une excellente BO (étonnamment faite par Danny Elfman).  Ils (et les autres) vont s’entraider, s’accepter avec leurs défauts et apprendre à maitriser leurs coups de sang ou leurs TOC à l’instar d’un Robert de Niro qu’on n’avait pas vu en aussi grande forme depuis bien longtemps.

Et c’est lorsque tous les personnages se réunissent que le film est le meilleur, hilarant et touchant dans son sujet pourtant peu joyeux de père et de fils qui ne se comprennent pas, d’amour perdu ou de deuil. C’est aussi là que les acteurs sont les meilleurs, notamment Jennifer Lawrence qui assure le show face à mister De Niro. En plus de cela, les fans des physiques avantageux de Bradley et/ou de Jennifer seront comblés par une deuxième moitié de film où les acteurs se dévoilent dans des situations inattendues…

 

Résumé

En résumé: Happiness Therapy n’est pas vraiment une comédie et n’est pas vraiment romantique non plus, mais le jeu des acteurs dans ce drame émotionnel et névrosé est tellement bon qu’il serait dommage de s’en priver. Critique-Film recommande donc cette thérapie, ne serait-ce que pour se dire qu’il y a toujours plus fou que vous, et aussi un peu pour Robert De Niro…

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Anais

Cet article a été rédigé par Anaïs Berno, Rédactrice et responsable des relations presse de Critique Film.fr @AnaBerno