wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Cannes 70 Dossiers Festivals News — 20 mars 2017
Cannes 70 : Body Snatchers, Mondo Cane, Sissi et autres incongruités de la compétition

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le Festival de Cannes. En partenariat avec le site Écran Noir, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années…

Aujourd’hui Jour J – 59

L’Invasion des profanateurs de Palmes d’or

En se replongeant dans l’Histoire de la compétition du Festival de Cannes, on constate un relatif équilibre entre les chefs-d’œuvre incontestés, les films parfois magnifiques hélas oubliés que l’on (re)découvre à l’occasion d’une restauration (ne citons que Amour de l’an dernier) et les nanars ou ratages complets… Intéressons-nous ici à un autre type de longs-métrages : les films dont la présence sur le moment – ou a posteriori – possède quelque chose que l’on peut qualifier d’«incongru», car très éloignés des multiples profils du long-métrage dit «cannois». On pourrait les résumer, après les avoir vus, à cette phrase : «Ah, c’était en compétition, ça ?, hum, étonnant». Évidemment, cette sélection d’incongrus pourra elle-même paraître… incongrue.

Commençons avec Body Snatchers, le seul film, encore aujourd’hui, étrangement, d’Abel Ferrara à avoir connu les honneurs de la compétition, en 1993. Il s’agit d’une œuvre de commande de la Warner dont le budget confortable de plus de quinze millions de dollars a permis au cinéaste de signer l’une de ses plus belles œuvres visuellement, avec des couleurs et des luminosités magiques et oppressantes, signées . Un style graphique qui se mariait bien avec les images de Stuart Dryburgh pour la Palme d’or de cette année là, La Leçon de piano de Jane Campion. Si ce film détonne par rapport à des sélections plus traditionnelles de la compétition c’est dans son registre de terreur pure, l’horreur ou l’épouvante n’ayant guère droit de cité sur le tapis rouge, surtout en compétition. On peut citer notamment L’Obsédé de William Wyler ou d’Andrzej Zulawski (tous deux primés pour leurs acteurs, au passage) mais les exemples restent très rares. Dans le huis-clos d’une petite base militaire, les êtres humains sont remplacés dans leur sommeil par des entités venues d’ailleurs. Seule subsiste leur enveloppe extérieure, leur humanité et leur capacité à ressentir étant effacées. «Where are you gonna run, where are you gonna hide», ces quelques mots annihilant toute forme d’espoir pour les rares rescapés sont prononcés avec froideur et un fatalisme certain par une brave mère de famille interprétée avec un calme sinistre par Meg Tilly dans l’une des scènes les plus glaçantes du cinéma d’effroi de ces dernières années. Une présence enthousiasmante dans la compétition mais très inattendue, à l’époque déjà et encore un peu plus avec le recul. Bad Lieutenant avait été présenté hors-compétition un an plus tôt. Peut-être une volonté de rattraper cette impression d’un rendez-vous manqué avec un grand auteur au sommet de son art ?

Un monde de chien… et d’espions chauves

En 1962, un concurrent s’est durablement installé dans la mémoire des cinéphiles adeptes d’un cinéma différent, pour le moins. Mondo Cane de Gualtiero Jacopetti, Paolo Cavara et Franco Prosperi est d’abord connu pour son thème mythique signé et Nino Oliviero, cité ensuite aux Oscars. Ce film semi-documentaire possède une forme inédite : un assemblage de scènes présentées comme prises sur le vif mais plusieurs ont en réalité été retournées selon le bon vouloir des réalisateurs pour asséner un propos un poil douteux, vaguement réactionnaire. Le but était surtout de titiller les bas instincts du spectateur en quête de sensations fortes, à renfort de scènes d’une violence extrême ou dénudées, présentées comme sociologiques ou ethnographiques, au sein de populations dites sauvages, de préférence en Afrique. Le succès aidant, un sous-genre, le Mondo, est né et connaîtra de multiples exemples qui, avec plus ou moins de bonheur, exploiteront les misères du monde pour soit-disant les dénoncer. Avec , Ruggero Deodato, toujours sur une musique d’Ortolani, fera dériver ces productions vers un autre format, le found footage. Le film choqua l’éminent spécialiste et historien Jean Douchet : «Il faut une certaine dose d’impudeur pour défendre une telle conception, je ne dis pas du cinéma, mais simplement d’un film. Gualtiero Jacopetti, s’étant retrouvé à quarante ans infirme par accident après avoir été un célèbre playboy, estime en conséquence que la vie est une chienne de vie et le monde une vaste poubelle» (dans les Cahiers du Cinéma n° 132).

Les Inconnus de Cannes

L’Inconnu de Shandigor de Jean-Louis Roy parodie le cinéma d’espionnage. Totalement à part, cette production à la limite de la série Z a du désarçonner les jurés de 1967 parmi lesquels on retrouvait, excusez du peu, Shirley Mac Laine, Sergueï Bondartchouk, Miklós Jancsó ou . Ont-ils chantonné «Bye Bye Mister Spy» comme , mélomane chef d’un groupe d’espions tous chauves ? Cette pépite volontairement particulière, dont certaines scènes ont été tournées devant la cathédrale de Gaudi à Barcelone, fut repêchée par L’Étrange Festival en 2010. Daniel Emilfork au physique si captivant est un savant infirme et un peu fou qui a inventé l’Annulator, un système capable de désamorcer les armes nucléaires, ce qui ne manque pas de susciter la convoitise des américains et des russes mais aussi de ces étranges espions chauves menés par le Poinçonneur des Lilas. L’une des très grandes curiosités de l’histoire d’une manifestation qui a tout de même raté et Jess Franco qui auraient pu se reconnaître dans ce cinéma un peu déviant – où l’on retrouve Howard Vernon en ex-SS (comme d’hab) – comme on aimerait en voir un peu plus souvent sur la Croisette.

En 1972, autre surprise : l’invitation à de Nelly Kaplan, une comédie qui correspond bien à l’esprit iconoclaste et anar de la réalisatrice de La Fiancée du pirate, en moins brillant certes, mais plutôt divertissant. Un groupe de gangsters kidnappent une riche héritière mais sont très vite dépassés, voire «trépassés» par leur «victime». Sheila White, actrice & chanteuse anglaise est très fatigante mais heureusement la troupe qui l’entoure, constituée notamment de Michael Lonsdale (avec un tee-shirt Mickey de très grande classe), Pierre Mondy, Michel Bouquet et surtout Judith Magre assurent le spectacle et nous amusent avec leurs prestations de pieds nickelés sympathiques.

Sissi ! Si, si !

Terminons enfin avec ce qui fut l’inspiration de ce texte et la source d’une immense surprise. Deux des films de cinéma les plus populaires de l’histoire du petit écran depuis presque soixante ans ont eux aussi été soumis aux votes d’un jury cannois : les deuxième et troisième volets des aventures romantiques d’un couple royal autrichien incarné par Romy Schneider et  ! Oui, mesdames et messieurs, Sissi Impératrice en 1957 puis Sissi, face à son destin l’année suivante (faut pas gâcher) auraient pu doubler les palmes d’or de ces années là, de William Wyler et Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov. Deux films très sucrés, trop, la trilogie s’achevant sur un happy end refusé dans la réalité à la princesse, violemment assassinée tout de même par un déséquilibré. Une «saga» à la popularité inaltérable, en premier lieu grâce à la charmante interprétation de Romy Schneider qui, heureusement pour la qualité de sa carrière future, rencontrera des réalisateurs plus inspirés, en premier lieu Claude Sautet qui lui offrira plusieurs chefs d’oeuvre dont Les Choses de la vie et Max et les Ferrailleurs. On peut rajouter d’autres exemples de films plus ou moins inattendus comme l’étrange – l’opération diabolique de John Frankenheimer (1966) ou quelques films d’animation destinés à un public adulte comme Fritz The Cat de Ralph Bakshi (1974) et de Picha (1980).

Étrangement, aucun de ces films n’a reçu la Palme d’or !

Jetons en post-scriptum un voile pudique sur ce film de 2016 que nous ne nommerons pas (nous pensons aux familles de tous ceux qui sont impliqués) et qui s’ouvre sur ce carton qui restera dans les annales du cinéma engagé et des rétines d’un public médusé (et franchement hilare) : «La brutalité au Sud Soudan n’est comparable en Occident qu’à l’amour impossible … [des points de suspension en images fixes, roulement de tambour dans les cerveaux pour le moins surpris de la foule du Théâtre Lumière] entre un homme et une femme.». Merci, Sean, pour ce moment… incongru… Mais est-ce, dans le cas précis, le meilleur adjectif à employer ?

Articles semblables

Partage

Auteur

Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles