Accueil Tags Howard Vernon

Tag: Howard Vernon

Test Blu-ray : Train d’enfer

0
Péripéties à gogo, ambiance pop, méchants de pacotille et décors baroques : telle est la recette du genre, et Jean Marais, s'en était fait une spécialité. En 1965, âgé de 52 ans, il se régalait à interpréter les espions bondissants dans Train d'enfer.

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Les week-ends maléfiques du comte...

0
Écrit, réalisé et interprété par Michel Lemoine en 1976, Les week-ends maléfiques du Comte Zaroff fut à l'époque interdit et censuré en France par la toute puissante « commission de censure ». Le texte explicatif justifiant de l’interdiction du film de Michel Lemoine était le suivant : « Ce film présente, sous couvert d'un appel à l'étrange et au surréel, une panoplie complète de moments de sadisme, de cruauté, d'érotisme voire de nécrophilie qui ne sont tempérés ni par la moindre poésie, ni par l'humour. Il ne saurait être vu que par des adultes. »

Test Blu-ray : 3 films de Jess Franco chez Artus Films

0
Avec 60 ans de carrière et plus de 200 films répertoriés sur le site de référence IMDb, Jess Franco est un des artisans du « bis » les plus prolifiques des années 60/70. Régulièrement traitée avec la condescendance traditionnellement réservée au cinéma d’exploitation de l’époque, la filmographie de Jess Franco contient pourtant une véritable série de petits chefs d’œuvres, qui transcendent littéralement la notion de cinéma « bis ». Les éditeurs vidéo semblent d’ailleurs en être parfaitement conscients : comme pour fêter les cinq ans de la disparition du cinéaste, 2018 sera l’année Franco ! Après la sortie au mois d’avril chez Gaumont des Blu-ray de Cartes sur tables et du Diabolique docteur Z et Cartes sur table, le cinéaste est désormais à l’honneur chez Artus Films, avec la sortie début juin de La fille de Dracula (1972), Les démons (1973) et Les expériences érotiques de Frankenstein (1973), également en Haute Définition. Et en juillet, ce sera au tour du Journal intime d'une nymphomane (1973) et des Possédées du diable (1974) de débarquer dans de superbes éditions Blu-ray sous les couleurs du Chat qui fume…

Test Blu-ray : La môme vert de gris

0
Encore assez méconnus de nos jours, malgré de fracassants succès populaires dans les salles des années 50/60, les films de la saga « Lemmy Caution » se résument le plus souvent, dans l’esprit des cinéphiles, à un Alphaville signé Jean-Luc Godard, et finalement assez éloigné de l’esprit original de la franchise. Créé par Peter Cheyney dans les années 30, le personnage de Lemmy Caution s’est vu popularisé en France par la fameuse « Série Noire » de chez Gallimard : les deux premiers livres de l’illustre collection de polars étaient deux romans de Cheyney mettant en scène le fameux agent du FBI. Moins de dix ans après la publication du premier livre en France, Lemmy Caution connaitrait l’insigne honneur d’être adapté au cinéma, dans La môme vert de gris de Bernard Borderie (1953). C’est Eddie Constantine qui prêterait ses traits au détective / agent / espion / tombeur de ces dames et dur à cuire, pour le plus grand plaisir du public, puisque La môme vert de gris connut un immense succès à sa sortie.

Test Blu-ray : 2 films de Jess Franco chez Gaumont

0
Cinéaste très prolifique, dont la carrière de réalisateur a débuté en 1957 pour s’achever en 2013 à sa rencontre inopportune avec la grande Faucheuse, Jess Franco fait partie de cette petite frange d’ouvriers acharnés du « bis » dont la filmographie est souvent rejetée d’un revers de la main dédaigneux par les cinéphiles. 55 ans de carrière, plus de 200 films répertoriés sur le site de référence IMDb (on peut supposer qu’on pourrait en réalité ajouter encore une poignée de films entamés mais non terminés, ou abandonnés en cours de tournage), et Jess Franco se voit encore le plus souvent méprisé, au même titre qu’un Jean Rollin par exemple, comme s’il avait passé sa carrière à ne filmer que passivement les croupes rebondies et les starlettes en position suggestives.

Test Blu-ray : Le diabolique docteur Mabuse

0
Le diabolique docteur Mabuse est le dernier film de Fritz Lang ; son titre original évoque les « mille yeux » du fameux criminel, qui se révèlent en fait être des dizaines de caméras composant le système de vidéo-surveillance au cœur d’un grand hôtel. Lorgnant sans vergogne vers le « bis » (non sans perdre la maestria technique qu’on lui connait), Fritz Lang joue avec les codes des sérials et des « krimi » : fausses-pistes, retournements de situations, miroirs sans tain, repères souterrains peuplés de machines aux boutons lumineux et clignotants,

Cannes 70 : Body Snatchers, Mondo Cane, Sissi et autres incongruités...

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...