Voyage au centre de la Terre 2 : l’île mystérieuse

0
105

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Fan de , de et de Jules Verne, je ne pouvais passer à côté de ce second opus qui avait l’air cent fois mieux foutu que son médiocre prédécesseur… Résultat ? « C’est un bingo ! »

Synopsis: Sean Anderson reçoit un message de détresse codé en provenance d’une île mystérieuse dont personne n’a jamais entendu parler… Tout aussi impatient que Sean de savoir d’où vient ce message, Hank, son beau-père, décide de tenter l’aventure. Ils mettent alors le cap sur le Pacifique Sud, puis sur une destination quasi inconnue, dont personne, ou presque, n’est revenu en vie… C’est une contrée d’une beauté stupéfiante, où vivent d’étranges et effrayantes créatures entre des volcans et des montagnes d’or. Une île qui n’a pas fini de dévoiler tous ses secrets…

 

Quatre ans après le premier film réalisé par qui mettait en scène la tête brune (, L’assistant du vampire…) et LE héros des films d’aventures pour gosses afin de découvrir le centre de la terre imaginé par Jules Verne, revoici l’insupportable ado Sean Anderson désormais coltiné de son beau-père Hank à la recherche d’un autre mythe de l’écrivain français : l’île mystérieuse. Exit Brevig, c’est désormais le faiseur Brad Peyton (, …) qui s’occupe de tourner la manivelle, encore une fois en 3D mais sans Fraser.

Nouveau casting, nouvelle aventure… en mieux !

En effet, l’ex-Rick O’Connell ayant refusé de revenir, c’est le super-musclé et méga-drôle (je suis fan) qui devient ici le beau-père de notre héros en herbe. Après une introduction nous amenant à l’intrigue, les voici partis aux côtés d’une jeune guide sexy () et de son cabotin de père (Luis Guzmán, éreintant) vers la fameuse île. Arrivés sur place avec fracas, ils vont rencontrer le grand-père de Sean, devenu un baroudeur des bois, et affronter la faune et la flore aussi superbe que dangereuse de cet endroit féérique reclus du monde.

La suite, vous la connaissez : de l’action (avec une bonne 3D, c’est rare !), de l’aventure, de la romance soft, de l’humour encore plus soft (unique point négatif du film, à croire que les scénaristes croient vraiment que les pré-ados d’aujourd’hui sont vraiment des neuneus) et bien entendu d’un bestiaire haut en couleurs comprenant ici des lézards gigantesques, des éléphants de la taille de chats, des anguilles monstrueuses et même des colibris plus très mignons une fois leur épaisseur triplée de volume, traquant ici nos héros voltigeant quant à eux à dos d’insectes mutants à travers une épique course-poursuite aérienne.

Voyage au centre de la Terre 2 : l'île mystérieuse

Un divertissement de haute volée !

Bien meilleure que son prédécesseur, cette suite joue donc les bouchées doubles grâce à des scènes d’action trépidantes, des acteurs agréables (sauf pour Luis Guzmán qui, je le répète, est énervant de cabotinage) et un scénario au final bien écrit, assez fidèle dans l’ensemble au roman original, parfaitement ciblé pour un jeune public friand de frivolités numériques. Ainsi, avec son histoire mouvementée ne laissant que peu de temps mort, ses effets spéciaux de qualité (si si), sa 3D réussie nous en mettant plein la figure et la présence du toujours aussi déjanté Michael Caine, cette nouvelle aventure issue des écrits de Jules Verne est un divertissement total dont on n’attend contre toute attente qu’une chose : un troisième opus !

Résumé

Vous voulez de l’action ? Vous voulez de l’aventure ? Vous voulez de la bonne 3D ? Ne cherchez plus : oubliez ce cher Ghost Rider et foncez voir les nouvelles péripéties de Sean Anderson et de sa fine équipe à travers ce film fantastique qui plaira aussi bien aux petits qu’aux grands !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=DrvqMIpni6s[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici