Upside Down

0
150

upside down affiche

Canada, France : 2012
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Juan Solanas
Acteurs : , ,
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 1h45
Genre : Science-fiction, romance
Date de sortie : 01 mai 2013

Globale : [rating:2.5][five-star-rating]

Partant du postulat on ne peut plus abstrait et poétique que la Terre est scindée en deux planètes à la gravité antagoniste, Juan Solanas livre une histoire d’amour impossible matinée de SF… En fait non, le problème c’est l’inverse !

Synopsis : Dans un univers extraordinaire vit un jeune homme ordinaire, Adam, qui tente de joindre les deux bouts dans un monde détruit par la guerre. Tout en luttant pour avancer dans la vie, il est hanté par le souvenir d’une belle jeune fille venant d’un monde d’abondance : Eden. Dans cet univers, son monde se trouve juste au-dessus de celui d’Adam – si près que lorsqu’il regarde vers le ciel, il peut voir ses villes étincelantes et ses champs fleuris. Mais cette proximité est trompeuse : l’entrée dans son monde est strictement interdite et la gravité de la planète d’Eden rend toute tentative extrêmement périlleuse.

upside down montagne

Une histoire un peu vaine

Juan Solanas est devenu un expert en concepts étranges mais sacrement accrocheurs, comme l’atteste son court L’homme sans tête primé dans de nombreux festivals, qui voyait un homme sans tête – logiquement – obligé de s’acheter un crâne afin de se rendre à un rendez-vous galant ! De son propre aveu, les idées de ses films lui viennent comme des rêves éveillés parfois dans une situation improbables (une salle de sport pour L’homme sans tête). En cela Upside Down ne déroge pas à la règle car le concept des gravités inversés est inédit au cinéma même si d’autres films ont tenté des expériences sur le sujet (Inception…). Le tout est présenté comme un conte : une voix-off, une scène d’exposition faite de dessins pour présenter l’univers. Le réalisateur a l’intelligence de placer l’histoire dans un contexte totalement onirique, afin de ne pas être gêné par quelque contrainte scientifique ou par la facilité de son histoire, malheureusement ça ne suffit pas. Quel dommage que le film n’aie pas la puissance narrative que laissait entrevoir sa bande annonce de deux minutes ! Le duo d’acteurs n’est pas mauvais, leur alchimie passe plutôt bien à l’écran, mais quelle progression insipide mise en exergue par une fin mièvre au possible (mais raccord avec le principe du conte) et des incohérences en masse. Les deux jeunes gens se rencontrent, tombent amoureux, naît une histoire d’amour impossible (les relations entre personnes du haut et du bas étant interdites, et chacun étant solidaire de la gravité qui l’a vu naître), ils sont séparés, se retrouvent… Il n’y aucune surprise, c’est juste mignon et sans aucune once d’émotion.

Fort heureusement comme on l’imagine la technicité de l’ensemble et la vision de Juan Solanas sur ce monde imaginaire sont incroyables. Si certains effets visuels paraissent un peu faibles – le film n’ayant été réalisé qu’avec 60 M$ quand il aurait fallu le double – l’admiration est totale, déjà pour la beauté scénique de l’ensemble (les plans sur la montage avec le soleil…) et pour la direction artistique développée. Les contraintes inhérantes à un tel tournage ont forcé l’équipe à redoubler d’ingéniosité, Upside Down est fascinant ! Dommage que le réalisateur n’aie pas réalisé une démo technique, ayant clairement immaginé l’univers avant de lui coller une histoire. Son film est de toute beauté, inocculant une formidable poésie, doublé d’une histoire totalement vaine. Frustrant, l’idée était pourtant géniale.

upside down kiss

Nota : la masterclass du réalisateur et notre entretien sont à retrouver sur cette page.

Résumé

Si l’univers développé par le réalisateur et la direction artistiques sont formidables, l’histoire d’amour servant d’enrobage est clairement anecdotique.

[youtube]http://youtu.be/Atzy5hRjJEA[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici