Critiques de films Horreur — 12 janvier 2012
The Moth Diaries

The Moth Diaries

USA : 2009
Titre original : The Moth Diaries
Réalisateur :
Scénario : Mary Harron
Acteurs : , ,
Distribution : Inconnue
Durée : 1h20
Genre : Horreur
Date de sortie : Inconnue

Globale : [rating:1.5][five-star-rating]

Plutôt discrète depuis son adaptation d’ en 2000, Mary Harron a surtout travaillé pour la télévision (en réalisant des épisodes des séries , , ). On attendait donc avec curiosité son nouveau film d’horreur teenage The Moth Diaries.

Synopsis : Rebecca rentre en classe de première dans un pensionnat pour jeunes filles où elle espère prendre un nouveau départ loin du drame qui la hante, le suicide de son père. Dès les premiers jours, son amitié avec la fraîche et innocente Lucy est mise à l’épreuve par l’arrivée d’Ernessa, une belle et mystérieuse Européenne. À mesure qu’Ernessa se rapproche de Lucy, cette dernière semble de plus en plus mal en point : son corps jeune et en pleine santé laisse peu à peu place à une silhouette pâle et maladive, comme vidée de toute substance vitale.

The Moth Diaries Mary Harron

Un mélange de genre

The Moth Diaries reprend les codes du film de genre, pour en faire un film pot-pourri déroutant, qui risque bien d’en décevoir plus d’un. Pourtant, l’idée de mélanger un film de pensionnat avec un film de vampire est intéressante. C’est ainsi que le début du film prend place durant la rentrée scolaire d’un pensionnat de jeunes filles, avec l’arrivée d’une nouvelle étudiante bien mystérieuse. Petit à petit, Rebecca (l’héroïne) va enquêter sur cette étrange jeune fille et découvrir son secret… C’est prometteur, mais malheureusement, ça en restera là.

Le scénario utilise les éléments indispensables aux films d’horreur : sang, sexe et mort, mais en restant trop sage, probablement pour ne pas choquer les plus jeunes (le public clairement ciblé). Ainsi ,tout est suggéré et le spectateur reste dans l’expectative. Trop de suspens tue le suspens, et finalement, il n’y a pas de spectacle, pas de sexe, pas de sang (ou très peu) et pas de mort …mais beaucoup d’ennui…

the moth diaries

Une intrigue puéril

L’intrigue est centrée sur les problèmes de l’héroïne Rebecca, qui sont somme toutes insipides. On se fiche pas mal du fait que sa meilleure amie  la délaisse et qu’elle se sente incomprise. Les adolescentes dépressives trouveront peut-être dans l’ambiance lente et immobile du film, une volonté de la réalisatrice d’apporter de la mélancolie à son film ; mais tout ceci sent quand même la superficialité à plein nez.

Et malheureusement pour ne rien arranger, un film d’adolescent se doit d’avoir des acteurs charismatiques, qui font rêver nos jeunes spectateurs avides de beauté. Ainsi, Twilight avait son couple star Robert Pattinson – Kristen Stewart, Le Chaperon Rouge la jolie Amanda Seyfried et Numéro quatre le ténébreux Alex Pettyfer. Mais,The Moth Diaries présente une ribambelle d’acteurs fades et sans charme. La plus connue du lot, le top model Lily Cole (L’Imaginarium du Docteur Parnassus) ne brillera que par ses longues scènes silencieuses et son visage atypique, les autres acteurs resteront anecdotiques.

Résumé

The Moth Diaries ne brille pas par son originalité. Trop subjectif et sans spectacle, on s’ennuie sec devant ce film sans saveur.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film. Lire tous ses articles