Test jeu : Les 100 jours de Rick et Morty

0
1071

Les 100 jours de


Espagne : 2020
Créateur : Óscar Arévalo
Éditeur : Don’t Panic Games
Type : jeu de cartes / placement
De 2 à joueurs / 16 ans et +
Durée de la partie : 30 à 45 minutes
Date de sortie du jeu : 4 avril 2021
Prix indicatif : 32 €

Revivez les aventures interdimensionnelles emblématiques de . Explorez les lieux les plus hallucinants de la galaxie. Récoltez des ressources, ressemblez des alliés, anéantissez ceux de vos rivaux et utilisez des inventions invraisemblables pour contrôler la réalité et devenir les les plus puissants de tout le multivers. Be-bop-a-lula !

La série

[5/5]

est une série d’animation pour adultes américaine créée en 2013 par et , et originellement diffusée sur Cartoon Network, dans la tranche de fin de soirée [adult swim]. Unanimement reconnue de par le monde comme une des séries les plus créatives et les plus drôles, la série s’offre à ce jour un score de 86 sur l’agrégateur Metacritic, un joli 94% sur Rotten Tomatoes ainsi que le note de 9,2/10 sur le site de référence IMDb.

Et force est de constater que mérite cette unanimité, tant les aventures inter-dimensionnelles de Rick – le scientifique complètement barré – et de son petit-fils Morty s’avèrent enthousiasmantes. Aussi tordu que subversif, nous proposant une plongée dans des dimensions parallèles délirantes et des rencontres extraterrestres complètement folles, le show américain semble avoir été conçu comme pour marquer le point de rencontre entre deux séries créées par Matt Groening : Futurama et Les Simpson. Les auteurs des Simpson ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, offrant à et l’honneur de créer le fameux “gag du canapé” lors d’un épisode du show en 2015.

Se moquant des codes et des conventions, est une série évoluant dans un univers et une tonalité étranges, posant ses personnages au cœur d’une espèce de réalité alternative sans règles et sans limites. A ce titre, elle demandera peut-être un léger temps d’adaptation au spectateur. Histoire d’assimiler le mélange d’absurde, de parodies et d’humour trash proposé par le show, qui reste paradoxalement bienveillant vis-à-vis de ses personnages, qui demeurent toujours attachants (contrairement à ceux des séries créées par Seth McFarlane, American dad en tête).

Passé ce court délai d’acclimatation (grosso modo un ou deux épisodes), s’imposera d’elle-même comme l’une des séries animées les plus intelligentes, les plus rythmées, les plus drôles, les plus imprévisibles et les plus audacieuses que l’on ait eu le loisir de découvrir à la télévision ces dernières années. La saison 5 de la série sera diffusée à partir du 20 juin sur [adult swim].

Le jeu de société

[4/5]

Au fil des années, la série est devenue une franchise à succès, et le merchandising n’a pas tardé à affluer de tous les côtés. Les deux personnages ont donc déjà fait l’objet de plusieurs jeux vidéo, d’un Monopoly, d’un Cluedo, d’un Risk et de plusieurs jeux de société originaux. Les 100 jours de est donc l’un de ces jeux de plateau, et le troisième à voir le jour en France grâce aux efforts passionnés de Don’t Panic Games, après Total Rickall et Rick-Ornichon.

Les 100 jours de fut à l’origine créé par l’espagnol Óscar Arévalo (Dark matter, Stalag 17, Godzilla – Total war), pour le compte de Crazy Pawn Games, et nous propose d’emmener deux à quatre joueurs dans le monde fou de la série d’animation . Pour le plus grand plaisir des fans, le jeu blindé de références et de citations tirées de la première saison du show. Chaque partie se déroulera sur une durée de 30 à 45 minutes dans un univers multi-dimensionnel : le but du jeu est de fermer le plus possible de portails inter-dimensionnels afin d’accumuler les ressources qui vous mèneront à la victoire. Bonne nouvelle cela dit pour les fans de la série : il ne vous sera pas demandé de vous mettre vos “méga-graines” dans le rectum – vous pourrez vous contenter de les placer sur la table de jeu.

Les 100 jours de est un jeu de cartes et de placement – l’idée principale est de disposer ses pions de manière pertinente – que l’on pourra de fait classer dans la catégorie de la réflexion / stratégie. C’est d’autant plus clair après quelques parties, d’autant que le jeu utilise également certains mécanismes du jeu dit “de programmation” : mine de rien, et comme aux échecs, il vaudra mieux préparer ses actions en amont avant de les jouer, dans le but soit de remporter la partie, soit – clairement – de faire chier les autres joueurs grâce aux propriétés totalement loufoques des cartes que vous aurez dans les mains.

A cause de ces mécanismes de jeu, on affirmera que Les 100 jours de s’adresse plutôt à des joueurs expérimentés, habitués aux mécanismes des jeux de société indépendants. Car même si une fois les bases du jeu assimilées, le déroulement des parties sera sans aucun doute source de beaucoup de plaisir (et de rires), si vous n’êtes pas familiers avec ce type de jeux de plateau, mieux vaut prévoir deux bonnes heures avant votre première partie afin de comprendre les règles, et de déchiffrer les différentes phases de jeu à l’aide du livret consacré aux règles du jeu. Ne vous attendez donc pas à ouvrir la boite, à installer le plateau et à vous lancer à l’aveuglette dans Les 100 jours de . C’est probablement d’ailleurs le principal défaut de ce jeu, qui nécessitera sans aucun doute plusieurs parties avant d’être réellement maitrisé.

Le but du jeu est donc d’explorer différents univers afin de récolter des objets et ressources, ralentir vos rivaux, et utiliser les inventions invraisemblables de Rick pour mener à bien vos missions. Le plateau de jeu est composé de six dimensions et du garage/atelier de Rick. Les ressources sont placées à côté du plateau de jeu à disposition de chaque joueur, de même que la pioche de cartes et de celle comportant les dimensions restantes. Chaque joueur dispose d’un pion Rick, d’un pion Morty, de quatre cartes distribuées au hasard ainsi que d’un mini-plateau individuel et de deux jetons personnages.

La complexité du jeu est qu’une partie se déroule en plusieurs manches jusqu’à épuisement de la pile de dimensions. Chaque manche est quant à elle divisée en sept phases de jeu. Tous les joueurs joueront en même temps sur les différentes phases de jeu.

  1. Phase de détermination : on lance le dé pour connaitre la dimension de départ.

  2. Phase de mission : chaque joueur va déterminer dans quelle dimension il envoie son Rick et son Morty sur son plateau individuel.

  3. Phase d’initiative : chaque joueur révèle où il a placé ses personnages. Le joueur qui a le plus de pions sur la dimension de départ commence la partie.

  4. Phase de garage: les joueurs ayant placé leurs pions sur le garage de Rick reçoivent des jetons garage et ressources.

  5. Phase d’aventure : on entre dans le vif du sujet. Chaque joueur à son tour a le choix soit de jouer une carte en la plaçant dans sa zone de jeu, soit de fermer une dimension (leur coût en ressources est indiqué sur chaque dimension), soit de faire passer Rick dans une autre dimension (coût : 2 ressources identiques), soit enfin de passer son tour. Durant cette phase, chaque joueur peut, à tout moment, jouer une carte “réaction”, de couleur orange. Quand tous les joueurs décident de passer leur tour, on passe à la phase suivante.

  6. Phase de collecte : les joueurs reçoivent des ressources et des cartes, en fonction des dimensions sur lesquelles ils sont placés.

  7. Phase de défausse : chaque joueur ayant plus de 7 cartes en main doit défausser les cartes de son choix. La manche prend alors fin, et on en entame une nouvelle, jusqu’à épuisement de la pile de dimensions.

Comme vous l’aurez compris à la lecture des différentes phases de chaque manche, la mécanique du jeu nécessitera sans doute un petit délai d’adaptation – tout comme la série en elle-même d’ailleurs ! – avant que le joueur se sente tout à fait à l’aise lorsqu’arrive son tour de jouer. Pour autant, après quelques manches jouées, les règles des 100 jours de finissent par paraitre assez simples, et l’on rendra sans doute un grand plaisir à gêner les autres joueurs. Le nombre de ressources accumulées dépendant du nombre de joueurs placés sur telle ou telle dimension à la fin de chaque manche, on se rendra rapidement compte de la nécessité de positionner stratégiquement ses personnages sur le plateau de jeu. Au final, en dépit d’un démarrage un peu long, le jeu édité par Don’t Panic Games s’avérera plein de surprises, que l’on soit fan de la série ou pas !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici