Test DVD : Un autre monde

0
933

Un autre monde

France : 2020
Titre original : –
Réalisation : Stéphane Brizé
Scénario : Stéphane Brizé, Olivier Gorce
Interprètes : Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain, Anthony Bajon
Éditeur : Diaphana Edition Vidéo
Durée : 1h33
Genre : Drame
Date de sortie : 16 février 2022
Date de sortie DVD/BR : 23 août 2022

Un cadre d’entreprise, sa femme, sa famille, au moment où les choix professionnels de l’un font basculer la vie de tous. Philippe Lemesle et sa femme se séparent, un amour abimé par la pression du travail. Cadre performant dans un groupe industriel, Philippe ne sait plus répondre aux injonctions incohérentes de sa direction. On le voulait hier dirigeant, on le veut aujourd’hui exécutant. Il est à l’instant où il lui faut décider du sens de sa vie…

Le film

[4.5/5]

Un autre monde est le 3ème volet de la trilogie que Stéphane Brizé a consacrée aux problèmes posés au monde du travail par le néo-libéralisme, trilogie dans laquelle Vincent Lindon est chaque fois l’interprète principal, tour à tour chômeur, syndicaliste et Directeur d’un site industriel. Dans La loi du marché, il y a 7 ans, Stéphane Brizé s’était intéressé au monde de l’entreprise vu au travers de la vie d’un employé devenu chômeur et qui était économiquement contraint d’accepter un poste de vigile qui lui posait des problèmes de conscience. Une grande réussite ! 3 ans plus tard, nouvelle grande réussite, avec un film, En guerre, consacré à la lutte menée par des travailleurs pour sauver leur emploi face à la délocalisation programmée de leur usine. Mais que dire de Un autre monde, qui, cette fois ci, nous amène aux côtés de Philippe Lemesle, un cadre de haut niveau, Directeur d’un site industriel installé dans le Lot-et-Garonne et qui doit procéder à un énième dégraissage dans son personnel, un dégraissage exigé par la direction américaine du groupe Elsonn dont cette usine fait partie ?

Que dire sinon que ce film est tout simplement une réussite totale avec, cette fois ci, comme victime du système économique qui règne sur la planète, système basé sur les exigences du marché et la compétitivité, non pas un ouvrier, non pas un chômeur, mais un cadre de haut niveau ! Un homme certes très bien payé, un homme dont tout le monde reconnait les qualités humaines mais qui fait partie de ce qu’on peut appeler le prolétariat managérial, un homme pris entre le marteau et l’enclume à qui on demande avant tout d’obéir, et, éventuellement, d’avancer quelques idées innovantes à condition qu’elles n’aillent pas à l’encontre des exigences venant du sommet de la pyramide. Lequel sommet, le big boss américain en personne, avoue qu’il a, lui aussi, un chef : Wall Street. Par cet aveu, tout est dit ! Le film ne se limite pas à la souffrance que ressent Philippe Delesme dans le cadre de son travail, aux doutes qui l’assaillent, comme le souligne « Les gens qui doutent« , la chanson d’Anne Sylvestre, il montre aussi les répercussions délétères que ce système économique peut avoir sur la vie familiale de ces cadres supérieurs, sur leurs couples, sur leurs enfants. Pour consulter la critique de ce film magnifique, parue sur le site au moment de sa sortie en salle, c’est ici !

Le DVD

[5/5]

Pour rendre justice à ce très grand film, Diaphana Edition Vidéo n’avait pas le droit de se louper. Eh bien, Diaphana Edition Vidéo ne s’est pas loupé, que ce soit au niveau du rendu de l’image, des possibilités offertes pour permettre à tous les publics de profiter du film ou de la qualité et de l’intérêt des suppléments proposés. En effet, il n’y a rien à redire en ce qui concerne la qualité de l’image et du son, on peut, selon l’équipement dont on dispose, choisir un son 2.0 ou un son 5.1 et la possibilité est offerte d’ajouter une audiodescription à la vision du film ou/et le sous-titrage des dialogues. Normal, direz vous !

Mais là où Diaphana Edition Vidéo a fait particulièrement fort, c’est dans le nombre et la qualité des suppléments. Avec, tout d’abord, la possibilité de revoir le film commenté par son réalisateur. Ce supplément fort intéressant de 1 h 33 minutes est complété par 3 suppléments plus courts mais tout aussi intéressants. Tout d’abord, des entretiens d’une durée totale de 16 minutes avec Stéphane Brizé, Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain, comparant différentes formes de courage face à des situations humaines délicates et mettant l’accent sur la particularité des problèmes psychologiques, des problèmes d’éthique que peuvent ressentir aujourd’hui les cadres de haut niveau embarqués dans le système économique néo-libéral. Tout aussi passionnant, un entretien de 25 minutes avec le Professeur Christophe Dejours, spécialiste de clinique et psychodynamique du travail. Le travail ? Il peut générer le meilleur comme le pire, le plaisir ou la souffrance. Pour les cadres, leur transformation d’ingénieurs pour lesquels la qualité de la production était l’objectif en gestionnaires pour lesquels les performances économiques sont devenues l’unique objectif leur a fait perdre le contact avec les ateliers, avec le travail proprement dit. Enfin, dans le dernier supplément, d’une durée de 9 minutes, Yves Alion, rédacteur en chef de L’Avant-scène cinéma, porte son regard sur Un autre monde, le positionnant dans la filmographie de Stéphane Brizé, et, plus particulièrement, au sein de la trilogie consacrée aux problèmes posés au monde du travail par le néo-libéralisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici