Test DVD : Radio Metronom

0
648

Radio Metronom

Roumanie : 2022
Titre original : Metronom
Réalisation : Alexandru Belc
Scénario : Alexandru Belc
Interprètes : Mara Bugarin, Şerban Lazarovici, Vlad Ivanov
Éditeur : Pyramide Vidéo
Durée : 1h29
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 4 janvier 2023
Date de sortie DVD : 16 mai 2023

Bucarest, 1972. Ana a 17 ans et rêve d’amour et de liberté. Un soir, elle rejoint ses amis à une fête où ils décident de faire passer une lettre à Metronom, l’émission musicale que Radio Free Europe diffuse clandestinement en Roumanie. C’est alors que débarque la police secrète de Ceausescu, la Securitate…

Le film

[3/5]

Avant de se lancer dans la réalisation de Radio Metronom, Alexandru Belc n’avait à son actif que deux documentaires, dont le très intéressant Cinéma, mon amour, et un poste de premier assistant réalisateur sur Policier, adjectif de Corneliu Porumboiu. Présenté à Cannes 2022, Radio Metronom est reparti avec le Prix de la mise en scène de la sélection Un Certain Regard. Radio Metronom nous fait revenir 50 ans en arrière, en octobre 1972, dans la Roumanie de Ceausescu. Dans la courte période d’ouverture vers l’ouest qui a précédé, les jeunes ont commencé à s’intéresser à la pop anglo-saxonne en écoutant l’émission Metronom du présentateur Cornel Chiriac sur une radio officielle du pays, mais à la toute fin des années 60, le régime s’est durci à nouveau, Cornel Chiriac est passé à l’ouest en 1969 et c’est désormais « en cachette » que de nombreux jeunes roumains écoutent cette émission dorénavant diffusée sur Radio Free Europe, une émanation de la CIA.

Parmi la bande de jeunes qui se réunissent régulièrement pour écouter ensemble l’émission, pour danser sur les musiques des Doors ou de Janis Joplin qu’elle diffuse, Alexandru Belc met particulièrement l’accent sur Ana et Sorin, un couple de jeunes amoureux de 17 ou 18 ans qui va devoir se séparer, sans doute définitivement, Sorin étant sur le point de partir en Allemagne, une situation que Ana vit très mal. Par contre, la bande de jeunes voit dans ce départ la possibilité de faire parvenir une lettre à Chiriac par l’intermédiaire de Sorin, une lettre dans laquelle seraient couchés leurs principaux goûts musicaux. C’est oublier que la Securitate, la police secrète roumaine, veille sur le pays, qu’elle utilise des mouchards qui espèrent tirer bénéfice de leurs délations pour eux ou pour leur famille et qui peuvent très bien faire partie des gens qui vous sont les plus proches. Dommage que Radio Metronom traine un peu trop souvent des longueurs inutiles car, sinon, ce traitement par une fiction de ce qu’était la vie en Roumanie au début des années 70 s’avère plus riche, plus immersif que ce qu’aurait donné un documentaire sur le même sujet. En fait, ce qui arrive au personnage d’Ana concentre les réalités amères du pays durant la période concernée : la fuite de celles et ceux qui le peuvent vers l’étranger, la délation qui peut être le fait d’amis qui vous sont chers, le rôle de la police secrète qui semble être au courant de tout et qui manie habilement la carotte et le bâton, etc. Ce personnage d’Ana est remarquablement interprété par Mara Bugarin, une débutante devant la caméra.

Le DVD

[4.5/5]

Pyramide Vidéo nous propose une galette dont les qualités sont indéniables, avec une image bénéficiant d’un piqué précis et de couleurs naturelles, c’est-à-dire souvent lumineuses mais aussi parfois ternes lorsque le contexte du film l’exige. Ne soyez pas surpris par le format 1.33 qui laisse des bandes sur le côté : c’était très tendance lors du Festival de Cannes de l’année dernière ! Le son est disponible en Dolby 2.0 et en Dolby 5.1, en VO sous-titrée au choix en français ou en anglais.

Les 3 suppléments qui complètent le film sont tous d’un grand intérêt. Tout d’abord, un entretien de 9 minutes dans lequel le réalisateur s’exprime en anglais (sous-titré en français) sur un grand nombre de sujets : l’histoire racontée dans le film, pourquoi une fiction plutôt qu’un docu, les années 70 en Roumanie, le casting, la recréation de l’époque, la musique, les personnages, l’expérience du Festival de Cannes, les retours du public.

Les deux autres suppléments mettent en scène Traian Sandu, un professeur agrégé d’origine roumaine, spécialiste des totalitarismes en Europe centrale. Dans sa première intervention, dont le titre est « Contexte historique », il commence par parler du contexte des années 60, avec une période d’assouplissement du régime, période suivie vers la fin des années 60 par la fermeture de cette fenêtre plus libérale, Nicolae Ceaușescu ne se montrant pas convaincu par les résultats apportés par cet assouplissement. Cette première intervention de Traian Sandu se termine sur un court exposé sur l’histoire de Radio Free Europe. La seconde intervention de Traian Sandu, d’une durée de 8 minutes, consiste en une analyse de 4 séquences du film et on y apprend qu’à l’époque de Ceaușescu, un roumain sur 40 ou 50 était un mouchard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici